L'aquariophilie pour des aquariums modernes

Magallana gigas : Huître creuse, Crassostrea gigas

Magallana gigas : fiche pour maintenance et élevage en aquarium.

Description de Magallana gigas, Huître creuse, Crassostrea gigas:

L'huître creuse Magallana gigas ou Crassostrea gigas est un mollusque bivalve pourvue de deux valves inégales. Elle est parfois appelée huître japonaise mais plus souvent huître du Pacifique car elle est originaire des côtes asiatiques de l'océan Pacifique. M. gigas a été introduite dans diverses régions du monde, où elle a pu devenir invasive.
Magallana gigas
Magallana gigas

Magallana gigas est une huître concave inéquivalve (deux valves différentes inéquilatérales) qui s'est également répandue dans l'océan Atlantique du Nord-Est et en particulier en France, au Portugal et plus tard aussi en mer Méditerranée; l'huître est largement cultivée (élevée), surtout en France, à tel point qu'elle représente 75% de la production européenne et, ces derniers temps, l'élevage a atteint 4 millions de tonnes par an, ce qui en fait l'huître la plus cultivée au monde. Elle est ainsi l'espèce d'huître la plus importante sur le plan commercial, avec une part de marché mondiale de 93,7% (2003).

Ce mollusque permet de répondre aux besoins de nourriture, en plus d'être une source de colorants et de coquillages pour la décoration.

Les spécimens adultes de l'huître creuse japonaise peuvent généralement mesurer de 8 à 30 cm, avec un record établi à 35,5 cm.

L'huître japonaise est appelée creuse pour adapter le nom vernaculaire à une nouvelle situation géographique. Cette espèce exotique a été introduite en Europe après le déclenchement de la maladie de l'huître portugaise en 1962/1963 pour stimuler le commerce des huîtres.

Elle est également élevée dans d'autres pays, tels que les États-Unis, l'Australie et la Nouvelle-Zélande, où elle s'est commercialement substituée à l'espèce Saccostrea glomerata (anciennement Crassostrea glomerata). Dans certaines zones d'ostréiculture et de mytiliculture, elle est devenue une espèce envahissante qui concurrence (avec succès) d'autres espèces de bivalves, telles que la moule Mytilus edulis et l'huître plate ronde Ostrea edulis.

M. gigas se distingue facilement visuellement de l'huître plate O. edulis par sa forme courbée et étroite mais surtout gustativement par sa saveur plus forte (plus iodée), mais elle se distingue à peine de l'huître portugaise Crassostrea angulata. D'ailleurs, des analyses phylogéniques démontrent que l'huître portugaise est finalement un morphotype local de l'huître creuse japonaise M. gigas.

Ces dernières années, les problèmes de la classification taxonomique ont été clarifiés, en raison surtout du polymorphisme notable des spécimens. Depuis longtemps appelée Crassostrea gigas, son taxon officiel est aujourd'hui Magallana gigas (2016). M. gigas a une grande importance économique, écosystémique et l'huître creuse est un protagoniste dans l'étude des biomolécules et l'analyse génomique qui pointent vers la compression biologique et l'amélioration des caractéristiques génétiques.

Les 3 sous-espèces suivantes sont reconnues:Magallana gigas gigas,Magallana gigas kumamoto,Magallana gigas laperousii.
Un huître creuse géante (record 35,5 cm):
Huître record de 35,5 cm pour Crassostrea gigas
Crassostrea gigas détient un record de longueur avec 35,5 cm pour 10,7 cm de large et un poids de 1,62 kg. Cette huître récoltée au Danemark est la plus grande pêchée de l'espèce.

Description morphologique et anatomique:


La coquille de M. gigas varie beaucoup avec l'environnement où elle est attachée. Ses grands plis radiaux arrondis sont souvent extrêmement rugueux et tranchants.

Les deux valves sont franchement inégales et les spécimens matures ont une longueur moyenne de 8 à 30 cm, ne dépassant que dans de rares cas les 30 cm de long. La valve "supérieure" est plate avec un tourbillon rond vers bas. La valve "inférieure" est plus grande et fortement courbée, avec une arête bien développée qui est beaucoup plus élevée que la valve supérieure.

Le contour est très variable, principalement en fonction du sol. Sur sols durs, il est généralement arrondi, sur des surfaces plus douces souvent ovales-oblongues, et le plus souvent avec des marges irrégulières mais sans dents. Le ligament se trouve à l'extérieur des deux côtés de l'arête-vertèbre. Le pied musculeux est complètement fibreux et relie les deux valves par des couches lamellaires. Il n'y en a qu'un seul, mais plutôt grand; un sphincter rose ou violet est présent. La face dorsale dispose d'un muscle supplémentaire, le muscle de Quenstedt.

La coquille calcique est très épaisse, très dure et lourde. Le bord de chaque valve est tranchant, mais il n'est pas entaillé à l'intérieur. La surface a des lamelles concentriques et très irrégulières. La couleur est généralement blanchâtre, grise, parfois brunâtre ou verdâtre.

Fiche de maintenance et élevage de Magallana gigas:

Comment maintenir, associer, nourrir, reproduire et élever Magallana gigas (Huître creuse, Crassostrea gigas)? Quels paramètres choisir?

Qualité de l'eau:

Quels sont les meilleurs paramètres de maintenance? Quel type d'eau est préféré?Les opinions divergent quant à la forte croissance de l'huître creuse japonaise dans les eaux de l'océan Atlantique Est et de la mer Méditerranée par exemple. D'un côté, M. gigas est considérée comme une peste envahissante, d'un autre, l'Homme voit l'animal comme un élément précieux dans les écosystèmes côtiers marins.

M. gigas est une espèce estuarienne, mais peut aussi être trouvée dans les zones intertidales et subtidales. La salinité optimale pour les huîtres du Pacifique se situe entre 20 et 35&permil (ppt), et elles peuvent tolérer des salinités aussi élevées que 38‰ cependant, à ce niveau, la reproduction est peu probable. L'huître creuse est également une espèce très tolérante à la température, puisqu'elle peut supporter une plage de -1,8 à 35 °C.

Des huîtres creuses japonaises sur le littoral:
Des huîtres creuses japonaises Crassostrea gigas sur des roches
L'huître japonaise M. gigas est capable de se fixer sur une surface dure ainsi que sur une surface molle.

Des huîtres Magallana gigas en milieu naturel:
Des huîtres Magallana gigas en milieu naturel
L'huître creuse japonaise se positionne de telle sorte qu'une arête vive dépasse du sable. Attention de ne pas marcher pieds nus dessus!

L'huître creuse vit dans les eaux côtières à des profondeurs de 4 à 50 mètres. Elle préfère les sols rocailleux, mais accepte aussi les sols boueux ou sablonneux avec des fragments de coquilles ou des coquilles mortes sur lesquelles les larves peuvent se fixer. Habituellement, elles sont "cimentées" à des sols durs avec la valve inférieure.

Cohabitation et comportement:

Quel comportement a l'animal? Avec quels autres animaux est-il compatible? Est-il sociable?L'avancée de l'huître japonaise dans les milieux côtiers européens contribuerait à la restauration des bancs de moules qui ont été complètement pêchés dans les années 1990. Les moules peuvent difficilement s'installer dans le sable nu, mais entre les creux de roches, elles semblent bien pousser contre toute attente. Les récifs d'huîtres creuses japonaises s'avèrent être un habitat précieux pour un grand nombre d'autres espèces qui se protègent entre les coquilles pointues. En plus des moules, elles comprennent les crabes de plage, les bigorneaux, les escargots marins, les crabes et les poissons. Les crabes, les moules et les poissons constituent une source de nourriture pour les oiseaux.

Selon les biologistes, les herbes marines comme les zostères et les posidonies pourraient bien se développer sous le vent des récifs d'huîtres. La question à laquelle il faudra répondre dans les années à venir est de savoir si cette espèce d'huître sera un parasite ou une contribution importante à la nature.

En attendant, il est à craindre que le manque de prédateurs et d'hivers plus doux permette au néobiote de déplacer les moules en tant que bivalves prédominants. Elle s'est également installée en Méditerranée. Là aussi, elle s'est répandue dans les parcs à huîtres.

Cependant, l'huître du Pacifique, par exemple en mer du Nord, ne remplace pas l'huître européenne Ostrea edulis, qui avait été éradiquée par la surpêche jusqu'en 1930, car cette espèce forme des bancs d'huîtres exclusivement dans la zone sublittorale peu profonde.

Alimentation et nourriture:

Comment le nourrir? Quelle alimentation convient le mieux? À quelle fréquence?Magallana gigas est une suspensivore car elle se nourrit de particules organiques microscopiques, éléments du phytoplancton en général, de moins de 20 millièmes de millimètre, qui sont en suspension dans l'eau.

Cet animal consommerait également les larves de moule et d'autres coquillages (par exemple la telline Donax trunculus). Le résultat pourrait être que ces mollusques, qui constituent une source de nourriture importante pour les oiseaux et les canards, diminuent par pénurie alimentaire.

Les huîtres creuses sont des filtreurs non spécifiques, ce qui signifie qu'elles ingèrent des particules dans la colonne d'eau. [12] Ceci pose des problèmes majeurs pour la gestion du virus des coquillages en eau libre, car les coquillages comme l'huître du Pacifique contiennent des souches de norovirus qui peuvent être nocives pour l'homme.

Protocole d'élevage et reproduction Magallana gigas:

Comment reproduire M. gigas? Où et quand peut-on le reproduire et l'élever?Cette huître est extrêmement robuste et résistante aux maladies, et elle pousse très vite. Avec une taille de 50 mm et un âge d'un an, elles sont déjà sexuellement matures. Les animaux, hermaphrodites, sont d'abord des mâles; c'est seulement après un an qu'ils changent de sexe ou non. Après cela, ils sont des mâles ou des femelles, et ils ne changent plus de sexe (comme avec d'autres espèces d'huîtres), de même que le sexe séparé.

Cependant, le sex-ratio est souvent disproportionné, il y a plus de mâles ou plus de femelles. Ils fraient en juillet et en août, à condition que la température de l'eau soit comprise entre 17 et 28 °C. La température la plus favorable se situe entre 19 et 23 °C. La salinité doit être comprise entre 23 et 28‰. Une salinité d'environ 18‰ conduit déjà à une mortalité de 98%!

Les produits sexuels sont libérés dans l'eau libre. Les femelles produisent entre 50 et 100 millions d'œufs par processus de ponte. Une femelle peut frayer plusieurs fois dans certaines circonstances. Après la fécondation dans l'eau libre, les larves de trochophores se développent à partir des œufs, qui se développent rapidement en larves véligères. Les larves véligères dérivent dans le plancton pendant trois à quatre semaines avant de passer à la vie benthique en tant que pédivéligères; elles se métamorphosent à ce moment-là.

L'espérance de vie de l'huître creuse du Pacifique dans les conditions naturelles est estimée entre 20 et 30 ans.

élevage en aquaculture:


L'huître creuse du Pacifique est rarement pêchée dans ses aires de répartition d'origine, mais principalement élevée en aquaculture. Le premier producteur mondial est la Chine avec 3,7 millions de tonnes par an, soit 83,3% de la production mondiale. De loin, le Japon et la Corée du Nord (5,9% chacun) et la France (2,6%, soit 96,7% de la production européenne en 1995) suivent.

En aquaculture, les huîtres creuses sont particulièrement touchées au stade larvaire par un virus, un herpès viral Herpesvirales appelé Ostreavirus ((Ostreides herpesvirus, "OsHV-1"), qui peut entraîner des pertes importantes et avoir une grande importance économique dans l'ostréiculture. Le virus ne peut pas infecter d'autres animaux. La létalité chez les huîtres adultes atteint 30%, chez les juvéniles jusqu'à 100%. L'épidémie de la maladie infectieuse est dépendante de la température. Le virus devient actif à partir d'une température de l'eau d'environ 16 °C.

De nombreuses méthodes sont utilisées dans la production d'huîtres creuses. Ces techniques dépendent de facteurs environnementaux tels que les ressources d'approvisionnement en semences, les conditions environnementales dans la région et le produit du marché, à savoir si les huîtres sont vendues en demi-coquille ou décortiquées pour l'extraction de la chair. La production peut être entièrement maritime ou faire appel à des écloseries pour l'approvisionnement en semences.

La majeure partie de l'offre mondiale de naissains d'huîtres creuses provient de la nature, mais une partie est maintenant produite par des méthodes d'écloserie. Les larves de la nature peuvent être récoltées en enlevant les algues des plages ou en accrochant des coquillages (en suspension dans des sillons de longue distance en eau libre). Le mouvement vers les naissains élevés en écloserie est important. Les larves sont sensibles aux conditions environnementales changeantes, telles que les efflorescences algales toxiques, qui peuvent interrompre totalement l'approvisionnement en larves d'une région. En outre, plusieurs organismes nuisibles ont été notés comme des dangers considérables pour les larves d'huîtres. L'huîtrier japonais Ocenebra japonica, le ver plat Pseudostylochus osterophagus et le copépode parasite Mytlilcola orientalis ont été introduits accidentellement dans les zones aquacoles et ont eu de graves répercussions sur la production d'huîtres, particulièrement en Europe.

Les reproducteurs d'écloserie d'huîtres creuses du Pacifique sont maintenus dans des conditions optimales, ce qui permet d'obtenir de grandes quantités d'ovules et de spermatozoïdes de haute qualité. Les femelles d'huîtres du Pacifique sont très fécondes, et les individus de 70 à 100 g de poids vif peuvent produire de 50 à 80 millions d'œufs en une seule fois. Les adultes géniteurs sont maintenus dans des réservoirs à 20-22 °C, nourris avec des algues cultivées et avec des salinités de 25-32‰. Ces individus peuvent être amenés à frayer par un traitement de choc thermique. Pourtant, les œufs d'un petit échantillon de femelles (environ six) sont plus souvent dépouillés des gonades en utilisant des pipettes Pasteur et fécondés par le sperme d'un nombre similaire de mâles.

Les huîtres creuse du Pacifique ont un stade larvaire véligère pélagique qui dure de 14 à 18 jours. Dans les couvoirs, les larves sont maintenues à des températures de 25-28 °C avec une salinité optimale entre 20 et 25&permil. Les véligères de stade précoce (longueur de coquille inférieure à 120 nanomètres) sont alimentés quotidiennement avec des espèces d'algues flagelles.html" class=mot>flagellées (Isochrysis galbana ou Pavlova lutherii) avec des espèces de diatomées (Chaetoceros calcitrans ou Thalassiosira pseudonana). Les larves sont proches d'une phase de colonisation où se développent des taches oculaires sombres et un pied. [6] Pendant ce temps, des matériaux de tassement (sois), tels que des feuilles de PVC rugueuses, des tuyaux en PVC cannelés ou des coquilles, sont placés dans les réservoirs pour encourager les larves à se fixer et à se déposer. Cependant, les larves matures sont généralement emballées et expédiées dans des parcs à huîtres, où les ostréiculteurs placent les huîtres eux-mêmes.

Les naissains de M. gigas peuvent être cultivés dans des pépinières par des systèmes d'upwelling en mer ou terrestres. La culture en pépinière réduit la mortalité des petits naissains, augmentant ainsi l'efficacité de la ferme aquacole. Les systèmes de pépinières en mer sont souvent situés dans les zones estuariennes où les naissains sont montés sur des barges ou des radeaux. Les systèmes de pépinières basés à terre ont des naissains montés sur des barges dans de grands réservoirs d'eau salée, qui ont un apport naturel d'algues ou qui sont enrichis en nutriments à partir d'engrais.

L'étape de croissance en ostréiculture est presque entièrement basée sur la mer. Une gamme de cultures de fond, hors-sol, suspendues et flottantes sont utilisées. La technique utilisée dépend des conditions propres au site, telles que l'amplitude des marées, l'abri, la profondeur de l'eau, le courant et la nature du substrat. Les huîtres creuses prennent de 18 à 30 mois pour atteindre la taille commerciale de 70 à 100 g de poids vif (coquille). La croissance du naissain vers l'adulte chez cette espèce est très rapide à des températures de 15-25 °C et à des salinités de 25 à 32‰

Informations encyclopédiques (Huître creuse, Crassostrea gigas):

Qu'est-ce que M. gigas a de particulier? Y'a-t-il des utilisations spéciales?

Consommation et nourriture:


L'huître creuse japonaise est comestible, à la fois crue et préparée cuite. Admise comme fruit de mer, elle est fréquemment trouvée dans les plateaux de fruits de mer dans certains restaurants. Avant sa consommation, l'huître M. gigas est préalablement nettoyée à l'extérieur, après quoi elle est mise dans de l'eau propre, en claire, pendant 24 heures. Afin de pouvoir ouvrir l'huître correctement, elle est d'abord enveloppée dans un tissu propre pour se protéger la main des bords tranchants de la coquille. Ensuite, l'huître peut être ouverte en insérant un couteau à huîtres entre les moitiés de la coquille, puis le long de la moitié plate de la coquille à mi-chemin du sphincter qui sert de muscle de fermeture des valves à l'huître.

Une huître Magallana gigas:
Une huître ouverte chair Magallana crassostrea gigas
Une fois ouverte et débarrassée de sa valve supérieure, l'huître creuse révèle sa chair jaunâtre savoureuse.

Une fois ouverte, ôtez le premier jus d'eau iodée salée et laissez le temps à l'huître de refaire de l'eau (quelques minutes suffisent si l'animal est bien vivant). Dégustez-là fraîche, relativement froide (mais pas trop froide pour goûter toutes ses qualités organoleptiques).

En Asie, les huîtres creuses sont couramment utilisées comme "huîtres de viande", elles sont donc consommées sous forme préparée. Elles servent également de matériau de départ pour des dérivés tels que la "sauce aux huîtres" (sauce d'huître). En Europe, elles sont consommées presque exclusivement crues. Elles sont généralement proposées sous la forme de "fine de claire", parfois aussi par leur origine géographique d'élevage. Les provenances bien connues sont Cancale et Marennes-Oléron en France.

Magallana gigas est une huître bioindicatrice:


L'huître creuse se distingue comme étant une espèce indicatrice de l'état de la qualité environnementale et du degré de contamination des écosystèmes aquatiques, puisqu'elle accumule des substances contaminantes qui conduisent à l'acquisition de mutations ou de changements dans la constitution chromosomique et qui signalent également la présence de polymorphismes qui peuvent être facilement détectés par des techniques génétiques. En plus de cette manière indirecte de détecter la contamination, M. gigas est un modèle pour réaliser différentes études telles que:la biominisation, qui est identifiée avec la structure et la quantification des biominéraux dans la matrice de la coquille, où les processus de formation de la coquille;l'acidification des océans, mesurée par le fait qu'il y a une absorption continue de CO2 anthropique;adaptation à l'environnement sessile des zones côtières en fonction des changements climatiques, fourni principalement parce qu'il présente un grand nombre de gènes qui répondent au stress environnemental et a récemment contribué à des études neurologiques, avec lesquelles il a été possible, par exemple, de mesurer potentiel synaptique et en général comprendre le comportement biologique des neurones, qui, dans le cas de C.gigas, ressemblent à ceux d'un mammifère.
En ce sens, il convient de noter que les mammifères partagent un nombre considérable de gènes et de protéines homologues avec les mollusques, ce qui conduit à la conclusion qu'il existe un bon niveau de conservation génétique entre les deux. Ces études ont contribué à la régénération des axones et à l'identification de gènes de base associés à des maladies telles que la maladie d'Alzheimer et la maladie de Parkinson, et justifient l'importance des études génomiques et biomoléculaires chez M. gigas.

Le génome de Magallana (Crassostrea) gigas:


Comme point de départ pour comprendre les caractéristiques, propriétés, mécanismes de survie et forme d'interaction de C. gigas avec l'environnement, il est nécessaire de connaître la séquence de son génome qui peut être réalisée par la méthode de Sanger, qui est simple et dépend d'activité enzymatique ou de la même manière peut être obtenu à partir de méthodes qui nécessitent un système capable de systématiser le processus. Un logiciel largement utilisé est l'analyseur de génome qui éclaire qu'en plus de fournir de hautes performances, il permet le séquençage à grande échelle et est économiquement rentable; est un analyseur qui fournit des lectures d'ADN courtes, qui sont même plus courtes que les lectures de séquençage de Sanger et qui ont en particulier la capacité d'assembler des génomes de grande taille avec une grande précision et peuvent identifier des polymorphismes nucléotidiques simples (SNP).. De même, il faut noter que l'efficacité du procédé s'accompagne de stratégies préalables à l'action de l'analyseur, par exemple dans le cas du séquençage du génome de Crassostrea gigas, il faut une méthode qui effectue l'ordonnancement nucléotidique avec de courts fragments de bases.html" class=mot>paires de bases, sinon l'assemblage sera inadéquat en raison des hauts niveaux de polymorphisme et de l'abondance des séquences répétitives. Prenant ceci en compte, une stratégie est utilisée qui consiste à construire des bibliothèques qui contiennent des copies d'inserts très stables de taille très uniforme (plus ou moins de 40 kb), qui sont groupés, séquencés et fusionnés de manière superposée, et leur Une fois ceux-ci sont liés avec des inserts créés à partir du génome de l'huître et avec des informations provenant des paires de bases finales et le séquençage terminal en utilisant la technologie de Sanger.

Les résultats du séquençage du génome de Crassostrea gigas conduit à l'analyse de la variation allélique entre génomes assemblés et par alignement séquentiel un taux élevé de polymorphismes chez l'espèce est noté, taux supporté par un grand nombre de SNP et InDels courts de 1 à 40 pd, en plus de la présence d'un haut niveau d'expression de transcrits potentiellement codant pour des transposases et des transcriptases inverses; clarifiant ainsi l'existence d'une transposition élevée des gènes dans le génome de l'huître et une forte confirmation de la variation génomique, une propriété également soutenue par le fort pourcentage de transposons qui se chevauchent dans l'alignement des séquences. De cette façon, C. gigas peut être comparé aux espèces dont un niveau polymorphe élevé a déjà été établi et il est donc caractérisé par une grande variabilité génétique qui est perdue jusqu'à un certain degré, lors du contrôle des conditions environnementales et du nombre. des parents dans la culture de l'huître.

Les propriétés génomiques déterminent les caractéristiques physiques et les facultés d'un organisme. C'est ainsi que les caractéristiques du génome de Crassostrea gigas influencent la résistance de cette huître à l'environnement hostile du milieu océanique dans lequel elle vit. Grâce à la recherche scientifique a été trouvé que le génome de Crassostrea gigas contient plusieurs familles de gènes étroitement liés à la réponse au stress biotique et abiotique, directement des gènes impliqués dans différentes voies de défense, y compris: oxydation et antioxydation, apoptose, réponse immunitaire, tolérance aux changements drastiques de température, augmentation des métaux lourds, augmentation de la salinité, exposition à l'air, entre autres facteurs de stress. En particulier, l'un des mécanismes de défense les plus importants chez C. gigas, un invertébré, est la présence d'un système apoptotique avancé auquel participent un nombre considérable de gènes (48): BAX, BAK, TNFR, BCL2, BAG, BI1 et caspases; Trouvé dans les analyses génomiques et transcriptomiques et codant pour les protéines inhibitrices de l'apoptose, présentes en plus grande proportion dans l'huître que chez l'homme; de la même manière que cela arrive avec les protéines qui protègent les cellules calorifiques, le HSP70. Seulement 17 de ces protéines existent chez l'homme, alors que les huîtres ont une expansion de 88, une gamme considérable de différence qui explique la grande tolérance aux chocs thermiques subis par C. gigas; de plus, l'expression est également élevée en: peroxyde dismutase extracellulaire, importante pour la défense contre le stress oxydatif; gènes indispensables à la défense contre les agents pathogènes et la lectine de type C et le fibrinogène, collaborateurs de la réponse immunitaire.

En ce qui concerne le grand nombre de gènes qui répondent aux facteurs de stress, ils sont exprimés différemment et ceux qui se chevauchent pour répondre à 2, 3 ou 4 facteurs de stress, mais celui qui induit le plus de réponses chez C. gigas, est l'exposition. dans l'air, ce qui indique que c'est le plus grand facteur de stress et que l'huître a développé une défense large pour le tolérer. Les gènes différentiellement exprimés en réponse au stress sont plus susceptibles d'avoir des paralogues (gènes paralogues), ce qui indique que l'expansion et la rétention des gènes en double liés à la défense sont pertinentes pour l'adaptation de l'huître. Ainsi, les analyses génomiques, transcriptomiques et protéomiques révèlent un large ensemble de gènes et de protéines qui répondent efficacement aux changements environnementaux, ainsi que des informations pour l'étude de la biologie des mollusques et pour l'amélioration génétique des huîtres et d'autres espèces importantes.

Données scientifiques sur Magallana gigas:

Classification et taxonomie de M. gigas:
Classe:Bivalvia
Ordre:Ostreoida
Famille:Ostreidae
Genre:Magallana
Espèce:gigas
Rang:Espèce
Descripteur:Thunberg
Année description:1793
Nom scientifique:Magallana gigas
Protonyme:Crassostrea gigas
Synonymes:Crassostrea gigas
Noms communs:(fr) Huître creuse, Crassostrea gigas
(en) Pacific oyster, Japanese oyster, Miyagi oyster
Statut de M. gigas:
Statut de conservation:Non évalué (NE)
Origine géographique, abondance:
Habitat naturel:Cosmopolite
Continent d'origine:Asie
Abondance:Courant
Maintenance de M. gigas:
Maintenance:facile
Volume ou type:Bassin de jardin, étang, mer, océan, la nature!
Taille:14 à 35 cm
Température:-2 à 35°C
Espérance de vie:20 à 30 ans
Auteur: anemone-clown. La fiche Magallana gigas a été vue 1554 fois. Publié le 02/03/2018. Modifié le .
Commentaires (via Disqus):