L'aquariophilie pour des aquariums modernes

Définition de costiase

Que signifie costiase ?

Définition costiase:

La costiase, ou la costiose, est une maladie parasitaire des poissons due à l'ectoparasite Ichthyobodo necator, anciennement Costia necatrix. Souvent, le parasite et la maladie est encore appelés par l'ancien nom de l'ectoparasite Costia, apparentée à une maladie du point blanc.

Un poisson atteint de costiase (ou costiose):
Un poisson malade de costiase infesté par Ichthyobodo necator
La costiase est aussi appelée la costiose ou l'ichthyobodose. Il existe deux espèces d'Ichthyobodo: I. necatrix et I. pyriformis, dont la première est la cause la plus fréquente de la maladie.


Description de Costia/Ichthyobodo:

Le parasite de la costiase, qui porte un flagelle ou deux flagelles, ne mesure que 10 à 20 microns de large; il est un flagellé hétérotrophe (flagellum) du domaine des protozoaires et fait partie de la turbidité de la peau. L'Ichthyobodo est l'un des plus petits parasites du monde et, grâce à sa petite taille, il ne peut être reconnu qu'au microscope. À un grossissement d'environ 400x, Ichthyobodo necator peut être diagnostiqué avec précision. Cependant, ses mouvements saccadés et rotatifs sont déjà perceptibles à partir d'un grossissement de 100 fois.


infection:

Comme la "costia" est l'un des parasites que l'on trouve en permanence sur les poissons, il se nourrit principalement de cellules mortes du poisson. Pour les poissons malades et en bonne santé, il ne présente aucun danger pour le moment, car celui-ci réagit très bien avec le parasite en raison de sa défense immunitaire et Ichthyobodo necator n'a qu'un cycle de vie très court. Les carpes, comme la carpe koï ou la carpe commune, peuvent développer une résistance à ce parasite au cours de leur vie, mais sont très sensibles à l'Ichthyobodo dans leur jeune âge.

Ichthyobodo necator, cependant, est un parasite de faiblesse classique, attendant juste que son hôte soit affaibli par d'autres circonstances. Ce moment déclenche une infestation de masse, qui, non détectée ou non traitée, conduit à un taux de mortalité très élevé. Ichthyobodo necator est extrêmement dangereux pour le poisson juvénile ou le couvain et entraîne inévitablement la mort de la progéniture (les alevins).


évolution de la maladie:

Au début d'une costiase, la maladie causée par une attaque massive d'I. necator, il n'y a qu'un surstockage et des paramètres d'eau généralement médiocres associés au surstockage.

Les premiers signes d'infestation avec ce parasite sont un revêtement gris et gras sur la surface de la peau du poisson qui donne une turbidité à la peau. En évolution ultérieure, il s'agit d'une destruction de la couche muqueuse du poisson avec un détachement saisissant, comme un déchiqueteur de la membrane muqueuse. Une fois que la couche épithéliale supérieure a été détruite, le parasite pénètre dans des couches de tissu plus profondes, suivies d'ulcères proliférants et saignants aux trous causés par la bactérie Aeromonas hydrophilia, que Ichthyobodo necator transporte également avec ses "outils" mordants. Dans le même temps les plaies sont infectées et colonisées par le champignon aquatique Saprolegnia, responsable de la saprolégniose. Une fois que les bactéries ont envahi la circulation sanguine du poisson, il y a une insuffisance rénale qui ne permet plus au poisson de corriger son équilibre osmotique et il finit inévitablement par mourir. En outre, I. necator infecte le tissu branchial de l'hôte et provoque une nécrose des branchies par son activité alimentaire. Ichthyobodo necator est souvent associé à Chilodonella piscicola (une Chilodonelle), qui est également un véritable parasite débilitant.


Traitement de la costiase:

Ichthyobodo necator et Ichtyobodo pyriformis sont les représentants les plus communs du groupe de ces parasites qui sont portés par le poisson. Le traitement de la costiase est effectué avec une augmentation de la température à au moins 30 °C avec l'ajout simultané d'oxygène sur une période de deux jours, ce qui permettra de tuer le parasite en toute sécurité. Cependant, les augmentations de température de l'eau dans ces zones ne sont recommandées que pour les poissons d'eau chaude.

Si aucune augmentation de température n'est possible, il est également conseillé d'utiliser un traitement avec de l'acriflavine (trypaflavine). En tant que médicament exclusif, ce remède est rarement utilisé car de nombreux pathogènes ont déjà formé une résistance. En règle générale, l'acriflavine est proposée sous forme de préparation combinée dans le commerce spécialisé concerné en tant que médicament en vente libre. En tant qu'agent unique, l'acriflavin est disponible uniquement auprès d'une pharmacie.

L'acriflavine peut:rendre l'eau et les objets en plastique très jaunâtres;endommager et/ou tuer les plantes aquatiques;induire l'infertilité (stérilité) chez certaines espèces de poissons comme les guppys;tuer les bactéries du filtre et imposer une réinstallation des substrats sableux avec un nouveau cycle de démarrage de l'aquarium.
Des additions de sel d'iode d'environ 2% de salinité (eau iodée ou lugol) peuvent également être envisagées au stade initial, mais seulement si les tissus conjonctifs profonds ou la musculature ne sont pas déjà endommagés. De l'oxygène supplémentaire est également nécessaire ici. Cependant, un diagnostic confirmé et le traitement qui en résulte doivent être garantis par un vétérinaire ou par un centre d'examen vétérinaire (dans le cas d'un poisson commercial).


La costiose chez les poissons d'élevage:

Pour les poissons commerciaux (poissons d'aquaculture ou poissons d'ornement), la très petite quantité de médicaments approuvés pour les animaux producteurs d'aliments pose un problème majeur de pisciculture domestique. En raison des coûts de développement élevés et des faibles marges bénéficiaires dans l'industrie des bassins d'aquaculture, l'industrie pharmaceutique redoute de nouveaux développements dans le traitement des maladies parasitaires. Ici, il y a la possibilité de passer à des substances lignite-humiques, auxquelles on attribue un effet antiphlogistique, couvrant muqueux, astringent, antitoxique, antibactérien et virucide. De plus, on ne connaît pas de propriétés cancérogènes (cancérigènes), mutagènes, embryotoxiques, foetotoxiques ou allergéniques dans les préparations de lignite-humiques.

Lorsqu'il est appliqué via l'alimentation, aucun effet toxique ne peut être déterminé. Une application ne devrait pas non plus conduire à la formation d'une résistance. Un diagnostic exact, et l'utilisation associée de médicaments, peut être fait seulement par un vétérinaire ou une enquête vétérinaire appropriée.

Voir les synonymes de costiase.
Revoir la définition costiase ... La définition COSTIASE a été vue 83 fois. Publié le 26/11/2017. Modifié le .
Commentaires (via Disqus):