L'aquariophilie pour des aquariums modernes

Testudo hermanni : Tortue d'Hermann

Testudo hermanni : fiche pour maintenance et élevage en aquarium.

Description de Testudo hermanni, Tortue d'Hermann:

La tortue d'Hermann Testudo hermanni, ou Eurotestudo hermanni, est une espèce européenne de tortue terrestre de la région méditerranéenne parfois appelée tortue de Méditerranée ou tortue des Maures. Elle est un reptile herbivore et diurne qui peut atteindre des âges comparables à ceux de l'Homme.
Testudo hermanni
Testudo hermanni

Chez l'espèce Testudo hermanni, il est admis que trois sous-espèces se distinguent: la tortue d'Hermann occidental avec T. h. hermanni (Espagne/France/Italie), la tortue d'Hermann de l'Est avec T. h. boettgeri (Grèce/Turquie) et la tortue dalmate avec T. h. hercegovinensis (Bosnie/Croatie/Monténégro). Parfois mentionnée quatrième comme sous-espèce, T. h. peleponnesica n'est pas encore confirmée comme étant génétiquement différente de T. h. boettgeri.

Les tortues d'Hermann peuvent être rencontrées dans le sud de l'Europe, en Europe méditerranéenne. La population de l'ouest (hermanni) se trouve dans l'est de l'Espagne, le sud de la France (avec l'espèce-type venant de Collobrières), les îles Baléares, la Corse, la Sardaigne (y compris l'île de l'Asinara), la Sicile et aussi dans le sud et le centre de l'Italie (Toscane). La population de l'Est (boettgeri) habite la Serbie, la Macédoine, la Roumanie (avec l'espèce-type venant d'Orsova), la Bulgarie, l'Albanie et la Grèce, tandis que hercegovinensis remplit côtes de la Bosnie-Herzégovine, la Croatie et le Monténégro. Cette tortue méditerranéenne a été introduite à Chypre.

Tortue d'Hermann, sous-espèce Testudo hermanni boettgeri:
Tortue d\'Hermann, sous-espèce Testudo hermanni boettgeri
La sous-espèce orientale Testudo hermanni boettgeri est beaucoup plus grande que dans l'ouest, atteignant des tailles allant jusqu'à 28 cm de longueur. Un spécimen de cette taille peut peser 4,3 kg.

En revanche, les spécimens Testudo hermanni hermanni croissent rarement au delà de 18 cm. Certains spécimens adultes sont aussi petits que 7 cm.

En France, seule T. hermanni hermanni est présente, très localement, limitée au massif des Maures et des zones collines de l'Esterel, où quelque 10 populations persistent à l'heure actuelle (chiffres 2004), à des densités atteignant 11 animaux par hectare. Historiquement, la tortue méditerranéenne a été connue du Piémont pyrénéen français (disparue en 1960-70) et les îles d'Hyères (disparu milieu du 19e siècle). En Corse, la Testudine est principalement présente dans les régions côtières de l'Est et du Sud, ainsi que les populations dispersées près de Corte et le long de la côte Nord de l'île de beauté.

habitat et écologie de la tortue d'Hermann:


La tortue d'Hermann préfère les forêts claires de chênes à feuilles persistantes des zones proches de la mer Méditerranée, mais en son absence habite le maquis, la garrigue, les maquis de dunes et les prairies maritimes, ainsi que les habitats bordant des terres agricoles et ferroviaires. Les femelles produisent une ou plusieurs griffes de 3-5 oeufs par an. Les deux sexes atteignent la maturité à environ 9 à 12 ans, les mâles ayant une maturation un peu plus jeune.

Il existe des programmes de conservation en France, en Espagne et en Italie, en particulier avec différentes aires protégées à travers la majeure partie de son aire de répartition.

En captivité, c'est un animal relativement robuste, capable de supporter les environnements humides et secs (tant qu'il y a la chaleur adéquate) et est particulièrement facile à élever. Pas étonnant alors, que depuis de nombreuses années, la tortue Hermann a été considérée comme une espèce idéale pour être gardée comme animal de compagnie. Cette popularité a malheureusement donné lieu à un très grand nombre de prélèvements dans la nature.

Dans certaines parties de son aire, elle est sérieusement menacée et, ces dernières années, des mesures concrètes pour préserver les populations restantes sont entrées en vigueur, l'exemple le plus notable d'entre eux étant la SOPTOM "Village Tortue" dans le Sud de la France. Des projets similaires existent maintenant en Italie (projet Carapax), l'Espagne (Albera) et la Corse.

Pour toute sa popularité comme animal de compagnie, et elle est gardée par de nombreux amateurs de tortues sur les deux côtés de l'Atlantique, Testudo hermanni reste à bien des égards incomprise. En plus d'un manque général de connaissances chez les amateurs quant à son mode de vie naturel, il y a confusion sur la nomenclature et la distribution. Afin de résoudre ces problèmes, il est nécessaire d'examiner la systématique des hermanni avant de tenter de comprendre son écologie naturelle ou de maintenance en captivité.

Spécimen femelle de la sous-espèce Testudo hermanni hermanni:
femelle Testudo hermanni hermanni
La distinction entre mâle et femelle des tortues d'Hermann se fait par le dessous.

La répartition de Testudo hermanni hermanni en France est limitée à la zone de la Provence et du massif des Maures, entre Toulon et Saint-Raphaël, sur la côte à Draguignan, Le Luc et Pont Sollies à l'intérieur des terres. La principale concentration de tortues se rencontre dans des sites contenant des habitats entre Collobrières, La Garde Freinet, Gonfaron et Gogolin. Quelques tortues sont vues à proximité des habitations humaines, même lorsque l'habitat semble bien convenir, bien qu'il existe quelques exceptions localisées. La majorité habitent les collines et les montagnes qui sont une caractéristique de cette région à une altitude préférée entre 500 et 700 mètres relativement inaccessible.

Description anatomique de Testudo hermanni:


Il est souvent allégué qu'il est possible de faire la distinction entre les populations du sud et de l'est de T. hermanni en déterminant si le bouclier supracaudal se divise ou non. Il est aussi parfois dit que T. hermanni peut être distinguée de T. graeca en utilisant les mêmes critères, mais rien n'étaye réellement cette possibilité. La tortue mauresque T. graeca ne supporte pas de vivre toute l'année dehors sous nos climats (à part dans le midi et encore). Une hermann a un éperon au bout de la queue et l'écaille au dessus de la queue divisée en 2, ce qui n'est pas le cas avec Graeca. Pour confirmer l'identification, il faut vérifier la présence d'un ergot sur chaque cuisse (entre les pattes et la queue).

Les marques du plastron de Testudo hermanni hermanni sont typiquement formées de deux bandes sombres presque solides s'étendant longitudinalement vers le bas du plastron (plaque 2). Chaque spécimen de cette sous-espèce examinée possède cette spécificité.

Les marques plastron de la forme de l'Est, T. hermanni boettgeri semblent être un peu plus variable, mais la forme caractéristique est beaucoup moins dense et moins bien définie que celui de la population française. Certains spécimens examinés ont possédé des plastrons avec des marques denses qui se rapprochent presque celle de T. h. hermanni cependant, ce marquage ne devrait pas être employé isolément pour diagnostiquer la spéciation.

Il semble y avoir des divergences considérables dans la taille maximale entre les formes orientales et du sud, l'orientale atteignant systématiquement une plus grande taille maximale observée que celles de France. L'herpétologiste Heron (1968) a examiné plus de 400 spécimens français et a constaté que les grandes femelles atteignent 155 mm et 130 mm pour les mâles seulement. Le plus grand animal de cet échantillon mesuré seulement 160 mm. Des observations plus récentes indiquent que la plus grande taille atteinte par les femelles et les mâles est de, respectivement, 190 mm et 168 mm. Les spécimens observés au cours des dernières études de terrain en France montraient des mesures de moins de 170 mm pour l'ensemble des spécimens.

Les mesures de Testudo hermanni hermanni des îles Baléares et l'Espagne tendent à confirmer que ces dimensions sont assez typiques de la population de l'Ouest dans son ensemble.

Par comparaison, les populations de l'Est de Testudo hermanni boettgeri peuvent atteindre des tailles remarquables, dont un spécimen qui mesurait 264 mm de long et pesait 3,420 g, chiffres soupçonnés de constituer un record pour l'espèce. De nombreux autres spécimens mesurant plus de 200 mm ont également été observés.

La couleur de fond de T. h. hermanni est typiquement un jaune doré brillant. Cette coloration est très évidente chez tous les spécimens observés en France et en Italie, et elle contraste fortement avec la plupart des spécimens de l'Est T. h. boettgeri où la couleur de fond pourrait être décrite comme un jaune verdâtre. De même, les marques de la carapace des populations françaises et italiennes semblent être exceptionnellement claires et bien définies par rapport aux spécimens les plus orientaux. Une caractéristique particulièrement notée dans tous les animaux examinés en France était un marquage en jaune vif en "trou de serrure" nettement défini sur la scute vertébral postérieur central inférieur (juste au-dessus de la supracaudale). Ce caractère si nettement défini n'est pas observé chez les individus de l'Est.

Il y a une nette différence d'aspect entre les populations occidentales et orientales de T. hermanni. La population de l'Ouest a une tête beaucoup plus allongée et un contour lisse qui sont en général comme un serpent dans son aspect général. Les populations de l'Est ont une tête en forme de bulbe plus courte tout à fait distinctive.

Maintenance, élevage de Testudo hermanni:

Comment maintenir T. hermanni? Où le mettre?En maintenance et élevage en captivité, la tortue Hermann est une espèce qui souffre facilement de rhinites à cause d'un climat trop humide dans le nord de la France.

Les pissenlits et les endives sont les nourritures les plus adaptées à leurs besoins, en sachant qu'un pourcentage de 10% de fruit dans leurs alimentation est fortement recommandé (orange sans peau ou pomme).

Données scientifiques sur Testudo hermanni:

Classification et taxonomie de T. hermanni:
Classe:Reptilia
Ordre:Testudines
Famille:Testudinidae
Genre:Testudo
Espèce:hermanni
Rang:Espèce
Descripteur:Gmelin
Année description:1789
Nom scientifique:Testudo hermanni
Protonyme:Testudo hermanni
Synonymes:Chersine hermanni, Eurotestudo hermanni, Testudo graeca bettai, Testudo graeca boettgeri, Chersine boettgeri, Eurotestudo boettgeri, Testudo graeca hercegovinensis, Testudo enriquesi, Testudo hermanni robertmertensi
Noms communs:(fr) Tortue d'Hermann
(en) Hermann's Tortoise
Statut de T. hermanni:
Statut de conservation:Quasi menacé (NT)
IUCN n°:21648
Origine géographique, abondance:
Habitat naturel:Europe du Sud
Continent d'origine:
Abondance:Rare
Maintenance de T. hermanni:
Maintenance:facile
Volume ou type:Terrarium
Taille:18 à 28 cm
Espérance de vie:75 ans
Auteur: wistiti57. La fiche Testudo hermanni a été vue 40795 fois. Publié le 09/09/2012. Modifié le .
Commentaires (via Disqus):