L'aquariophilie pour des aquariums modernes

Définition de endosymbiose

Que signifie endosymbiose ?

Définition endosymbiose

Une endosymbiose est une théorie postulant que les plastes et les mitochondries des cellules eucaryotes dérivent de bactéries endosymbiotiques. L'endosymbiose se dit d'une symbiose dont un des partenaires, un endosymbionte, vit à l'intérieur des tissus ou des cellules de l'autre. Il s'agit de la symbiogenèse. Un exemple bien connu concerne les cnidaires (mer.html" class=mot>anémones de mer, coraux, etc.) qui contiennent des zooxanthelles (dinoflagellés) dans leurs tissus.

La théorie de l'endosymbiose :

À cette théorie de l'endosymbiose primaire s'ajoute la théorie de l'endosymbiose secondaire, partant du principe que les plastes à plus de deux membranes de certaines algues sont dérivés d'algues possédant déjà un plaste d'origine endosymbiotique primaire.

Des endosymbioses tertiaires, avec des plastes dérivés d'algues possédant déjà un plaste d'origine endosymbiotique secondaire, existent chez les dinophytes.

Autrement exprimé, l'endosymbiose qualifie un type de symbiose dans laquelle un des symbiotes, appelé endosymbionte, vit dans le corps de l'autre. Par exemple : les flagelles des flagellés et les bactéries de la panse des Ruminants, bactéries fixatrices d'azote chez les Fabales.

Selon la théorie de la symbiogenèse, les mitochondries, plastes (par exemple les chloroplastes), et éventuellement d'autres organites des cellules eucaryotes sont pensés pour représenter autrefois une vie de procaryotes pris l'un dans l'autre en endosymbiose il y a environ 1,5 milliards d'années. Dans la première étape de l'endosymbiose, en raison d'un manque de transfert majeur du gène, la cellule hôte avaient peu ou pas de contrôle sur l'endosymbionte.

Les endosymbioses primaire et secondaire :

L'endosymbiose primaire implique l'engloutissement d'une bactérie par un autre organisme vivant librement. L'endosymbiose secondaire survient lorsque le produit de l'endosymbiose primaire est lui-même englouti et retenu par un autre eucaryote vivant librement. L'endosymbiose secondaire s'est produite plusieurs fois et a donné naissance à des groupes extrêmement divers d'algues et d'autres eucaryotes. Certains organismes peuvent tirer avantage opportunément d'un processus similaire, où ils engloutissent une algue et utilisent les produits de sa photosynthèse, mais une fois que l'objet de proie meurt (ou est perdu) l'hôte retourne à un état de vie libre. Les endosymbiontes secondaires deviennent dépendants de leurs organites et sont incapables de survivre en leur absence. Il a été mis en évidence le rôle des algues rouges ou rhodophytes joué dans l'évolution de notre planète par l'endosymbiose secondaire.

Une possible endosymbiose secondaire en cours a été observée : les protistes hétérotrophes Hatena se comportent comme un prédateur jusqu'à ce qu'ils ingèrent une algue verte, qui perd son flagelle et du cytosquelette, tandis que Hatena, maintenant un hôte, passe à la nutrition photosynthétique, gagne la capacité de se déplacer vers la lumière et perd son appareil d'alimentation.

Le processus d'endosymbiose secondaire a laissé sa signature évolutive dans la topographie unique des membranes plastidiennes. Les plastes secondaires sont entourés de trois (chez les euglénophytes et certains dinoflagellés) ou quatre membranes (haptophytes, hétérokontes, cryptophytes et chlorarachniophytes). On pense que les deux membranes supplémentaires correspondent à la membrane plasmique de l'algue engloutie et à la membrane phagosomique de la cellule hôte. L'acquisition endosymbiotique d'une cellule eucaryote est représentée chez les cryptophytes, où le noyau, reste du symbiote d'algues rouges (nucléomorphe), est présent entre l'intérieur des deux membranes de plaste externe.

Malgré la diversité des organismes contenant des plastes, la morphologie, la biochimie, l'organisation génomique et la phylogénie moléculaire des ARN et des protéines des plastes, suggèrent une origine unique de tous les plastes existants (bien que cette théorie est encore débattue).

Certaines espèces, y compris le poux Pediculus humanus, ont plusieurs chromosomes dans la mitochondrie. Ceci et la phylogénétique des gènes codés dans la mitochondrie suggèrent que les mitochondries ont de multiples ancêtres, qu'ils ont été acquis par endosymbiose à plusieurs reprises plutôt qu'une seule fois, et qu'il y a eu des fusions et des réarrangements étendus de gènes sur les différents chromosomes mitochondriaux originaux.

Type : nom commun. Genre : féminin.
Traduction endosymbiose en anglais : endosymbiosis.

Revoir la définition endosymbiose ... La définition ENDOSYMBIOSE a été vue 23684 fois. Publié le 13/09/2007. Modifié le .
Commentaires (via Disqus)