Suivez le portail aquariophile:

Paracheirodon innesi : Néon bleu

Paracheirodon innesi : fiche poisson pour maintenance et élevage en aquarium.

Le tétra néon bleu Paracheirodon innesi est un petit poisson d'eau douce de 3,5 cm, originaire du bassin de l'Amazone en Amérique du Sud. Remarquables par leurs couleurs, bleu brillant sur le dos et l'arrière du ventre rouge, les néons s'élèvent en banc de 10 au moins en aquarium. Leur maintenance est facile.

Description de Paracheirodon innesi, Néon bleu

Le Néon bleu est Paracheirodon innesi, un petit poisson vivant en eau douce, connu comme le poisson néon. Le poisson tétra néon est principalement originaire du Pérou en Amérique du Sud où le poisson néon est appelé Piaba. Historiquement décrit sous le taxon Hyphessobrycon innesi, le bassin hydrologique concerné par la présence de ce micro-poisson de 3 cm environ est la rivière Solimões qui s'étend en Colombie, au Pérou et au Brésil. On le trouve aussi bien en eaux blanches claires qu'en eaux noires.
Paracheirodon innesi
Paracheirodon innesi

Le poisson néon Paracheirodon innesi est un petit poisson d'eau douce aux couleurs vives : la partie inférieure du corps est rouge et blanc et dans la partie supérieure un néon bleu ou vert réfléchissant la lumière.

Un trait bleu électrique s'étend au-dessus de la ligne latérale, de la tête à la queue et ce trait varie selon l'émotivité du sujet : bleu en temps normal, vert presque jaune lorsque le poisson néon est effrayé, il passe au mauve indigo au moment du frai. Une tache d'un rouge vif souligne le bleu, du milieu du corps à la queue. Le ventre est blanc, le dos foncé.

Les deux sexes sont également et semblablement colorés, mais les femelles adultes sont aisément reconnaissables à leur forme plus rebondie et à la courbure du trait bleu qui, chez le mâle, reste nettement droit.

L'espérance de vie du néon bleu est estimée entre 5 à 6 ans. Le prix de Paracheirodon innesi est faible, environ 1,00¤ le néon bleu lorsqu'il est acheté en offre promotionnelle par groupe de 10 poissons. Vous avez peu de chances de voir un poisson d'origine sauvage en vente. Chaque poisson sauvage est devenu une rareté... car en raison de sa popularité, il est commercialement élevé en grand nombre pour le commerce en pisciculture. La plupart de ceux en vente en Europe de l'Ouest proviennent de l'Extrême-Orient ou d'Europe orientale. Il a même été introduit dans les eaux naturelles des îles Fidji et de Singapour.

Attention à une maladie spécifique à ces poissons : la maladie du Néon qui est due à un sporozoaire.

Lors de l'achat de tétras Néons, prendre d'abord un certain temps pour observer les poissons dans l'aquarium de vente. Si tous montrent des signes d'agitation, des taches blanches sur la peau, ou ne sont pas en bancs avec les autres poissons, laissez-les dans le magasin! Ce sont tous les signes classiques de la maladie du Néon. Elle est causée par un parasite appelé Pleistophora hyphessobryconis et transmise par microsporidie, et il est pratiquement impossible à traiter une fois qu'il atteint à un stade avancé. Les spores (stade larvaire) du parasite entre dans le poisson par la bouche et creusent à travers les parois de l'intestin avant de s'installer dans les muscles. Dès cette phase, ils produisent des kystes qui provoquent une dégénérescence rapide du tissu musculaire et le développement des plaques caractéristiques blanches (à ne pas confondre avec la maladie du point blanc).

Une fois que la maladie s'empare des poissons, le taux de mortalité peut rapidement devenir très élevé, et atteint souvent les 100%! La seule façon de "traiter" l'aquarium est de supprimer physiquement (euthanasie) tout poisson montrant des signes de celle-ci. Des symptômes similaires, prêtant à confusion, peuvent être observés dans une maladie qui est effectivement causée par des bactéries pathogènes. Souvent désigné comme la "fausse maladie du Tétra Néon", celle-ci peut être traitée avec des produits antibactériens. Il est donc toujours intéressant d'isoler et de traiter un poisson présentant des symptômes de la véritable maladie du Tétra Néon, comme vous pourrez peut-être le guérir, si l'attaque par bactérie est à blâmer finalement.

Fiche de maintenance et élevage de Paracheirodon innesi

Comment maintenir, associer, nourrir, reproduire et élever Paracheirodon innesi (Néon bleu) ? Quels paramètres choisir ?

Qualité de l'eau :

Quels sont les meilleurs paramètres de maintenance ? Quel type d'eau est préféré ?L'habitat naturel est la plupart du temps dans les régions boisées, dans les affluents d'eaux noires avec zone de stagnation en système lentique au large des canaux fluviaux principaux. L'eau est généralement coloré brun foncé avec des acides humiques et autres produits chimiques libérés par la décomposition de la matière organique. La teneur en minéraux dissous est généralement négligeable (conductivité quasiment proche de 10 à 20 µS/cm), et le pH peut être aussi bas que 3,0 ou 4,0. La canopée des forêts tropicales denses ci-dessus signifie que, souvent, très peu de lumière pénètre dans la surface de l'eau.

Les poissons élevés commercialement sont aptes à survivre à un pH plus élevé (jusque 7,5) que les spécimens sauvages, mais montreront leur meilleure coloration dans l'eau légèrement acide.

La température qui lui convient le mieux est de 22 à 25 °C, mais le tétra Néon peut se satisfaire de 18 à 28°C. C'est un poisson de fond qui souffre dans un aquarium trop profond. Il aime les bouquets de plantes légères et les endroits ombragés.

Cohabitation et comportement :

Quel comportement a l'animal ? Avec quels autres animaux est-il compatible ? Est-il sociable ?Sans timidité, il peut être hébergé dans un aquarium d'ensemble sans voisiner toutefois avec des poissons de trop grande taille qui en ferait leur déjeuner ; mais il nous a toujours paru plus beau, plus à l'aise, plus coloré, dans un aquarium qui lui est spécialement réservé. Il y vit en banc et brille de tous ses feux. On voit les mâles se chasser, faire leur cour, les couples se constituer et s'isoler.

Quelques variations issues de sélection existent pour le néon bleu, ici une variété voile :
Néon voile diamant Paracheirodon innesi
Le Néon bleu, y compris une forme voile de Paracheirodon innesi est un poisson paisible à maintenir en groupe et il peut être associé à d'autres petits poissons ayant les mêmes exigences.

Ce poisson grégaire doit être maintenu par groupe de 10 individus minimum dans un aquarium d'au moins 80 litres. Pour le calcul de la population, basez-vous sur le ratio de 5 litres réels d'eau par poisson en tenant compte du litrage nécessaire aux autres individus du bac.

Un grand banc de poissons tétras néons bleus avec des scalaires :
Grand banc de néons bleus avec des scalaires en grand aquarium
Les tétras néons bleus sont des poissons qui aiment la compagnie de ses congénères en aquarium d'eau douce. Ils peuvent cohabiter avec tout poisson non prédateur, car il faut tenir compte de leur petite taille de 3-4 cm.

Leur comportement calme et grégaire permet de les élever avec de nombreuses autres espèces de poissons, notamment d'autres Characidés mais aussi des Cichlidés par trop agressifs et pas trop grands, des poissons de fond sud-américains, et toute espèce non strictement piscivore. Par contre, la cohabitation avec des crevettes comme les crevettes rouges Red Cherry est à éviter car les néons mangeront les trop petites crevettes.

Les mauvaises cohabitations : beaucoup de débutants associent le poisson néon avec les guppys et/ou des platys, mais cela ne devrait pas être fait, car les poissons tétras demandent tous une eau acide et douce tandis que les ovovivipares demandent une eau basique et dure. Ces poissons ne devraient pas être introduits dans le même aquarium.

Les bonnes cohabitations : la plupart des poissons qui vivent en eau douce et acide, de taille inférieur à 15 cm, qui ne sont pas des prédateurs piscivores, peuvent être associés au poisson néon. Il est possible de faire cohabiter les néon bleu avec les cichlidés nains comme les ramirezi ou les cacatuoides, mais aussi avec les scalaires ou les discus, mais uniquement avec des néons adultes : les trop jeunes alevins néons pourraient être avalés par de grands cichlidés adultes. Les poissons de fonds comme les corys sont idéaux, et les ancistrus ne posent pas de problème non plus. Tous les autres poissons tétras conviennent bien en aquarium communautaire.

Alimentation et nourriture :

Comment le nourrir ? Quelle alimentation convient le mieux ? À quelle fréquence ?Franchement carnivore à tendance insectivore, le néon apprécie les proies vivantes (daphnies et artémias) mais mangent des aliments congelés et les paillettes. Il est impératif de lui fournir de la nourriture vivante de temps en temps si on veut lui procurer la meilleure espérance de vie possible. Il est friand d'oeufs durs passés à la toile métallique, de poisson cuit, de crevettes pulvérisées, de vers de Grindal et de nombreuses proies zooplanctoniques. Il apprécie moins la viande et les tubifex et il ne se nourrit jamais d'algue.

Protocole d'élevage et reproduction Paracheirodon innesi :

Comment reproduire P. innesi ? Où et quand peut-on le reproduire et l'élever ?L'élevage du Tétra Néon est tout à fait envisageable, mais il faut déjà une certaine expérience pour les faire se reproduire. Le nombre d'oeufs diffusés est compris entre 60 à 120.

C'est ainsi qu'un jour, on remarque qu'un couple de Néons s'écarte du banc. Le mâle a élu domicile dans un endroit protégé et ombragé. La femelle y est conduite par le mâle et reconduite lorsqu'elle s'en écarte. Elle se tient immobile à quelques centimètres du sol tandis que lui, constamment au-dessus d'elle, décrit de petits cercles chassant un éventuel rival. La femelle circule peu après quelques jours, elle donne des signes d'impatience, poussant de temps à autre un crochet sec vers le mâle, comme pour le mordre, sans que ce dernier s'esquive. Les partenaires sont d'un bleu intense presque violet. C'est le moment de transférer le couple dans l'aquarium de ponte. On procède sans précipitation pour ne pas effrayer les poissons ; le mieux est d'employer une pipe en verre et un petit filet.

Choisir de préférence un aquarium en verre collé (ou en plexiglas, dix à quinze litres suffisent), non planté, dont le fond est recouvert de tourbe fibreuse passée à l'eau bouillante et où le support de ponte est constitué d'un bouquet d'Hydramania falcata maintenu sur le fond par un anneau de plomb ou un fragment de schiste. Maintenir la température à 25 °C, un aérateur léger assure un brassage régulier de l'eau.

L'eau est le facteur le plus important. L'eau de pluie est à déconseiller, car elle est de plus en plus souillée par les résidus des appareils à combustion. Dans l'eau déminéralisée, aucune reproduction n'a pu être menée à bien. Les meilleurs résultats ont été obtenus dans l'eau d'une source de la forêt d'Anlier, source non canalisée, d'accès difficile, en terrain marécageux. Le sol y est composé de schiste, de quartz et d'argile ; l'eau coule parmi les feuilles mortes (hêtres et chênes) et pullule d'insectes divers. Cette eau titre à peine 2° (TH français) et le pH est voisin de 7; nous le ramenons à 6,4 par une décoction de tourbe horticole. Avant l'emploi, elle est filtrée sur une étamine légère. Le plus simple de nos jours est d'exploiter. L'aquarium est disposé en lumière tamisée et les reproducteurs y sont introduits le jour suivant.

La ponte est souvent brutale ; les partenaires piquent l'un- sur l'autre sans se quitter, ils paraissent se battre plutôt que s'accorder. L'émission des oeufs a lieu en pleine eau, souvent au voisinage des buissons d'Hydramania falcata ou de tourbe fibreuse. Pendant les pauses, la femelle se retire dans le coin le plus sombre de l'aquarium, la tête légèrement oblique vers la bas. Dès qu'elle se redresse, le mâle la rejoint et la poursuite reprend. Après deux heures, les pauses deviennent plus longues. La ponte se termine. Il est préférable de ne pas attendre la dernière ponte pour repêcher les géniteurs, car lorsqu'ils ont goûté au frai, ils en deviennent tellement friands que, par la suite, ils gobent les oeufs au fur et à mesure de leur émission.
Dès le 3e jour, on aperçoit quelques larves aux vitres et déjà des alevins circulent en pleine eau. Un premier repas est servi, des rotifères, préparés au moyen d' "Infusyl".
Le nombre des repas est augmenté progressivement et, six jours après l'éclosion, distribution de quelques Artemia salina fraîchement écloses. L'aquarium est un peu plus éclairé.
Les repas de Rotifères sont progressivement diminués au bénéfice des nauplies d'Artemia salina, l'adaptation à la nourriture du second stade est le point critique de l'élevage c'est là que se situent les pertes les plus fréquentes.

Des nombreuses expériences que nous avons tentées sur la reproduction de Paracheirodon innesi, on peut dégager les observations suivantes :Le couple est très uni et difficilement dissocié; il y a donc intérêt à garder les couples séparés.La ponte s'obtient plus facilement avec des sujets jeunes.Les couples employés pour la reproduction vivent moins longtemps que ceux qui ne quittent jamais l'aquarium d'hébergement le mâle en particulier semble avoir une période de fécondité moins longue et une vie plus brève que la femelle.La ponte ne se produit pas à un moment fixe de la journée, elle n'est pas favorisée par la lumière; au contraire, une lumière trop vive effraye les poissons. La ponte survient le plus souvent le second jour qui suit l'introduction du couple dans l'aquarium, mais certains couples ont pondu dès le lendemain et d'autres le troisième jour. Un temps sec et orageux active la pariade. La ponte des individus directement importés s'obtient plus difficilement que celle de géniteurs qui ont été eux-mêmes élevés en aquarium.

Informations encyclopédiques (Néon bleu) :

Qu'est-ce que P. innesi a de particulier ? Y'a-t-il des utilisations spéciales ?Dans le cadre des aquariums et de l'aquariophilie, le néon prend de multiples significations, même si au départ, c'est bien un gaz de symbole chimique Ne. C'est le second gaz noble le plus léger, de couleur rougeâtre-orangeâtre dans un tube de décharge de vide ou dans une lampe au néon, fréquemment abrégé en 'néon' tout court et auquel il faut préférer le terme de tube fluorescent car ce gaz n'est plus employé de nos jours dans ces tubes d'éclairage.

Néon est le nom commun d'un poisson très célèbre : le tétra néon bleu, ou de son taxon scientifique, Paracheirodon innesi.

Données scientifiques sur Paracheirodon innesi

Classification et taxonomie de P. innesi :
Classe :Actinopterygii
Ordre :Characiformes
Famille :Characidae
Genre :Paracheirodon
Espèce :innesi
Rang :Espèce
Descripteur :Myers
Année description :1936
Nom scientifique :Paracheirodon innesi
Protonyme :Hyphessobrycon innesi
Synonymes :Hyphessobrycon innesi
Noms communs :(fr) Néon bleu
(en) Neon tetra, Piaba
Acheter Paracheirodon innesi :
Prix moyen :1,50
Fourchette de prix :0,90 à 2,50
Statut de P. innesi :
Statut de conservation :Non évalué (NE)
FishBase n° :10691
Origine géographique, abondance :
Habitat naturel :Pérou, Brésil, Colombie
Continent d'origine :Amérique du Sud
Abondance :Courant
Maintenance de P. innesi :
Maintenance :facile
Volume ou type :Mini-aquarium
Taille :3-4 cm
pH de l'eau :5,0 à 7,0
Dureté de l'eau :1 à 12 °GH
Température :18 à 28 °C
Espérance de vie :5-6 ans
Taille du couvain :60-120 oeufs
Auteur: anemone-clown, dernière modification le , publié le 04/05/2007. 119794 lectures.
Commentaires (via Disqus)