L'aquariophilie pour des aquariums modernes

Siganus vulpinus : Tête de Renard

Siganus vulpinus : fiche poisson pour maintenance et élevage en aquarium.

Description de Siganus vulpinus, Tête de Renard:

Selon Marshall (1964), Siganus (Lo) vulpinus habite les côtes à l'Est des Indes; celles des Philippines, Samoa, les mers du Sud. Il est aussi connu sur les côtes australiennes, à Hayman Island, et au Nord de l'Australie et a récemment été enregistré aux îles Tonga. Dans des conditions naturelles, il pourrait atteindre 25 cm. En aquarium, il semble se maintenir à une taille plus faible. A noter que sa chair est délicate et parfumée, et est appréciée des autochtones.
Siganus vulpinus
Siganus vulpinus

Les Siganidés, appelés vulgairement Cordonniers, Poissons-Lapins (Kaninchenfische, Rabbitfishes, Konijnvissen), Spinefeet (pieds épineux), constituent une petite famille de Poissons tropicaux. Ils présentent un corps comprimé latéralement. La bouche, terminale, est petite et non protractile. Les écailles recouvrent tout le corps et une partie de la tête ; elles sont minuscules.

Le principal caractère externe qui permette de les distinguer rapidement est la présence d'une épine à l'avant et à l'arrière de chaque nageoire ventrale (d'où le nom générique Amphacanthus: épine de part et d'autre). Ces épines sont donc situées, fait unique chez les Poissons, en position antérieure et en position postérieure ; elles sont séparées par 3 rayons mous branchus. Les 2 épines de chaque nageoire ventrale, de même d'ailleurs que les 13 épines de la nageoire dorsale portent, de chaque côté, des sillons garnis de glandes venimeuses. La nageoire anale comporte 7 épines.

Le genre Siganus (ex Lo, on trouve encore fréquemment Lo vulpinus) est constitué de quelques espèces qui sont caractérisées par la présence d'un court museau en forme de tube. L'aspect général du corps n'est pas sans rappeler celui des Chétodons, mais il est plus élancé. Le dessus de la tête est brun sombre avec une crête médiane blanche. La gorge et une partie des joues sont également blanches, mais le début du thorax est à nouveau brun sombre. Le reste du corps et les nageoires sont jaune orangé. La zone blanche des joues est constellée de nombreuses ponctuations rougeâtres à rouge vif. Le premier rayon des nageoires pectorales et les épines des ventrales sont souvent noires.

Certains spécimens ont une grosse tache subcirculaire d'un noir profond vers l'arrière du corps et près du dos ; elle est toujours très nette, bien délimitée, y compris lorsque l'animal est en robe de nuit ou effrayé (coloration cryptique). Chez d'autres, cette tache est le plus souvent à peine distincte, de couleur grisâtre, légèrement plus foncée seulement que la région dorsale en avant d'elle ; lorsqu'elle est au maximum d'intensité, elle est accompagnée de deux autres taches confluentes qui apparaissent en avant d'elle, l'ensemble ressemble à un boudin avec deux constrictions. Ensuite, une nouvelle a été créée pour les poissons avec la tache noire: Siganus unimaculatus.

Lorsque le poisson est effrayé ou pourchassé par un congénère, la livrée est totalement différente et se caractérise par une série de grosses marbrures sombres sur l'ensemble du corps. Cette coloration cryptique se révèle particulièrement efficace.

Convergence:

Il est curieux de constater la similitude de l'aspect de la tête chez les Siganidés et les Acanthuridés. Les uns comme les autres sont spécialisés dans un régime alimentaire nettement phytophage: ils se nourrissent en effet des couvertures alguaires coralliennes. Les uns comme les autres ont développé des museaux plus ou moins allongés, se terminant par une bouche, étroite, garnie de petites dents en forme d'incisives particulièrement aptes au grattage des surfaces coralliennes.

Notons au passage que nombre de poissons microphages, particuliers au milieu corallien, ont développé des museaux allongés aptes à fouiller les petites cavités. Citons notamment les Gomphosus chez les Labridés, nombre de Chétodontidés, des Monacanthidés, les Zanclidés etc...

L'acquisition de formes semblables résultant de l'influence formatrice d'un même milieu de vie, chez des animaux d'espèces d'origines très différentes a reçu l'appellation de "convergence de formes".

A noter: son ancien binom était Lo vulpinus et reste très usité encore aujourd'hui. Toutefois, on doit s'y faire, et l'appellation Signaus vulpinus doit remplacer la précédente.

Fiche de maintenance et élevage de Siganus vulpinus:

Comment maintenir, associer, nourrir, reproduire et élever Siganus vulpinus (Tête de Renard)? Quels paramètres choisir?

Qualité de l'eau:

Quels sont les meilleurs paramètres de maintenance? Quel type d'eau est préféré?La condition alimentaire respectée, c'est un poisson relativement solide qui demande cependant un certain espace d'évolution et surtout de nombreuses possibilités de cachette. Il semble très résistant aux variations de pH et de salinité (7,5 - 8,2 ; 1020 - 1028).

Cohabitation et comportement:

Quel comportement a l'animal? Avec quels autres animaux est-il compatible? Est-il sociable?Les relations interspécifiques sont excellentes. Siganus vulpinus possède un caractère doux et se montre totalement indifférent aux autres poissons. Il peut sans danger être mis en présence de très petites espèces. Les relations intraspécifiques, sans être nettement mauvaises, elles sont tout au moins douteuses en aquarium. Et cependant, certains individus tolèrent facilement un congénère. A vrai dire, la question nous paraît peu claire et nous préférons conseiller de n'introduire dans un même aquarium qu'un unique exemplaire de Siganus vulpinus. Presque chaque fois que nous avons introduit deux spécimens dans un même bassin, nous avons constaté une certaine tolérance initiale puis par la suite la "domination" d'un individu sur l'autre. Ce dernier se réfugiait alors dans les coins les plus reculés et arborait la fameuse parure marbrée dont nous avons parlé plus haut. Bien que fréquemment pourchassé par son congénère, il est rare de constater des blessures sérieuses.

Alimentation et nourriture:

Comment le nourrir? Quelle alimentation convient le mieux? À quelle fréquence?Comme les autres Poissons de la famille, Siganus vulpinus est nettement phytophage. Ses dents sont minuscules et du type incisives ; elles sont portées par une bouche plus petite et terminale particulièrement apte à gratter les algues proliférant au niveau des surfaces coralliennes.
En aquarium, Siganus (Lo) vulpinus explore constamment toutes les anfractuosités et toutes les surfaces rocheuses et coralliennes qui lui sont offertes. Il s'accommode cependant d'une certaine nourriture animale, chair de moule notamment, mais s'avère extrêmement friand d'épinard découpé de façon très fine et de broyât d'algues tels que Ulva lactuca, Enteromorpha linza et Cladophora prolifera.

Données scientifiques sur Siganus vulpinus:

Classification et taxonomie de S. vulpinus:
Classe :Actinopterygii
Ordre :Perciformes
Famille :Siganidae
Genre :Siganus
Espèce :vulpinus
Rang :Espèce
Descripteur :Schlegel & Müller
Année description :1845
Nom scientifique :Siganus vulpinus
Noms communs :(fr) Tête de Renard
Statut de S. vulpinus:
Statut de conservation :Non évalué (NE)
FishBase n° :4629
Origine géographique, abondance:
Habitat naturel :Pacifique occidental
Abondance :Courant
Maintenance de S. vulpinus:
Maintenance :facile
Volume ou type :Grand aquarium
Taille :25 cm
pH de l'eau :7,8 à 8,5
Température eau :23 à 28 °C
Auteur: anemone-clown, dernière modification le , publié le 06/09/2007. 31567 lectures.
Commentaires (via Disqus):