L'aquariophilie pour des aquariums modernes

Définition de sexe

Que signifie sexe ?

Définition simple: En biologie, un sexe désigne une spécialisation des organismes vivants en mâle ou femelle. Le sexe est l'ensemble des particularités qui caractérisent les individus d'une espèce en les divisant en masculin et féminin, permettant une reproduction caractérisée par une diversification génétique.

Définition sexe:

Le sexe, en anatomie, désigne un caractère physique permanent de l'individu animal, humain inclus, ou végétal, permettant de distinguer, dans chaque espèce, des individus mâles et des individus femelles; par extension, sexe qualifie l'ensemble de ces individus mâles ou femelles.

Le sexe distingue les organes sexuels, verge chez l'homme, vulve et vagin chez la femme, pistil et étamine chez les fleurs, gonopode chez certains poissons, etc. En langage commun, il peut correspondre au genre (masculin ou féminin) pour la reproduction ou la détermination des sexes.

Voir les pages concernant: la reproduction sexuelle, la détermination sexuelle, le dimorphisme sexuel.

Un couple de guppys aux sexes bien différents:
Les deux sexes d'un couple de poissons guppys
Le sexe des poissons guppys adultes et mature est visiblement très différent entre la femelle à gauche et le mâle à droite. Ces traits morphologiques différents sont appelés le dimorphisme sexuel.

Principes de reproduction sexuée:

La reproduction sexuelle implique la combinaison de cellules spécialisées appelées gamètes pour former des enfants qui héritent du matériel génétique, et donc des traits et de la nature des deux parents. Les gamètes peuvent être identiques en forme et en fonction (isogamètes), mais dans certains cas ils ont évolué vers une asymétrie de telle sorte qu'il existe deux types de gamètes spécifiques par sexe (hétérogamètes): les gamètes mâles sont petits, mobiles et optimisés pour le transport de vos informations génétiques à distance; tandis que les gamètes femelles sont grandes, non mobiles et contiennent les nutriments nécessaires au développement précoce du jeune organisme.

Le sexe d'un organisme est défini par les gamètes qu'il produit: ceux du sexe masculin produisent des gamètes mâles (sperme) tandis que ceux du sexe féminin produisent des gamètes femelles (ovules), les organismes individuels qui produisent à la fois gamètes mâles et gamètes femelles sont appelés hermaphrodites. Dans l'espèce humaine, il n'y a pas d'hermaphrodisme, mais l'intersexualité (précédemment appelée pseudohermaphrodisme), une anomalie physique congénitale qui, en apparence, a des similitudes avec l'hermaphrodisme. Fréquemment, les différences physiques sont associées au sexe de l'organisme; Ce dimorphisme sexuel peut refléter les différentes pressions reproductives de chaque sexe.


Terminologie:

La conformation particulière du sexe des êtres vivants assigne un rôle spécial dans l'acte de la génération (sexe masculin, sexe féminin). La nature des éléments fécondateurs avec les gamètes mâles, les spermatozoïdes, et les gamètes femelles, les ovules, détermine au travers de leur composition chromosomique, la sexualité, l'apparition de caractères spéciaux (caractères secondaires), et qui font que tel individu est dit mâle ou femelle.

On réserve habituellement le nom de mâle à l'individu dont les éléments fécondateurs sont petits et mobiles, et de femelle à celui dont les éléments reproducteurs sont gros et immobiles. Toutefois, cette distinction n'a rien d'absolu car quand les deux sexes sont réunis sur un même individu, cet individu est dit hermaphrodite.

Les neutres (fourmis, abeilles ouvrières), peuvent être considérés comme des hermaphrodites chez lesquels le sexe ne s'est pas différencié (ils sont dioïques); il en est de même des organismes parthénogénétiques, bien que ces derniers soient considérés comme femelles, en raison, non pas de la nature de l'élément reproducteur, mais des appareils annexes.

Chez les plantes, il existe des organes mâle et femelle. Si ces organes sont réunis dans la même fleur, celle-ci est dite hermaphrodite. Au contraire. les organes reproducteurs sont nettement séparés, la fleur est sexuée. Une plante peut porter, en même temps. des fleurs mâles et des fleurs femelles: elle est alors monoïque.

Si, au contraire, il n'existe qu'une seule sorte de fleur pour chaque plante, elle est dioïque. Bien entendu, et contre l'habitude dans certaines campagnes, est dite femelle la plante qui porte la graine, et mâle celle qui contient le pollen.

Voir aussi intersexe, sexe génétique, sexe phénotypique, sex-ratio. Les sexualités désignent des sciences bâties sur le sexe.

L'étymologie du terme sexe dérive du latin sexus qui signifie "section, séparation" et apparaît pour la première fois dans De inventione I de Cicéron, philosophe romain.


évolution:

On considère que la reproduction sexuée est apparue pour la première fois il y a environ 1000 millions d'années, évoluant chez les ancêtres des eucaryotes unicellulaires. La raison de l'évolution initiale du sexe (et des raisons) pour laquelle elle a survécu jusqu'à aujourd'hui est encore un sujet de débat. Certaines des théories plausibles incluent: que le sexe crée la variation de la progéniture, le sexe aide la propagation des caractéristiques avantageuses, et que le sexe aide l'élimination des traits défavorables; processus qui se produit à travers la sélection sexuelle.

La reproduction sexuée est un processus spécifique des eucaryotes, des organismes dont les cellules contiennent un noyau et des mitochondries. En plus des animaux, des plantes et des champignons, d'autres eucaryotes (par exemple, le parasite du paludisme) participent également à la reproduction sexuée. Certaines bactéries utilisent la conjugaison, qui est un transfert de matériel génétique entre les cellules, et bien que ce ne soit pas la même chose que la reproduction sexuée, il en résulte également le mélange de traits génétiques.

Ce qui est considéré comme la définition de la reproduction sexuée est la différence entre les gamètes et la nature binaire de la fécondation. La multiplicité des types de gamètes au sein d'une espèce est toujours considérée comme une forme de reproduction sexuée. Cependant, des cellules tierces qui ne sont pas des gamètes sont connues chez des animaux multicellulaires.

Alors que l'évolution du sexe lui-même remonte au stade des cellules eucaryotes, l'origine de la détermination du sexe chromosomique est plus jeune. Le système ZW pour la détermination du sexe est partagé par les oiseaux, certains poissons et certains crustacés. La plupart des mammifères, ainsi que certains insectes (drosophiles Drosophila) et plantes (Ginkgo) utilisent la détermination XY. La détermination de X0 est trouvée chez certains insectes.

Les chromosomes ZW et XY ne contiennent pas de gènes similaires, et en comparant les poulets et les humains, le chromosome Z ressemble au chromosome autosome humain 9, au lieu de X ou Y, suggérant que la détermination du sexe ZW et XY ils ne partagent pas leur origine, mais les chromosomes sexuels sont dérivés des chromosomes autosomiques de l'ancêtre commun des oiseaux et des mammifères. Cependant, dans un article de 2004 comparant le chromosome Z du poulet au chromosome X de l'ornithorynque, il est suggéré que les deux systèmes sont apparentés.

Voir les synonymes de sexe.
Revoir la définition sexe ... La définition SEXE a été vue 9225 fois. Publié le 12/09/2010. Modifié le .
Commentaires (via Disqus):