L'aquariophilie pour des aquariums modernes

Psalmopoeus cambridgei : Mygale à Chevrons

Psalmopoeus cambridgei : fiche pour maintenance et élevage en aquarium.

Description de Psalmopoeus cambridgei, Mygale à Chevrons

L'araignée à chevrons Psalmopeus cambridgei porte un nom vernaculaire, dérivé de l'anglais Trinidad Chevron Tarantula, qui signifie littéralement mygale à Chevrons de Trinidad, dont l'origine géographique ne surprendra personne avec un tel nom commun puisque cette mygale est contenue dans une aire de distribution incluant Trinidad-et-Tobago.
Psalmopoeus cambridgei
Psalmopoeus cambridgei

Psalmopoeus cambridgei est l'une des plus grandes espèces de mygales Psalmopoeus en captivité, avec, pour les femelles, environ 7 cm de corps pour 16 cm d'envergure voire davantage. Les mâles sont de taille variable, tantôt très grands par leur envergure parfois impressionnante, tantôt bien plus petits que les femelles, mais le corps mesure généralement 4 à 5 cm.

Les mâles immatures sont identiques aux femelles et changent radicalement d'aspect au stade adulte, où ils deviennent uniformément grisâtres, d'aspect très plumeux, et très frêle. À ce stade, la ligne et les chevrons sur l'abdomen sont bien moins visibles voir inexistants.

Quant aux femelles Psalmopoeus cambridgei, l'aspect général est plumeux. La couleur de fond gris verdâtre tire légèrement sur l'orangé longtemps après une mue. Des taches orange en forme de virgule sont bien visibles sur les métatarses, ainsi que d'autres, au centre des tarses, de même couleur. On distingue nettement une ligne foncée traversant l'abdomen sur sa longueur, ainsi que des chevrons sur les flancs.

Spécimen de la mygale à chevrons de Trinidad :
Psalmopoeus cambridgei, la mygale à chevrons de Trinidad
Psalmopoeus cambridgei, la mygale à chevrons de Trinidad, peut varier de coloris au cours de sa croissance et sexe.

Le juvéniles de Psalmopoeus cambridgei sont semblables en tout point aux jeunes Psalmopoeus irminia, avec lesquels il est impossible de les différencier à l'oeil nu. Le céphalothorax est orangé, l'abdomen est bleu très foncé avec 8 chevrons beige clair partant du milieu et terminant sur le haut des flancs en diagonales. Les pattes sont également bleu très foncé avec les métatarses clairs. Ils perdront progressivement cette magnifique livrée au bout de quelques mois pour finir par ressembler aux adultes.

Le comportement montre une espèce agréable à observer, peu craintive et qui se montre à loisir. Elle tisse beaucoup et se tient souvent aux abords de son nid, lorsqu'elle n'est pas en train d'arpenter son territoire, et cela, de jour comme de nuit. Car (pour la petite anecdote) contrairement au genre Poecilotheria, auquel certains spécialistes apparentent étroitement les Psalmopoeus, ces dernières ne craignent pas la lumière. Méfiance toutefois, car c'est une espèce agressive lorsqu'elle est dérangée, n'hésitant pas à faire face et a mordre si elle se sent acculée. Elle est de plus très rapide, notamment au cours des stades intermédiaires; elle peut également effectuer des bonds assez spectaculaires si besoin est. Attention donc lors des transferts de bacs par exemple.

La croissance des mygalons est rapide, on peut obtenir une femelle adulte en un délai de 2 ans, bien que ces dernières peuvent être matures et reproductrices avant d'avoir atteint leur taille adulte (sub-adulte). Les mâles sont mâtures plus rapidement, vers 1 an et demi environ.

Dans de bonnes conditions, on peut espérer maintenir une femelle une dizaine d'années, voir davantage. L'espérance de vie des mâles, une fois matures, n'est que de quelques mois.

Très courante en élevage, c'est une espèce facile, pouvant être une bonne alternative à certaines espèces arboricoles considérées comme "plus dociles" mais également plus fragiles comme les Avicularia. Les débutants peuvent à mon avis envisager sa maintenance, à condition de commencer avec des spécimens de taille intermédiaire, permettant, malgré leur nervosité, de se familiariser avec l'animal et s'habituer à son caractère qui pourrait les surprendre. En bref la mygale à chevrons de Trinidad est "indémodable", remarquable par son comportement des plus intéressant. Les espèces Psalmopoeus irminia et Psalmopoeus pulcher s'élèvent de la même manière.

Maintenance, élevage de Psalmopoeus cambridgei :

Comment maintenir P. cambridgei ? Où le mettre ?La maintenance se déroule en terrarium, assez haut pour satisfaire les moeurs arboricoles de l'espèce. Une femelle adulte peut être maintenue dans un terrarium de 25 x 25 x 40 cm. Évidemment, plus c'est haut et mieux c'est. Ce terrarium disposera d'un substrat de 5 cm de tourbe blonde maintenue humide.

Agencement du terrarium : on veillera à placer une écorce (de chêne-liège, c'est encore le mieux) verticalement, en diagonale au fond du terrarium pour que la mygale fasse son nid derrière celle-ci. Un abreuvoir sera également présent. La décoration type plante n'est pas indispensable, mais si vous y tenez, tablez sur de l'artificiel, une vraie plante aurait vite fait d'être étouffée par la toile de l'araignée.

Température : résistante et tolérante, c'est une araignée qui s'épanouira convenablement à des valeurs moyennes de 24 °C en journée et 20 à 22 °C la nuit, ont peu cependant l'exposé à une température légèrement supérieure, pour la reproduction par exemple, mais je ne considère pas cela indispensable.

Hygrométrie : aux alentours de 80 %. Ce taux sera maintenu par le substrat humide et une pulvérisation 2 fois par semaine environ. Si l'hygrométrie est trop basse, la mygale creuse pour rechercher l'humidité. Elle est également tolérante sur ce point.

Éclairage : le cycle nycthéméral jour/nuit local convient parfaitement.

Nourriture : l'alimentation doit être basée sur des grillons, blattes, criquets, vers de farine, souriceaux.. La mygale à chevrons n'est pas du tout difficile et très vorace!

Protocole d'élevage et reproduction Psalmopoeus cambridgei :

Comment le multiplier et le reproduire ? Quelles conditions favoriser ?À noter que la reproduction est relativement facile, c'est une espèce très fréquemment reproduite en captivité.

Parade et accouplement :
La rencontre des deux partenaires se passe généralement sans encombre, pour peu que la femelle soit bien nourrie (mais pas gavée !). Le mâle est parfois craintif et s'approchera la plupart du temps très prudemment, d'abord avec des mouvements saccadés, prévenant la femelle de ses intentions, puis« vibre » tout en tapotant avec ces pédipalpes, ceux à quoi la femelle répond en faisant de même si elle est disposée à s'accoupler. Ensuite, le mâle se met à effectuer une parade typique du genre : il "secoue" sa deuxième paire de pattes, un peu à la manière d'un battement d'ailes. L'accouplement a généralement lieu peu après. Ce dernier est assez rapide et il faut être prêt à intervenir, car la réaction à venir de la femelle est plutôt imprévisible puisque soit elle laisse le mâle s'enfuir en restant sur place comme abasourdie, soit elle ne lui laisse aucun répit et le poursuit pour en faire son prochain repas...mais généralement, le mâle s'en sort bien et une réaction négative après l'accouplement de la part de la femelle arrive souvent lorsque celle-ci fût accouplée plusieurs fois de suite ou lorsqu'elle a faim (d'où l'importance de la nourrir convenablement au préalable).

gestation et ponte :
Durant la gestation, la femelle redouble d'appétit (déjà impressionnant en temps normal !). Le cocon est fait environ 2 mois plus tard, parfois plus, et on peut s'attendre a ce que la femelle le conçoive lorsqu'elle commence à s'enfermer, un peu comme si elle préparée une mue. Une fois le cocon prêt, la mère s'en occupe avec attention. Il peut arriver qu'elle le dévore, mais c'est chose rare. Les jeunes apparaissent à peu près 1 mois et demi après et ils sont déjà très voraces et résistants. Ils sont une centaine en moyenne, voire davantage. Étant une espèce itéropare, il est possible qu'un deuxième cocon, moins prolifique soit conçu quelques semaines après.

Données scientifiques sur Psalmopoeus cambridgei

Classification et taxonomie de P. cambridgei :
Classe :Arachnida
Ordre :Araneae
Famille :Theraphosidae
Sous-famille :Aviculariinae
Genre :Psalmopoeus
Espèce :cambridgei
Rang :Espèce
Descripteur :Pocock
Année description :1895
Nom scientifique :Psalmopoeus cambridgei
Protonyme :Psalmopoeus cambridgei
Noms communs :(fr) Mygale à Chevrons
(en) Trinidad chevron tarantula
Statut de P. cambridgei :
Statut de conservation :Non évalué (NE)
Origine géographique, abondance :
Habitat naturel :Trinidad, Tobago
Continent d'origine :Amérique centrale
Abondance :Courant
Maintenance de P. cambridgei :
Maintenance :facile
Volume ou type :Terrarium
Taille :12 à 16 cm
Auteur: TerenceB72, dernière modification le , publié le 11/04/2011. 6283 lectures.
Commentaires (via Disqus)