L'aquariophilie pour des aquariums modernes

Définition de méthode berlinoise

Que signifie méthode berlinoise ?

Définition méthode berlinoise

La méthode berlinoise désigne un principe d'épuration de l'eau en aquarium d'eau de mer, surtout en aquarium récifal. Le principe se base essentiellement sur l'emploi de pierres vivantes conjointement à un écumeur, un brassage de l'eau qui force le passage vers les pierres vivantes et un éclairage suffisamment intense pour faire croître les micro-algues sur les pierres.

Les pierres vivantes sont la base de la méthode berlinoise :
Une pierre vivante pour méthode berlinoise
La méthode berlinoise repose sur l'emploi de pierres vivantes en combinaison avec un écumeur de taille adaptée à l'aquarium.

Cette méthode complète les quelques méthodes exploitées en aquariophilie marine : méthode berlinoise, méthode Jaubert, méthode DSB. Le principal avantage avec la méthode berlinoise réside dans le fait qu'il n'y a ni gros écumage ni changements d'eau trop fréquents, et sa mise en route est accessible facilement sans connaissance. C'est l'une des méthodes préférées pour la maintenance des coraux Acropora en aquarium récifal.

L'écumeur est indispensable en méthode berlinoise :
L'écumeur, outil indispensable de la méthode berlinoise
Cet écumeur participera à l'épuration de l'eau en méthode berlinoise, enlevant de nombreux composés organiques.

L'écumeur est chargé de soutirer à l'eau des composés protéinés mais la composition de l'écume reste parfois assez mystérieuse. Les pierres vivantes dans l'aquarium servent à la fois de décor, de support à micro-algues mais abritent surtout des bactéries qui vont participer au aux différentes étapes de l'azote dans le cycle de l'azote. Le brassage de l'eau doit être, en débit horaire, d'au moins 10 fois le volume de l'aquarium.

La méthode berlinoise préconise initialement 5% de changement d'eau par semaine, pas plus pour ne pas apporter trop d'éléments perturbateurs parce qu'avec les changements d'eau, on apporte forcément des éléments indésirables, sauf si on emploie une eau osmosée pure et des sels dénués de phosphates et nitrates.

On ne peut pas dire qu'il existe une seule méthode berlinoise, car de nombreuses variantes existent : l'aquarium berlinois "bare bottom" (sans sable sur le fond, vitre nue), avec sable marin, avec 15 kg de pierres pour 100 litres, mais aussi 20 kg pour d'autres, un écumeur dont les performances sont valables mais sans faire intervenir les meilleurs matériels, etc. Les pierres vivantes peuvent être accompagnées de sable vivant.

Cette méthode, galvaudée depuis que le club aquariophile de Berlin, sous la direction de Peter Wilkens a publié cette méthode, propose l'idée de base consistant à recréer, peu ou proue, un écosystème fermé dont le fonctionnement naturel calquait celui d'un récif corallien. On favorise ainsi la tendance (sorte de mode) qui pousse à exploiter une filtration biologique plus ou moins naturelle... Bien que ces systèmes sont appelés systèmes naturels, ils ne diffèrent de ceux décrits par Eng (1961) et Emmens (1986) qu'en incorporant les écumeurs dans leur conception.

Explications sur la méthode berlinoise

La méthode, dite de Berlin, préconise une filtration basée sur la diversité biologique pour maintenir un environnement propre et stable dans un aquarium d'eau salée, typiquement un aquarium récifal avec des coraux. Cette méthode repose sur l'utilisation de suffisamment de pierres vivantes (des roches avec des organismes marins vivants et des bactéries sur ou dans celles-ci). La théorie indique que les bactéries aérobies couvrant la surface de la roche poreuse vivent et vont convertir les déchets organiques depuis le très nocif ammoniac en nitrites, puis finalement en nitrates qui sont beaucoup moins dommageables pour les habitants d'un aquarium. Grâce au processus de diffusion, les nitrates se déplacent en profondeur dans la roche où ils sont transformés par des bactéries anaérobies afin de libérer l'azote gazeux. Les restes de nitrates sont évacués par des changements partiels réguliers d'eau (environ 5% par semaine mais jusque 10% aussi). Comme mesure supplémentaire, un écumeur de protéines est utilisé pour éliminer certains des composés organiques dissous avant qu'ils ne se décomposent en ammoniac et n'entrent dans les cycles : cycle de l'azote, cycle du phosphore, carbone.html" class=mot>cycle du carbone.

La règle typique générale est d'utiliser de 0,15 à 0,25 kg de pierres vivantes par litre d'eau de l'aquarium en fonction de la densité de la roche : chaque origine géographique de roche vivante propose des porosités et des anfractuosités plus ou moins nombreuses (la colonisation bactérienne sur la surface et à l'intérieur est donc variable selon la roche utilisée). L'avantage d'utiliser la roche vivante est quadruple : d'abord, une pierre vivante ... vit comme un filtre biologique, en ajoutant des bactéries bénéfiques. Deuxièmement, elle introduit une abondance de vie marine dans l'aquarium que de nombreux poissons, invertébrés et coraux utiliseront pour leur alimentation. Troisièmement, cette méthode berlinoise offre un aspect naturel à la composition du récif corallien très artificiel en aquarium. Enfin, la roche aide également à équilibrer et stabiliser le pH dans l'aquarium (pouvoir tampon).

Les Calcium, magnésium, l'alcalinité (KH) et autres oligo-éléments qui sont consommés par les coraux, sont remplacés par les changements d'eau (l'eau de mer naturelle ou d'un mélange de sel synthétique de qualité) ou l'utilisation d'un réacteur à calcaire, d'eau de chaux (eau de calcium) ou en deux parties de solution équilibrée avec l'emploi de pompes péristaltiques pour injecter du calcium en méthode Balling.

Type : locution nominale. Genre : féminin.
Traduction méthode berlinoise en anglais : Berlin method.

Revoir la définition méthode berlinoise ... La définition METHODE BERLINOISE a été vue 16645 fois. Publié le 11/02/2011. Modifié le .
Commentaires (via Disqus)