L'aquariophilie pour des aquariums modernes

Définition de plaste

Que signifie plaste ?

Définition plaste:

Un plaste, ou leucite ou plastide, est une inclusion (cytoplasmique) qui est un organite cellulaire pouvant se charger de pigments, chloroplaste et/ou chromoplaste, ou de diverses substances nutritives; par exemple, un amyloplaste est une inclusion cytoplasmique qui est chargée d'amidon.

Un plaste est un membre d'une famille d'organites trouvés dans le cytoplasme des plantes et certains protistes, qui sont liés à la membrane et contiennent de l'ADN. Les plastes végétaux se développent à partir d'un type commun, le proplaste. Lorsqu'il sert de support à des pigments assimilateurs, le plaste porte le nom de chromatophore. Le plastome désigne l'ensemble du matériel génétique d'un plaste.

Les différents types de plastes (plastides):
Les types de plastes détaillés
Les divers types de plastes interviennent dans la photosynthèse, pour le stockage de produits tels que l'amidon et pour la biosynthèse de nombreuses classes de molécules telles que les acides gras et les terpènes, qui sont nécessaires à la construction de cellules et/ou au fonctionnement d'une plante.


Plus spécifiquement, un plaste est un organite cytoplasmique spécifique des cellules végétales. À partir des proplastes indifférenciés se forment les chloroplastes, site de la photosynthèse; les chromoplastes, renfermant des pigments colorés; les leucoplastes sans pigments et à rôle de réserves (amyloplastes, protéoplastes, oléoplastes).

Un ensemble cohérent de plastes est appelé un plastidome. Les divers types de plastes sont: proplastes, chloroplastes, chromoplastes, leucoplastes, amyloplastes, étioplastes, oléoplastes, protéoplastes (protéinoplastes).

Chez un végétal aplastidié, la cellule végétale ou fongique ne possède pas de plastes ou n'a plus de plastes.


Caractéristiques:

Les plastes, ou plastides, sont des organites à cellules eucaryotes, typiques des plantes et des algues. La fonction principale est la production et le stockage de composés chimiques importants utilisés par la cellule. Ainsi, ils jouent un rôle important dans des processus tels que la photosynthèse, la synthèse des lipides et des acides aminés, la détermination de la couleur des fruits et des fleurs, entre autres fonctions.

Il existe deux types de plastes clairement différenciés, en fonction de la structure de leurs membranes: les plastes primaires, présents dans la plupart des plantes et des algues; et les plastes secondaires, plus complexes, trouvés dans le plancton.

Les plastes primaires sont typiques d'une branche évolutive comprenant des algues rouges, des algues vertes et des plantes vertes. Il existe des plastes secondaires acquis par endosymbiose par d'autres souches évolutives et qui sont des formes modifiées de cellules eucaryotes plastidiées.

Les plastes des plantes se présentent comme des organites relativement grands, de forme ellipsoïdale, et généralement nombreux. Sur un millimètre carré de section d'une feuille, il peut y avoir plus de 500 000 chloroplastes. Les protistes sont souvent des structures singulières, qui s'étendent plus ou moins largement dans le cytoplasme. Elles sont limitées du reste du cytoplasme par deux membranes structurellement distinctes. Ils sont souvent colorés par des pigments liposolubles. Comme les mitochondries, elles ont un ADN circulaire et nu.

Les plastes des différents groupes eucaryotes sont remarquablement disparates. Ceux qui apparaissent chez les plantes offrent une référence adéquate. Ils apparaissent délimités par l'enveloppe plastidiale, formée de deux membranes, la membrane plastidiale externe et la membrane plastidiale interne. L'espace entre les deux, appelé espace intraplastide, a une composition différenciée et est homologue à l'espace périplasmique de la bactérie.

L'espace intérieur du chloroplaste, le stroma, contient des vésicules écrasées appelées thylakoïdes, dont la lumière ou la cavité intérieure se prolonge parfois dans l'espace périplastidial, en particulier dans les chloroplastes juvéniles (proplastes). Les thylakoïdes, qui s'étendent plus ou moins parallèlement, forment localement des piles appelées grana (pluriel neutre latin de granum). Les photosystèmes, complexes de protéines et de pigments, responsables de la phase légère de la photosynthèse, font partie des membranes des thylakoïdes.

Les processus de la phase sombre de la photosynthèse, avec fixation du carbone (cycle de Calvin), se produisent en solution dans le stroma, tirant parti de l'énergie fixée sous forme d'ATP dans les thylakoïdes pendant la phase claire.

Dans le stroma réside l'ADN plastidial, une version réduite du chromosome bactérien à partir de laquelle provient un vecteur limité de gènes. Comme il est courant chez les bactéries, le plaste vert présente son ADN sous la forme d'un chromosome circulaire unique. L'information génétique du chromosome plastidial dirige la formation d'un nombre limité de protéines, les autres sont importées du cytoplasme. Pour la synthèse des protéines, le plaste a ses propres ribosomes qui sont logiquement du type procaryote (bactérien). Les plastes sont multipliés par bipartition, une fois que l'ADN plastidial a été dupliqué.

Dans les cellules des plantes, les chloroplastes se déplacent et sont orientés chaque fois de la manière la plus appropriée pour capter la lumière.


Développement et reproduction:

Les plastes se multiplient par bipartition. Ils se développent avec les cellules méristématiques. Au cours de leur développement, à travers les invaginations de la membrane interne, les plastes acquièrent une grande surface. Sur cette surface interne, les pigments photosynthétiques sont placés de manière ordonnée. Dans l'obscurité, les protoplastes de légumes peuvent être transformés en structures cristallines appelées étioplastes, qui, sous l'effet de la lumière, peuvent à leur tour se transformer en plastes photosynthétiquement actifs. Les plastes endommagés ou vieux ont souvent des gouttelettes lipidiques, appelées plastoglobules.

Dans la reproduction sexuée des organismes, les plastes sont transmis par les gamètes, dans de nombreux cas par les gamètes femelles. L'ADN de plaste est spécifique et s'appelle l'ADN plastidial. Il se distingue de l'ADN nucléaire par le rapport entre ses bases et son épaisseur. L'ADN plastidial est un double filament circulaire répliqué par une ADN-plastidiale-polymérase spécifique. Il existe également une ARN-plastidiale-polymérase spécifique de la transcription. Une partie des protéines plastidiales est synthétisée à partir de l'ADN plastidial de 40 nm de long et d'une autre partie de l'ADN nucléaire.

Les gènes de plastes forment le plastome, tandis que l'ensemble des plastes dans une cellule s'appelle plastidome. Les ribosomes des plasts sont plus petits que ceux du cytoplasme, avec une vitesse de sédimentation de 70 s. Ces ribosomes plastidiaux sont similaires à ceux des procaryotes. Dans les bactéries photosynthétiques et les cyanobactéries, les pigments photosynthétiques ne sont pas situés dans des organites spéciaux, mais dans des chromatoplastes, dont la structure est similaire à celle des thylakoïdes des plaques de cellules eucaryotes.


Origine:

On pense que l'origine évolutive des plastes est associée à une endosymbiose entre une cyanobactérie proche de genres tels que Synechococcus ou Nostoc, avec un protiste hétérotrophe flagellé à partir duquel dérivent des algues vertes, des glaucocystophytes et des algues rouges.

On distingue deux types de plastides par leur origine:Plastes primaires: ils dérivent directement de la symbiose d'une cyanobactérie au sein d'un flagellé unicellulaire. Ces derniers proviennent des groupes qui transportent des plastides primaires: algues rouges, algues vertes et plantes terrestres, qui ont évolué à partir d'algues vertes d'eau douce. La version la plus "primitive" de cet organite est encore visible dans les cyanoles des glaucocystophytes, une algue unicellulaire dans laquelle il reste du plâtre sur la paroi cellulaire de la bactérie.Plastes secondaires: il s'agit de l'assimilation d'algues eucaryotes unicellulaires, dans un processus d'endosymbiose secondaire, par un autre eucaryote. Ce cas a été répété à plusieurs reprises au cours de l'évolution et le résultat est l'immense diversité des plastos d'algues. Le symbiote a parfois été une algue verte (par exemple chez Chlorarachniophyta), mais les dérivés d'une algue rouge sont plus fréquents. Dans certains cas, le noyau eucaryote du symbiote, appelé nucléomorphe, est reconnaissable. Ces plastes d'origine secondaire ont généralement des enveloppes complexes à trois membranes ou plus, certaines dérivées de la membrane plasmatique de l'algue rouge et parfois recouvertes d'un réticulum endoplasmique. Les plastes d'algues brunes, de diatomées et d'autres groupes apparentés (Chromophyta) sont originaires de cette façon.
Il existe des signes de symbiose tertiaire et même plus complexe, dans laquelle une algue portant un plaste secondaire est devenue le symbiote d'un autre protiste. La diversité et la complexité maximales des cas sont observées dans le phylum des dinoflagellés.

Ce sont des organites caractéristiques de cellules eucaryotes de plantes. Leurs tailles peuvent varier, ils sont entourés d'une double membrane qui la délimite en même temps et ils ont des ribosomes similaires à ceux des procaryotes.

Ils sont formés de proplastes, qui sont les plastes des cellules jeunes. Ils se caractérisent par la présence de micro-gouttes de lipides et par leur propre matériel génétique.


classification:

Les plastes peuvent être classés en fonction de leur emplacement, en proplastes, amyloplastes et chromoplastes:Les proplastes contiennent des granules d'amidon et dans les cellules des jeunes feuilles donnent lieu à des chloroplastes.Les amyloplastes se trouvent dans les tissus de stockage des plantes et sont remplis de granules d'amidon. Il est lié à la croissance enracinée des racines.Les chromoplastes contiennent des pigments jaunes, orange et rouges appelés caroténoïdes. Ils sont responsables de la couleur des fleurs et des fruits et se développent à partir de chloroplastes dont la chlorophylle s'est dégradée en caroténoïdes.
De plus, ils peuvent être classés comme:Incolores pour les leucoplastes: ce sont des vacuoles limitées par deux membranes (deux unités membranaires). Sa fonction est le stockage de substances de réserve:amidon, dans les amyloplastes;les huiles (lipides), dans les oléoplastes ou les élaïoplastes;protéines, dans les protéinoplastes.
Colorés pour les chromoplastes: ce sont des vacuoles limitées par deux membranes (deux unités de membranes) contenant différents types de pigments. Les chromoplastes peuvent être photosynthétiquement actifs; les chloroplastes (pigment de chlorophylle, fleurs principales, fruits et autres parties de la plante). Ils ne présentent pas d'activité métabolique et leur fonction semble être liée à la pollinisation et à la dispersion des fruits.

Voir les synonymes de plaste.
Revoir la définition plaste ... La définition PLASTE a été vue 18531 fois. Publié le 17/10/2007. Modifié le .