L'aquariophilie pour des aquariums modernes

Craspedacusta sowerbyi : Méduse d'eau douce

Craspedacusta sowerbyi : fiche corail pour maintenance et élevage en aquarium.

Description du corail Craspedacusta sowerbyi, Méduse d'eau douce:

La méduse d'eau douce Craspedacusta sowerbyi, ou C. sowerbii, est une craspédote cosmopolite, existante sur l'ensemble des continents, quoique ses premières origines sont essentiellement européennes. L'imbroglio sur son épithète d'espèce n'est pas résolu entre les deux orthographes "y" et "i", nous avons opté pour le "y" de la description originale de 1880 qui a eu lieu en Angleterre. Cet organisme a été signalé dans 43 des 50 états américains en 2000.
Craspedacusta sowerbyi
Craspedacusta sowerbyi

La craspédote Craspedacusta sowerbyi est classée comme un hydrozoaire, et cette méduse d'eau douce est l'une des nombreux méduses qui sont également connue sous le nom d'hydroméduse. Les hydroméduses diffèrent des méduses scyphozoaires parce qu'elles ont un muscle, avec une structure en forme de tablette appelée voile sur la surface ventrale, attachée au bord de la cloche. Craspedacusta sowerbii se trouve dans le monde entier dans toutes sortes d'eaux douces, en milieu subtropical à la zone boréale.

Cette méduses mesure environ 15 à 22 mm de diamètre, un peu plus plate qu'un hémisphère, et très délicate à l'âge adulte. Elles ont un verticille portant jusqu'à 400 tentacules serrés et regroupés autour du bord extérieur de la marge de cloche. A partir du centre de l'intérieur de la cloche, une structure pendante est le grand estomac appelé manubrium, comprenant une bouche avec quatre lèvres froncées. Cet organisme n'a pas une tête, ni un squelette, et ne contient pas d'organes spéciaux pour la respiration ou l'excrétion. La méduse d'eau douce est dimorphe, en alternant entre les deux morphes, un stade polype et un stade méduse. Le stade de la maturité de méduse ressemble à une forme de cloche. Il contient également le manubrium, quatre canaux radiaux, et un canal circulaire, typique de la plupart des méduses.

Vue de dessus de la méduse d'eau douce Craspedacusta sowerbyi

Cette vue de dessus de la méduse d'eau douce Craspedacusta sowerbyi montre à quel point la circulation de nutriments est facilitée par quatre canaux radiaux qui proviennent du niveau des bords de l'estomac (manubrium), et qui sont également reliés à un canal annulaire, situé près du bord de la cloche.

La plupart des parties du corps est transparent ou translucide, hyalin, avec une teinte blanchâtre ou verdâtre. Les quatre (habituellement) grands organes sexuels plats, les gonades, sont attachés aux quatre canaux radiaux, et sont généralement blanc opaque. Les nombreux tentacules contiennent chacun des milliers de cellules appelées cnidocyte, qui contiennent des nématocystes, et sont utilisés pour capturer des proies et le transmettre à la bouche.

L'alimentation par dans l'ouverture de la bouche, et les déchets résiduels de la digestion sont finalement expulsés dehors par la même ouverture.

C. sowerbyi se trouve généralement dans un système lentique, sans courant notable, typiquement des lacs, des bassins de retenue, des gravières ou carrières. Ces méduses ont également été observées dans les systèmes fluviaux tels que le rivière Allegheny, la rivière Ohio et le fleuve Tennessee aux USA et la rivière Wang Thong en Thaïlande. Elles préfèrent l'eau stagnante, et ne sont généralement pas vues dans des torrents ou des rivières ou tout autre système lotique.

Cette espèce a une distribution mondiale et elle a été enregistrée dans les pays sur presque tous les continents et presque tous les États continentaux en Amérique et la plupart des provinces au Canada. En 1981, notre méduse d'eau douce a été signalé en Argentine, et plus récemment, elle a été signalée au Brésil. C. sowerbyi a également été récemment découverte dans le fleuve Cauvery et marigots de la rivière Hemavathi dans le Karnataka, en Inde.

L'apparition de la méduse est sporadique et imprévisible d'année en année. Il n'est pas rare pourC. sowerbyi d'apparaître dans un plan d'eau où elle n'avait jamais été observée avant, en très grand nombre.

Au cours de la chaleur anormale à l'été 2010 en Russie, des observations de de cette espèce ont été signalées dans la rivière de Moscou!

L'alimentation de C. sowerbyi désigne un prédateur de zooplancton, y compris des crustacés comme la daphnie et du copépode de type gammare, qui varient en taille de 0,2 à 2,0 mm de diamètre. Les proies sont capturées avec les tentacules urticants. Sur la longueur de ses tentacules prolongés, une sorte de gelée attend une proie convenable qui toucher un tentacule, et une fois que le contact a été établi, les nématocystes foudroient la proie, l'injection de poison paralyse l'animal ainsi saisi, et le tentacule s'enroule autour de la proie. Ce sont ces mêmes tentacules qui amènent la proie dans la bouche, où l'aliment est libéré, puis digéré.

A la base de leurs tentacules, les craspédote ont des ocelles utilisés dans la détection de lumière et l'obscurité, en fournissant un autre moyen par lequel trouver de la nourriture.



Cet organisme peut se déplacer dans n'importe quelle direction par des contractions pulsantes le long de la surface de sa cloche. La bordure de la cloche est constituée de statocystes tandis que le voile est constitué de nématocystes, qui sont en abondance autour de la bouche. Ceci est utile lorsque la méduse est tué sa proie, en aidant à attirer la proie dans sa bouche.

La Craspedacusta sowerbyi possède donc des cnidocytes et nématocystes, autrement connus sous le nom de cellules urticantes. Contrairement à certaines autres méduses, les nématocystes de méduses d'eau douce sont incapables de pénétrer la peau humaine. Par conséquent, les méduses d'eau douce sont incapables de produire la piqûre douloureuse causée par les méduses marines.

Les méduses d'eau douce sont difficiles à élever dans un aquarium. Si vous choisissez d'essayer cet élevage, voici quelques idées à garder à l'esprit:
  • Veillez à disposer d'un système de filtration qui ne peut pas aspirer la méduse (mais les filtres éponges ne sont pas recommandés);
  • Ne pas utiliser un aquarium qui dispose d'un fort courant;
  • Les méduses peuvent tuer les petits poissons avec leurs cellules urticantes;
  • Les méduses exigent un approvisionnement constant de nourriture, typiquement de l'artémia ou des daphnies sont suggérées.

Données scientifiques sur Craspedacusta sowerbyi:

Classification et taxonomie de C. sowerbyi:
Classe:Hydrozoa
Ordre:Limnomedusae
Famille:Olindiasidae
Genre:Craspedacusta
Espèce:sowerbyi
Rang:Espèce
Descripteur:Lankester
Année description:1880
Nom scientifique:Craspedacusta sowerbyi
Protonyme:Craspedacusta sowerbyi
Synonymes:Craspedacusta sowerbii, Craspedacusta kawaii, Craspedacusta kiatingi, Microhydra ryderi
Noms communs:(fr) Méduse d'eau douce
(en) Freshwater Jellyfish
Origine géographique, abondance:
Habitat naturel:Quasiment cosmopolite
Continent d'origine:
Abondance:Rare
Maintenance de C. sowerbyi:
Maintenance:très difficile
Volume ou type:Aquarium moyen
Taille:1,5 à 2,2 cm
Auteur: wistiti57. La fiche Craspedacusta sowerbyi a été vue 16524 fois. Publié le 17/06/2012. Modifié le .