L'aquariophilie pour des aquariums modernes

Définition de immunité

Que signifie immunité ?

Définition simple: En biologie, l'immunité est l'état équilibré des organismes multicellulaires ayant des défenses biologiques adéquates pour combattre l'infection, la maladie ou toute autre invasion biologique indésirable, tout en ayant une tolérance adéquate pour éviter les allergies et les maladies auto-immunes.

Définition immunité:

En biologie, une immunité est une capacité de l'organisme à se défendre contre certains micro-organismes ou substances pathogènes, est aussi appelée résistance spécifique. L'immunité, du système immunitaire, est une protection contre les maladies infectieuses conférée soit par une réaction immunitaire provoquée par immunisation, soit par une infection antérieure, soit par d'autres facteurs non immunologiques.

L'immunité par défense:
L'immunité (contre des pathogènes)
L'immunité est l'insensibilité de l'organisme à des attaques externes ou la capacité de l'organisme à éliminer certains pathogènes sans symptômes.


Explications générales:

L'immunité est un processus physiologique très complexe de perception des changements qui s'opèrent dans l'organisme et de ses interactions avec d'autres organismes et substances externes visant à collaborer de façon primordiale à son développement embryonnaire, au maintien de son homéostasie, à l'établissement de leur identité individuelle et leur intégration dans l'écosystème. Parmi toutes ces actions, la plus connue a été et est la défense contre les infections, et ce sera l'aspect sur lequel cet article se concentre. L'immunité, entendue comme un mécanisme de défense, implique à la fois des composants spécifiques et non spécifiques. Les composants non spécifiques, plus anciens dans la phylogénie, agissent comme des barrières ou des mécanismes innés et fixes de détection et d'élimination des micro-organismes pathogènes pour arrêter l'infection avant qu'ils ne puissent causer la maladie. D'autres composants plus modernes dans l'évolution du système immunitaire s'adaptent à chaque nouveau micro-organisme trouvé, ils se spécialisent dans leur détection et génèrent une mémoire pour d'éventuels futurs contacts.


Types d'immunité:

Il faut distinguer plusieurs types d'immunité en immunologie:L'immunité innée: les microorganismes ou les toxines qui pénètrent dans un organisme rencontreront les cellules et les mécanismes du système immunitaire inné. La réponse innée est généralement déclenchée lorsque les microbes sont identifiés par des récepteurs de reconnaissance de formes qui reconnaissent les composants présents dans de grands groupes de micro-organismes ou lorsque des cellules endommagées, blessées ou stressées envoient des signaux d'alarme, dont beaucoup (mais pas tous) sont reconnus par les mêmes récepteurs qui reconnaissent les pathogènes. Les germes qui parviennent à pénétrer dans un organisme rencontreront les cellules et les mécanismes du système immunitaire inné.L'immunité adaptative: l'immunité adaptative, acquise ou spécifique est souvent subdivisée en deux types principaux en fonction de la façon dont l'immunité a été introduite. Ils peuvent être subdivisés en fonction de la durée de la protection. L'immunité passive est de courte durée et ne dure généralement que quelques mois, alors que la protection par immunité active dure plus longtemps et dure parfois toute la vie. L'immunité adaptative est caractérisée par les cellules impliquées; l'immunité humorale est l'aspect de l'immunité médiée par les anticorps sécrétés, tandis que la protection conférée par l'immunité cellulaire n'implique que les lymphocytes T. L'immunité humorale est active lorsque l'organisme génère ses propres anticorps, et passive lorsque les anticorps sont transférés entre les individus En outre, l'immunité cellulaire est active lorsque les propres cellules T du corps sont stimulées et passives lorsque les cellules T proviennent d'un autre organisme.L'immunité passive: l'immunité passive est le transfert de l'immunité active, sous la forme d'anticorps, d'un individu à l'autre. L'immunité passive peut se produire naturellement, lorsque les anticorps maternels sont transférés au f½tus par le placenta, et peut également être provoquée artificiellement, lorsque de grandes quantités d'anticorps humains (ou d'origine animale) spécifiques à un micro-organisme pathogène ou à une toxine sont transféré à des personnes qui ne sont pas immunisées. L'immunisation passive est utilisée lorsque le risque d'infection est élevé et que le corps n'a pas suffisamment de temps pour développer sa propre réponse immunitaire ou pour réduire les symptômes de maladies chroniques ou immunosuppressives. 5 L'immunité passive fournit une protection immédiate, mais le corps ne développe pas de mémoire, de sorte que le patient a le risque d'être infecté par le même micro-organisme pathogène plus tard.L'immunité passive naturellement acquise: l'immunité maternelle passive est un type d'immunité passive acquise naturellement, et se réfère à l'immunité transmise par des anticorps dirigés contre un f½tus par sa mère pendant la grossesse. Les anticorps maternels sont transmis par le placenta au f½tus par un récepteur du Fc néonatal présent dans les cellules du placenta. Cela se produit vers le troisième mois de gestation. Limmunoglobuline G est le seul isotope de l'anticorps qui peut traverser le placenta. L'immunité passive est également fournie par le transfert d'anticorps immunoglobulin A retrouvés dans le lait maternel qui sont transférés dans le système digestif du bébé, le protégeant contre les infections bactériennes, jusqu'à ce que le nouveau-né puisse synthétiser ses propres anticorps.L'immunité passive acquise artificiellement: l'immunité passive acquise artificiellement est une immunisation à court terme induite par le transfert d'anticorps, qui peut être administré de plusieurs façons; en tant que plasma sanguin humain ou animal, en tant qu'immunoglobuline humaine provenant d'une banque pour une utilisation intraveineuse ou intramusculaire, et sous la forme d'anticorps monoclonaux. Le transfert passif est utilisé à titre prophylactique dans le cas de maladies d'immunodéficience, telles que l'hypogammaglobulinémie. Il est également utilisé dans le traitement de divers types d'infections aiguës, et pour traiter l'empoisonnement. L'immunité dérivée de l'immunisation passive ne dure qu'une courte période, et il existe également un risque potentiel de réactions d'hypersensibilité et de maladie sérique, en particulier de gammaglobuline d'origine non humaine. L'induction artificielle de l'immunité passive est utilisée depuis plus d'un siècle pour traiter les maladies infectieuses et, avant l'avènement des antibiotiques, elle était souvent le seul traitement spécifique de certaines infections. Le traitement par immunoglobulines a continué à être un traitement de première ligne des maladies respiratoires sévères jusque dans les années 1930, même après l'introduction des antibiotiques sulfonamide.Le transfert passif de l'immunité au moyen de cellules: le transfert passif ou "transfert adoptif" d'immunité au moyen de cellules, est accordé par le transfert de lymphocytes T activés ou "sensibilisés" d'un individu à un autre. Il est rarement utilisé chez l'homme car il nécessite des donneurs histocompatibles, souvent difficiles à trouver. Chez les donneurs non compatibles, ce type de transfert comporte des risques importants de maladie du greffon contre l'hôte. Cependant, il a été employé pour traiter certaines maladies telles que certains types de cancer et immunodéficience.L'immunité active: lorsque les lymphocytes B et les lymphocytes T sont activés par un micro-organisme pathogène, ils donnent naissance à des lymphocytes B et à la mémoire T. Tout au long de la vie d'un animal, ces lymphocytes mémoire "se souviendront" de chaque micro-organisme spécifique trouvé, et seront en mesure de monter une forte réponse si elle est détectée à nouveau. Ce type d'immunité est à la fois actif et adaptatif car le système immunitaire de l'organisme se prépare à de futurs défis. L'immunité active implique souvent les deux aspects à travers les cellules et les aspects humoraux de l'immunité ainsi que l'entrée du système immunitaire inné. Le système inné est présent dès la naissance et protège un individu contre les micro-organismes pathogènes quelle que soit l'expérience, tandis que l'immunité adaptative ne survient qu'après une infection ou une vaccination et est donc «acquise» au cours de la vie.L'immunité active acquise de manière naturelle: l'immunité active acquise naturellement se produit lorsqu'une personne est exposée à un micro-organisme pathogène vivant et développe une réponse immunitaire primaire, qui conduit à une mémoire immunitaire. Ce type d'immunité est "naturel" car il n'est pas induit par l'homme. De nombreux troubles du fonctionnement du système immunitaire peuvent affecter la formation d'une immunité active telle que l'immunodéficience (à la fois sous la forme acquise ou congénitale) et l'immunosuppression.L'immunité active acquise artificiellement: l'immunité active acquise artificiellement peut être induite par un vaccin, une substance qui contient un antigène. Un vaccin stimule une réponse primaire contre l'antigène sans provoquer les symptômes de la maladie. Le terme vaccination a été inventé par Edward Jenner et adapté par Louis Pasteur pour son travail de pionnier dans la vaccination. La méthode Pasteur utilisée pour traiter les agents infectieux pour ces maladies d'une manière qui a perdu la capacité de causer des maladies graves. Pasteur a adopté le nom de vaccin comme un terme générique en l'honneur de la découverte de Jenner, à partir de laquelle Pasteur a travaillé.

Terminologie:

Dans le domaine de l'immunité, il est important d'utiliser précisément les adjectifs disponibles en espagnol pour caractériser les différents composants ou actions du système immunitaire. Ainsi, "immunisé" est ce qui appartient à ou lié à l'immunité ou au système immunitaire; "immunologique" est ce qui appartient à ou concerne l'immunologie; "immun" est la qualité d'un individu qui le protège contre l'action pathogène de microorganismes ou de substances étrangères; et "immunisant" est celui qui confère la protection à un individu. Pour cette raison, nous écrirons, par exemple, "cellule immunitaire", "test immunologique", "patient immunisé contre une maladie" ou "sérum immunisant".

Voir les synonymes de immunité.
Revoir la définition immunité ... La définition IMMUNITE a été vue 8870 fois. Publié le 23/02/2009. Modifié le .