L'aquariophilie pour des aquariums modernes

Définition de facteur écologique

Que signifie facteur écologique ?

Définition facteur écologique:

Un facteur écologique est tout élément, biotique ou abiotique, naturel ou anthropique, qui influence les organismes vivants dans un écosystème. Les facteurs écologiques sont une composante de l'environnement, d'un organisme, ou encore d'un ensemble d'espèces, d'une biocénose, sous influence climatique.

Autrement dit, les facteurs climatiques et les facteurs environnementaux déterminent tous les changements qui changent la vie, à la fois végétale, animale et bactérienne, et donc l'équilibre de l'environnement naturel (biome, biomasse et écosystèmes). Ces facteurs peuvent être distingués des facteurs abiotiques, des facteurs biotiques et des facteurs limitants.

Le brouillard urbain est un facteur écologique:
Un facteur écologique (écofacteur): le brouillard urbain
Le brouillard bain est un des facteurs écologique ou un écofacteur anthropique dû à à l'homme, engendrant une pollution qui modifie la vie de nombreux êtres vivants.


classification:

Qu'ils soient appelés facteurs écologiques ou éco-facteurs, ils modifient tous l'équilibre de la nature (écophysiologie). Il est classique de ventiler les écofacteurs, les facteurs écologiques ou les facteurs environnementaux, entre quatre catégories:les facteurs climatiques majeurs sont: la lumière, la température, l'eau, la composition de l'air, le régime des vents.les facteurs édaphiques concernent: la texture, la structure et la stabilité du substrat d'une part; sa constitution chimique, son pH, ses éventuelles carences d'autre part.les facteurs topographiques se rapportent: au modèle du terrain, à son exposition, à l'altitude...les facteurs biotiques mettent en jeu: les interactions entre espèces, les actions animales et les interventions humaines.
Un facteur limitant est un facteur écologique dont l'absence ou la faible intensité empêche la pleine croissance d'un organisme, d'une population.


évolution phénotypique:

Le génotype d'un organisme (par exemple, dans le zygote) se traduit par le développement du phénotype de l'adulte au cours de l'ontogenèse d'un organisme et est sujet aux influences de nombreux effets environnementaux. Dans ce contexte, un phénotype (ou trait phénotypique) peut être considéré comme n'importe quelle caractéristique définissable et mesurable d'un organisme, telle que sa masse corporelle ou sa couleur de peau.

Mis à part les véritables troubles génétiques monogéniques, les facteurs environnementaux peuvent déterminer le développement de la maladie chez ceux qui sont génétiquement prédisposés à une condition particulière. Le stress, la violence physique et mentale, l'alimentation, l'exposition aux toxines, aux agents pathogènes, aux radiations et aux produits chimiques présents dans presque tous les produits de soins personnels et les nettoyants ménagers sont des facteurs environnementaux communs qui déterminent un segment important de maladies non héréditaires.

Si l'on conclut que le processus pathologique résulte d'une combinaison d'influences génétiques et environnementales, on peut dire que son origine étiologique est multifactorielle.

À titre d'exemple de déclencheur environnemental, une composante de l'eau potable d'un humain peut déclencher (provoquer) un changement dans le corps d'une personne. De tels changements sont principalement négatifs. Utilisant cet exemple, ce qui est dans l'eau potable peut affecter une personne complètement différemment qu'une autre - quelqu'un peut être affecté considérablement, alors que quelqu'un peut ne pas être du tout.

Le cancer est en grande partie le résultat de facteurs environnementaux, et pas en grande partie à la malchance, selon les scientifiques médicaux. Le maintien d'un poids santé, une alimentation saine, la réduction de la consommation d'alcool et l'élimination du tabagisme réduisent le risque de développer la maladie, selon les chercheurs.

Les nitrates peuvent être un déclencheur environnemental pour la maladie d'Alzheimer, le diabète et la maladie de Parkinson.

Les déclencheurs environnementaux pour l'asthme et l'autisme ont également été étudiés.


Animaux et plantes:

Chez les animaux, les adaptations sont liées à la fois à la structure corporelle et au comportement. En ce qui concerne la structure du corps, par exemple, le type corporel et la taille de certaines parties de l'animal peuvent varier: la migration, la léthargie (hivernage), l'hibernation et l'estivage sont des types particuliers d'adaptation comportementale aux changements saisonniers de l'animal pour la température.

En léthargie (hivernation), les fonctions vitales sont minimisées pour consommer moins d'énergie: la température du corps diminue, la fréquence respiratoire et cardiaque diminue, l'animal ne mange pas et survit grâce aux réserves de graisse accumulées.

Chez les amphibiens et les reptiles, le phénomène de ralentissement des fonctions vitales est appelé hibernation s'il se manifeste en hiver, estivage (ou estivation) en été si la température est élevée et l'humidité faible.

La migration est largement répandue chez les oiseaux, qui parcourent également des milliers de kilomètres pour atteindre les endroits les mieux adaptés à leur vie.

Les légumes survivent également à des températures défavorables grâce à des adaptations spéciales.

Voir les synonymes de facteur écologique.
Revoir la définition facteur écologique ... La définition FACTEUR ECOLOGIQUE a été vue 18193 fois. Publié le 19/03/2011. Modifié le .