L'aquariophilie pour des aquariums modernes

Reproduction en captivité du genre Farlowella

Reproduction en captivité du genre Farlowella

reproduction EN CAPTIVITÉ
DES ESPÈCES APPARTENANT
AU GENRE FARLOWELLA

dimorphisme sexuel

Il est généralement admis que les marges du rostre des mâles Farlowella s'agrémente de "brosses", celui des femelles en étant dépourvu.

Toutes les espèces de Farlowella n'ont pas l'obligeance d'exhiber un dimorphisme aussi facile à remarquer. Pour certaines espèces, les brosses font totalement défaut chez les mâles comme chez les femelles, pour d'autres espèces, mâles et femelles présentent un rostre muni de brosses sur les côtés, celles des mâles étant simple­ment plus touffues et plus régulières. Dans ces deux cas, la véri­table différence se situe au niveau de la largeur du corps, entre les deux pectorales. En période de ponte, les femelles se reconnais­sent aisément à leur abdomen rebondi.



REPRODUCTION

- Préparation de la zone de ponte :

Les femelles prennent seules l'initiative de ces préparatifs. Elles choisissent un site de ponte, jusqu'à présent toujours sur l'une des vitres frontales ou latérales. Hors quelques exceptions, chaque femelle a un site de ponte qui lui est propre.

La préparation du site de ponte est assez longue (jusqu'à 12 heures), la femelle "nettoie" consciencieusement une zone bien délimitée.

Au cours de ces préparatifs, le mâle se tient à proximité, mais chaque fois qu'il tente d'associer ses efforts à ceux de la femelle, elle le chasse vigoureusement. Il se contente alors généralement de nettoyer distraitement les abords du site de ponte, dont il ne s'éloigne pas, attendant le bon vouloir de la femelle.

- La ponte commence dès que la femelle accepte la présence du mâle tout contre elle. Une série de "pas de deux" commence alors, la femelle donnant de temps en temps de grands coups de rostre dans l'abdomen du mâle. Les deux poissons enlacent leurs nageoires pectorales, leur abdomen se maintenant contre la vitre de l'aquarium.

L'expulsion des oeufs est précédée de trémulations latérales vives au niveau de l'abdomen de la femelle. Pendant ce temps, le mâle se tient rigoureusement immobile.

Les oeufs sont expulsés par lots de 3 à 5, ensemble, à chaque fois.

Dès que les oeufs sont expulsés, la femelle assure leur adhésion contre la vitre par plusieurs pressions de l'abdomen.

Chaque expulsion est suivie d'une phase de repos dont la durée est variable, les deux poissons se tenant immobiles.

Les expulsions se succèdent toutes les 10 à 35 minutes.

Les oeufs sont disposés les uns contre les autres, soit en rond, soit en long.

Lorsque la ponte est terminée, le mâle tolère la présence de la femelle près de lui un certain temps. Généralement, la femelle s'éloigne d'elle-même. Si elle tarde trop, le mâle la chasse.

Du début du mois de juin jusqu'à la fin du mois de septembre, les pontes se succèdent régulièrement, tous les 20 à 30 jours.

Trente à quatre-vingt oeufs sont expulsés à chaque ponte.

En dehors de cette période, des pontes se produisent de façon irré­gulière et imprévisible.

Quelques comportements curieux ont été observés lors des pontes. Ainsi, une femelle a effectué seule ses deux premières pontes, sans qu'aucun mâle s'intéresse à elle. Cette femelle, après avoir expulsé seule ses oeufs, les a gardés, nettoyés et ventilés, ainsi que l'aurait fait un mâle. Les oeufs ont bien évidemment tous moisi et disparu au quatrième jour.

- incubation : la durée de l'incubation varie entre 7 et 10 jours, au cours desquels le mâle ne s'éloigne des oeufs que pour s'ali­menter. Son absence dure peu et son retour s'effectue prompte­ment à la moindre alerte.

Le mâle ventile les oeufs à l'aide de ses nageoires pectorales et ventrales et les nettoie consciencieusement à l'aide de sa large bouche.

Les oeufs non fécondés (10 à 15 par ponte) blanchissent dès le second jour et sont retirés par le mâle. Au quatrième jour, seuls les oeufs embryonnés restent en place, les oeufs non fécondés ou moisis ayant été retirés.

L'embryon est visible à la loupe dès le second jour. Il présente alors une teinte jaune très pâle. La teinte du corps de l'embryon s'inten­sifie vers le gris (4e jour), puis vers le noir (6e-7e jours). Au 6e jour, un losange jaune orange est nettement visible sur le dos de l'embryon.

Le vitellus, jaune clair le second jour, prend une teinte grise (3e jour) et se marbre de taches gris clair puis gris noir.

Au 3e jour, la mobilité de l'embryon est visible à l'oeil nu. A partir du 6e jour et jusqu'à l'éclosion, les mouvements se ralentissent de plus en plus.

Au cours de l'incubation, quelques oeufs disparaissent régulière­ment (à partir du 4e jour), les opérations de nettoyage du mâle provoquant leur éclosion prématurée. Certains oeufs tombés lors de la ponte adhèrent au terme de leur chute sur une plante, se développent et éclosent normalement, sans aucun soin.

- L'éclosion : la rupture de la membrane de l'oeuf est précédée de mouvements rotatifs et spasmodiques. L'embryon se déroule très brutalement et nage prestement vers un support sur lequel il se fixe.

Généralement, aucune trace de la membrane ne subsiste après l'éclosion, mais il arrive qu'une ou plusieurs membranes vides restent solidaires du dernier alevin éclos. Celui-ci tente alors de se dégager en nageant vigoureusement. S'il n'est pas rapidement dégagé, il risque de mourir d'épuisement.

La taille des alevins nouvellement éclos varie entre 8 et 11 mm en longueur totale. Le rostre n'est pas encore développé, le museau étant simplement pointu. L'ossification du corps est visible à la loupe. La bouche et les barbillons commissuraux sont bien déve­loppés ainsi que les nageoires pectorales. Les autres nageoires sont à peine discernables à l'oeil nu.

- L'élevage : les alevins éclos dans le bac où a eu lieu la ponte ont peu de chance de survivre. En dépit des algues disponibles, une alimentation plus appropriée fait défaut. Une alimentation plus adéquate risque de modifier l'équilibre biologique de l'aquarium, mettant en danger la vie des Farlowella adultes.

En l'absence d'alevinage entre le premier et le 10e jour au moins, les jeunes Farlowella souffrent de dénutrition et peu d'entre eux survivent au-delà du 40e jour.

Le bac d'alevinage (15 à 20 litres) se prépare dès la ponte faite, afin d'obtenir un équilibre biologique aussi satisfaisant que possible et surtout la stabilité de la température qui doit être celle du bac où la ponte a été faite. Un petit décor fait de racines surélevées sur des pierres est indispensable (alimentation). La filtration se fait sous sable et l'eau doit être bien aérée.

Les alevins peuvent être récupérés dans le bac de ponte ou lors de leur éclosion, mais la meilleure méthode consiste à retirer précau­tionneusement les oeufs entre le 4e et le 6e jour. Au-delà du 6e jour, cette opération devient périlleuse de par le risque d'éclosions prématurées, les oeufs adhérant fortement à leur support.

Dans tous les cas, avant d'introduire les oeufs ou les alevins dans le bac d'alevinage, l'eau de celui-ci doit être jetée et remplacée par un même volume d'eau du bac de ponte. Les paquets d'oeufs sont disposés sur la surface plane d'une racine ou "recollés" sur une vitre si leur adhérence le permet. L'aérateur est placé sous les oeufs, afin de remplacer artificiellement les opérations de nettoyage et de ventilation du mâle. Dans ces conditions, les oeufs éclosent normalement et le taux de mortalité "post-natale" est quasiment nul, ce qui est plus incertain dans le cas d'un transfert d'alevins éclos dans le bac de ponte.

Dès le premier jour de vie, les alevins nagent en pleine eau et se déplacent d'un support à l'autre.

Le vitellus est résorbé en trois jours environ. Ce délai varie légère­ment suivant les individus et il est judicieux de distribuer le premier repas dès le deuxième jour (cystes décapsulés d'artémias + épi­nards moulus).

Au 4e jour, tous les alevins s'alimentent, mais uniquement sur les racines surélevées. Après le 6e jour, ils s'alimentent également sur le sol.

- Alimentation :

Du 2e au 14e jour : 1 repas de cystes décapsulés chaque jour.
Du 2e au 20e jour : 1 repas d'épinards moulus chaque jour.
Du 5e au 20e jour : 1 repas d'aliments lyophilisés d'alevinage très bonne qualité chaque jour.
A partir du 16e jour, les vers de vase finement hachés sont acceptés.

La quantité de nourriture doit être évaluée au plus juste, afin d'écarter les risques de pollution ou d'indigestion.

L'eau du bac d'alevinage doit être maintenue claire et limpide. Le renouvellement d'un faible volume d'eau (1 à 2 litres selon la contenance totale du bac) est conseillé, l'eau de renouvellement devant être préalablement conditionnée. En plus de ce renouvelle­ment d'eau, un siphonage fréquent et prudent des déchets permet de garder les alevins dans le même bac pendant 10 à 20 jours. Les alevins Farlowella supportent mal les transferts d'un bac à un autre.

A l'égard des qualités de l'eau, les exigences des jeunes Farlowella sont les mêmes que pour les adultes.

La température doit faire l'objet d'une surveillance rigoureuse, les fluctuations ainsi que l'élévation au-delà de 26e ont bien souvent des conséquences désastreuses.

Un apport de vitamines et d'oligo-éléments tous les 4 à 5 jours (depuis le 3e jour) est vivement conseillé.

Au 20e jour environ, le maintien en bac d'élevage doit prendre fin. Différentes expériences ont montré que des troubles d'origine carentielles apparaissent après la troisième semaine, entraînant des décès successifs, voire la disparition totale ou presque de tout le groupe.

A ce stade (18 à 22 jours), les alevins Farlowella peuvent être introduits dans leur aquarium d'origine, en compagnie de leurs parents (à la condition qu'aucun prédateur éventuel ne cohabite dans ce bac), ou placé dans un aquarium préparé à leur usage, disposant d'un semblable équipement : décor, plantation, aération, filtration, etc.

Cette méthode d'élevage assure un taux de réussite situé entre 90 et 100 % et la croissance des jeunes Farlowella est assez specta­culaire. Pour une espèce dont la taille adulte est de 140 mm standard :

- ler jour : 10 mm LT
- 20e jour : 28 mm LT
- 60e jour : 50 mm LT
- 90e jour : 60 mm LT et 54 mm LS.

Le développement du rostre est appréciable dès les premiers jours de vie et l'allure générale de l'alevin est celle d'un Farlowella adulte miniaturisé. Au 7e jour, le rostre est bien développé et dépasse le museau sur 1 mm environ.

La livrée des nouveaux-nés (corps noir et losange orange sur le dos) se modifie rapidement et entre le 20e et le 30e jour, elle devient identique à celle des parents.

CROISSANCE - LONGÉVITÉ

La croissance des alevins Farlowella nés en captivité varie :

- selon la ponte : les alevins de la première ponte de la saison grandissent plus vite que les alevins des pontes suivantes ;
- selon la qualité de l'alevinage des vingt premiers jours suivant l'éclosion ;
- selon l'espèce.

Le stade adulte (dimorphisme et reproduction) est généralement atteint entre le 15e et le 24e mois.

Les Farlowella bénéficiant de conditions de captivité adéquates vivent très longtemps en captivité.


par Colette SANTERRE - 1984.



Commentaires (via Disqus)
Disqus


Publié par anemone-clown le 30/6/2007. 9953 lectures.