L'aquariophilie pour des aquariums modernes

Définition de biométéorologie

Que signifie biométéorologie ?

Définition biométéorologie:

La biométéorologie est un domaine interdisciplinaire de la science qui étudie les interactions entre la biosphère et l'atmosphère terrestre sur des échelles de temps de l'ordre des saisons ou plus courtes, par opposition à la bioclimatologie. Elle regroupe les incidences du climat sur les êtres-vivants.

La biométéorologie (ou la bioclimatologie à plus grande échelle temporelle) crée une interface entre la biologie, la médecine, la géographie, la météorologie ou la climatologie, etc., qui traite en général de l'influence des conditions atmosphériques sur la physiologie des organismes vivants et leur distribution sur le globe.

Illustration de la biométéorologie:
La biométéorologie étudie la vie selon la météo
La biométéorologie, appliquée en géographie et aux études environnementales, se concentre sur les interactions sol-plante-atmosphère ou animaux-atmosphère dans une variété de climats et d'écosystèmes. Les mesures des échanges d'énergie, d'eau et de gaz traceurs entre la surface et l'atmosphère sont essentielles à notre compréhension des rétroactions entre la biosphère et le système climatique.


Cette science est étroitement liée aux sciences de la vie et en particulier à l'écologie ainsi qu'à la plupart des mammifères supérieurs avec les médicaments, intervant beaucoup sur le carbone (et le cycle du carbone) et localement en micrométéorologie.


Spécialisations biométéorologiques:

Selon le domaine de spécialisation, la recherche est basée sur des études plus précises:la phytobiométéorologie: effets climatiques et météos sur les plantes, en particulier les cultures; appliquée à l'agriculture, elle est appelée l'agrométéorologie. La biométéorologie phytogénétique traite des influences météorologiques sur la croissance des plantes et la répartition géographique, l'aire de distribution, l'endémisme, la spéciation végétale...la zoobiométéorologie: effets climatiques et météorologiques sur les animaux, en particulier en ce qui concerne les animaux de ferme; la biométéorologie entomologique se distingue parmi d'autres en examinant les effets des conditions atmosphériques sur les insectes, en particulier les ravageurs ou les indésirables (par exemple les moustiques ), en raison de leurs effets parfois néfastes sur la santé humaine ou les cultures.la biométéorologie humaine, biométéorologie médicale, météoropathologie ou météorophysiologie traitant de l'influence du climat et du temps sur l'homme. Il existe une division en plusieurs disciplines de recherche, parmi lesquelles les plus importantes traitent de l'influence de ces facteurs climatiques et/ou météos sur le corps d'une personne en bonne santé et on distingue:la météorophysiologie géographique examinant l'influence de facteurs géographiques sur les fonctions physiologiques humaines, telles que l'influence du climat sur la couleur de la peau et des cheveux ou la dépendance du cycle de développement humain sur la latitude géographique dans laquelle il vit.la météorophysiologie de l'acclimatation dont l'étude porte sur des phénomènes physiologiques dans le corps humain après transfert dans une autre zone climatique, avec un processus d'acclimatation.la météorophysiologie du sport étudie l'influence des facteurs climatiques sur la santé et la performance des athlètes, par exemple la dépendance de la capacité respiratoire à partir de l'altitude.la météorophysiologie urbaine étudie l'impact du développement urbain, des structures de construction, des matériaux de construction utilisés sur la santé humaine, trouver des moyens d'améliorer l'impact des stimuli climatiques positifs et atténuer les effets négatifs, par exemple dans la conception des lotissements. Il sera impossible de collecter la pollution de l'air dans sa zone.la physiométéorologie spatiale (de l'espace) explore l'influence des facteurs extraterrestres et xénobiotiques, par exemple le rayon cosmique sur la santé des cosmonautes.la météoropathologie étudie l'impact des facteurs météorologiques sur la pathogenèse, l'épidémiologie des maladies... Les effets météorologiques de l'étude sont le développement de conditions climatologiques, l'utilisation de différents climats (mer, montagne) qui peuvent avoir un effet thérapeutique, etc.

Objets d'investigation:

La réaction des processus biologiques (et purement biochimiques) aux influences météorologiques est appelée biotropie, tandis que les réactions correspondantes de systèmes biologiques entiers sont appelées météororétrie.

Une majorité de la population a confirmé dans les études démoscopiques être sensibles aux conditions météorologiques. Cependant, les relations elles-mêmes sont généralement de nature complexe, parfois difficiles à prouver et parfois contradictoires.

L'étude des influences des champs électromagnétiques naturels forts, comme dans les orages, et les parasites atmosphériques naturels font également l'objet de recherches biométéorologiques.


Méthodes:

La biométéorologie interdisciplinaire se concentre sur les études physiologiques observationnelles, les simulations météorologiques dans les chambres climatiques et l'analyse statistique des données météorologiques et médicales existantes. Les méthodes de travail de la microclimatologie sont largement utilisées.

Surtout, la biométéorologie humaine détermine les conditions particulières dans lesquelles l'organisme humain travaille. La plus grande importance est la température perçue et avec elle le facteur vent (refroidissement éolien) et l'indice de chaleur avec l'humidité. Les différences spécifiques dans la tolérance aux conditions météorologiques des personnes saines et malades sont également intéressantes.

Pour évaluer le climat (ou météo) en termes de perception de la température, on utilise souvent le vote moyen prédit, un chiffre calculé à partir de l'équation de confort qui indique combien de personnes sont susceptibles de trouver un climat désagréable.


Prédictions météorologiques médicales:

Les résultats de la recherche météorologique ont conduit à l'introduction de divers services d'alerte pour avertir les personnes sensibles aux intempéries ou à des groupes de population spécifiques de diverses altérations météorologiques (par exemple l'effet de Foehn) ou de concentrations d'allergènes, de poussières ou d'ozone (pollution due à l'effet de serre). Depuis une quinzaine d'années, les médias diffusent quotidiennement des "bilans bioinformatiques".

Cependant, seules quelques influences ont été scientifiquement prouvées. En particulier, les prévisions sont problématiques qui font certaines conditions météorologiques pour des plaintes spécifiques, de telles prédictions sont similaires aux "horoscopes". Ainsi, mettre en garde contre les coliques, les douleurs cicatricielles et autres signes de bobologie est un non-sens.


Exemples de processus pertinents:

Les phénomènes biométéorologiques influencent les processus biologiques sur de courtes échelles de temps. Par exemple, lorsque le soleil se lève au-dessus de l'horizon le matin, les niveaux de lumière deviennent suffisants pour que le processus de photosynthèse ait lieu dans les feuilles des plantes. Plus tard, au cours de la journée, la température de l'air et l'humidité peuvent provoquer la fermeture partielle ou totale des stomates, une réaction typique de nombreuses plantes pour limiter la perte d'eau par transpiration (évapotranspiration). Plus généralement, l'évolution quotidienne des variables météorologiques contrôle le rythme circadien des plantes et des animaux.

Les organismes vivants, pour leur part, peuvent collectivement affecter les conditions météorologiques. Le taux d'évapotranspiration des forêts, ou de toute grande zone de végétation d'ailleurs, contribue à la libération de vapeur d'eau dans l'atmosphère. Ce processus local, relativement rapide et continu peut contribuer de manière significative à la persistance des précipitations dans une zone donnée.

Comme autre exemple, le flétrissement des plantes entraîne des changements précis dans la distribution de l'angle des feuilles et modifie donc les taux de réflexion, de transmission et d'absorption de la lumière solaire dans ces plantes. Cela, à son tour, modifie l'albédo de l'écosystème ainsi que l'importance relative des flux de chaleur sensible et latente de la surface vers l'atmosphère.

Pour un exemple en océanographie, considérons la libération de sulfure de diméthyle par l'activité biologique dans l'eau de mer et son impact sur les aérosols atmosphériques.

Voir les synonymes de biométéorologie.
Revoir la définition biométéorologie ... La définition BIOMETEOROLOGIE a été vue 107 fois. Publié le 02/11/2017. Modifié le .
Commentaires (via Disqus):