L'aquariophilie pour des aquariums modernes

Poissons d'eau douce d'Europe - présentation 1

Poissons d'eau douce d'Europe - présentation 1 En trois articles, nous décrivons ici rapidement et succinctement les principales familles rencontrées dans nos eaux européennes (et surtout françaises).

Cette première partie présente les Clupéidés, les Centrarchidés, les Siluridés, les Percidés et les Gabidés.

Les Clupeidés :

La famille des Clupéidés, dont les membres sont essentiellement marins, est représentée dans les eaux douces d'Europe par plusieurs espèces du genre Alosa

Alosa fallax Lacépède 1803 : L'alose finte est comme sa proche parente la Grande Alose, un poisson potamotoque; on la rencontre dans les fleuves côtiers de l'Atlantique et du Bassin méditerranéen au printemps, alors qu'elle remonte les cours d'eau pour frayer; la ponte a lieu la nuit en eau chaude et les alevins ne redescendent vers la mer qu'à la fin de l'été. De petite taille et dépassant rarement 1 kg, l'Alose finte n'est pas très recherchée, d'autant que les individus capturés après le frai sont généralement épuisés et très amaigris. L'Alose finte est souvent rencontrée sous le nom de Alosa ficta Duhamel du Monaceau, 1772.

Les Centrarchidés :

La famille américaine des Centrarchidés comprend des poissons exclusivement carnassiers dont quelques uns ont été introduits en Europe.

Micropterus salmoides Lacépède 1802 : c'est une des deux espèces de Black-Bass que l'on est susceptible de trouver en France. Il a le corps trapu, le dos arrondi et une grande caudale tronquée; la tête est grande, .de même que la bouche, et la mâchoire inférieure dépasse de beaucoup la supérieure. Le Black-Bass se nourrit de petits poissons et affectionne tout particulièrement les batraciens; on le pêche d'ailleurs en eschant la ligne avec une grenouille. Devenant très gros aux U.S.A. (jusqu'à 8 kg), il n'a pas beaucoup profité de son acclimatation en Europe où les individus pêchés dépassent rarement 1 kg. Noms communs : Black-Bass, perche truitée, Perche à Grande Bouche, Lobina.

Lepomis gibbosus
Linné 1758 : comme le précédent, ce poisson vient d'Amérique. Il s'est rapidement répandu dans les cours d'eau à faible débit et les étangs où il fait la joie des enfants... et le désespoir des sociétés de pêche. En Europe, la Perche-Soleil n'atteint que 15 cm seulement et sa chair est truffée d'arêtes. Sa voracité s'exerce au détriment des alevins d'autres espèces, qu'elle supplante rapidement. Malgré sa petite bouche, elle engame ses proies si profondément que le pêcheur doit le plus souvent l'inciser pour récupérer l'hameçon. Son corps est presque aussi haut que long et doté de couleurs chatoyantes; une tache rouge bordée de noir marque la pointe extrême de l'opercule, arrondie en forme d'oreille. Noms communs : Perche-Soleil, Perche Arc-en-ciel, Boer.

Les Siluridés :

La seule espèce autochtone de Siluridé est en même temps le plus grand des Poissons d'Europe, strictement dulcaquicoles.

Silurus glanis Linné 1758 : peu commun en France où il ne fréquente guère que le Rhin et le Doubs, le Silure est originaire des grands fleuves d'Europe Centrale. Il peut atteindre et même dépasser 3 m. pour un poids de plus de 300 kg ! C'est un prédateur vorace qui dévore poissons, oiseaux aquatiques et petits mammifères; on cite même un cas où un Silure s'est attaqué à un sanglier venu boire et a fini par mourir, étouffé par sa proie. Le Silure est reconnaissable à sa tête plate, pourvue d'une gueule immense agrémentée de 6 barbillons, dont 2 très longs à la mâchoire supérieure. La peau est nue et visqueuse; si la dorsale est petite, par contre l'anale court sur la moitié du corps. Le Silure constitue une proie très prisée des pêcheurs sportifs d'Europe Centrale. Noms communs : Silure, Glane, Somn, Harcsa.

Les Percidés :

La famille des Percidés est représentée en Europe par quatre genres, dont les deux plus importants économiquement sont les genres Perca et Stizostedion.

Perca fluviatilis Linné 1758 : La Perche est une espèce carnassière, souvent prise dans les manuels comme le type des Poissons osseux. Sa distribution, très vaste, couvre l'ensemble de l'Eurasie. Le corps argenté est bien marqué sur sa moitié supérieure de lignes vert foncé allant en s'amincissant du dos vers la ligne latérale. La peau est rendue rugueuse par la présence d'écailles cténoïdes sur tout le corps, y compris le museau et les opercules. La Perche vit en bancs d'individus généralement tous de la même taille; elle peut atteindre un poids de 2 à 3 kg., exceptionnellement 4 kg. Sa chair est excellente. Noms communs : perche commune, Ostriez.

Stizostedion lucioperca Linné 1758 (synonymes parfois rencontrés : Sander lucioperca, Lucioperca lucioperca) : Le Sandre ressemble à la Perche, mais son corps est plus élancé; les teintes sont aussi plus discrètes et les nageoires de la couleur du corps. La bouche est grande, avec de nombreuses dents fines. Originaire d'Asie et particulièrement abondant dans le bassin du Danube, il a été récemment acclimaté en France avec succès. Le Sandre atteint 15 kg. pour une longueur supérieure au mètre; comme en outre sa chair est savoureuse, les pêcheurs le recherchent de plus en plus. Dans certaines régions, ses oeufs sont préparés en caviar. Noms communs : Sandre, Salau, Sandacz, Fogas Süllo.

Les Gabidés :

Lota lota Linné 1758 : La Lote (à ne pas confondre avec la Lotte de mer) est le seul représentant en eau douce de la famille des Gadidés; c'est donc un parent de la morue. Sa distribution est universelle, mais on la trouve plutôt dans les parties froides de l'Eurasie et dans l'Alaska. Dans les grands lacs russes, on a pris des exemplaires de plus de 20 kg., alors qu'en France une prise de 2 kg constitue déjà un record ! La Lote est familière des eaux peu courantes et il n'est pas rare de la rencontrer, dans les ruisseaux à Ecrevisses. Son corps est allongé et recouvert de petites écailles; un barbillon unique orne la mâchoire inférieure. La chair de la Lote est très prisée, de même que son foie; on pense par contre que ses oeufs sont toxiques. Noms communs : Lote, Lake.


Commentaires (via Disqus)
Disqus


Publié par anemone-clown le 21/12/2007. 12526 lectures.