Suivez le portail aquariophile:

Liste taxonomique des genres de la famille Goodeidae

La famille Goodeidae (Goodéidés) est intégrée dans l'ordre Cyprinodontiformes (Cyprinodontiformes), et dans la classe Actinopterygii (Actinoptérygiens).
Classe : Actinopterygii
    Ordre : Cyprinodontiformes

     

Famille : Goodeidae

vignette espèce de GoodeidaeLes poissons Goodéidés de la famille Goodeidae sont surtout des poissons d'eau douce des eaux intérieures du Mexique, mais leur origine géographique s'étend à l'Amérique centrale et le Sud des États-Unis. La famille est divisée en deux sous-familles : les Goodeinae qui sont vivipares avec présence d'un gonopode chez les mâles, et les Empetrichthyinae (plus rares) qui sont ovipares avec des longueurs de poissons pouvant atteindre 20 cm.

Le nom scientifique de la famille est un hommage à l'ichtyologiste George Brown Goode. Les Goodéidés sont en voie de disparition, menacés par l'industrialisation qui affecte leur habitat naturel.

Au cours des dernières années, il s'est produit une réduction significative de la taille des populations méxicalpiques (lesGoodéidés vivipares), principalement en raison de modifications anthropiques telles que la pollution, l'eutrophisation, la modification de l'habitat et de la désertification. Selon de récentes estimations, une perte de 80% par rapport aux données historiques serait à considérer. La faible importance économique de poissons méxicalpiques pour la pêche au Mexique a conduit cette famille à être ignorée dans les efforts de conservation, mais sa petite taille et son utilisation comme exemplaires pour l'aquariologie a permis d'accroître l'intérêt pour enquêter sur cette famille.

Ainsi, des études récentes phylogénétiques ont daté l'âge de cette famille à environ 16,5 millions d'années, avec la principale divergence dans la période du miocène. La grande diversité des espèces peut être attribuée à des événements volcaniques historiques et géologiques de cette région, qui a créé des conditions favorables pour la spéciation, allopatrique, de ces poissons.

Habituellement, les espèces de cette famille sont associées à des vivipares en raison de leur fécondation interne, mais ce ne sont pas des ovovivipares (un cas rare), parce que l'embryon est introduit à l'intérieur du corps de la mère et non pas, comme chez les vivipares vrais, seulement protégés. La nourriture de l'embryon a lieu à travers des structures trophotaeniae qui jouent le même rôle qu'un cordon ombilical (mais ceci est seulement une analogie fonctionnelle et non structurelle). Cette caractéristique conduit à une plus petite quantité d'alevins par rapport aux ovipares et ovovivipares. En outre, la femelle n'a pas la capacité de préserver le sperme du mâle (pas de spermathèque) comme cela se produit chez certains vivipares (tels que les mollys ou guppys), pour lequel une fertilisation pour chaque gestation est nécessaire.

Genres de la famille Goodeidae, les Goodéidés :

; ; ; ; ;

Commentaires (via Disqus)