L'aquariophilie pour des aquariums modernes

Aponogeton satarensis

Aponogeton satarensis : fiche plante aquatique pour plantation, culture, multiplication.

Description de Aponogeton satarensis:

Cette plante aquatique Aponogeton satarensis est une Aponogeton dioïque à une à deux pointes, découverte dans le district de Satara, province de Maharashtra sur la côte centre-ouest de l'Inde. Cette espèce s'est avérée, non seulement la première espèce du genre en Inde, mais aussi non décrite jusqu'en 1982.
Aponogeton satarensis
Aponogeton satarensis

Aponogeton satarensis est alliée à A. decaryi, sa jumelle de Madagascar, et elle n'est connue que de la localité type (Satara) d'après laquelle elle est nommée. A. satarensis a été décrite à partir de "Mhavashi Ferricrete" par Sunderaraghavan, Kulkarni et Yadav, en 1982.

Aponogeton satarensis n'est connue que de cinq sites dans les petites mares temporaires sur le haut des collines sur les plateaux largement séparés dans les "ghâts occidentaux". Sur l'un de ces sites, certaines mares sont temporaires et les plants ont été perdus à cause de la construction d'éoliennes. Cependant, des bassins secondaires ont été créés et l'espèce a colonisé ces nouvelles eaux. Un autre site est menacé par l'augmentation du tourisme (les amateurs botaniques) et l'élimination des biotopes habituels. Ainsi, la qualité de l'habitat de ces sites se dégrade en raison d'une pollution accrue, les changements dans les micro-habitats par l'enlèvement des terres, la non-élimination des ordures et des incendies involontaires sont causés par les touristes et les campeurs. D'autres sites d'habitat de cette espèce sont réclamés pour l'exploitation minière de la latérite, mais ce n'est pas encore une pression supplémentaire à l'heure actuelle, sauf pour le pâturage des bêtes, pratique qui a cours depuis plusieurs années.

Dans l'étude qui a été menée pendant trois ans à compter de 2004-2006, le déclin du nombre de plantes n'a pas été observé bien que les modifications de l'habitat ont été observées dans certaines des localités connues. Malgré cela, le déclin de la population dans les 10 prochaines années est prévu en raison de l'augmentation des pressions humaines sur les sites connus. L'espèce est évaluée comme "En danger" car il a une zone restreinte d'occupation des sols.

Cette espèce a été signalée dans Mhavashi (qui est la localité type), Kas, Patan dans le district de Satara et Gothane dans les Ghâts occidentaux qui relève du district de Ratnagiri. La cinquième localité est Chalkewadi sur le plateau de Satara, Maharashtra. Cet aponogeton est également connu pour croître dans la zone d'Amboli, toujours dans la province de Maharashtra.

L'habitat principal de cette espèce est constitué de mares rocheuses fortement remplies au cours de la mousson, mais généralement, l'épaisser de la couche d'eau est d'environ 20 cm de profondeur à des altitudes supérieures à 800 m dans les Ghâts occidentaux du Nord. L'habitat secondaire peut être dans les fossés remplis d'eau, formés par l'enlèvement du sol où elle pousse bien pendant environ deux ans mais décline ensuite.

La culture en captivité n'a pas encore été maîtrisée au delà de deux années! Un très fort enrichissement en fer semble indispensable.

Données scientifiques sur Aponogeton satarensis:

Classification et taxonomie de A. satarensis:
Classe :Liliopsida
Ordre :Najadales
Famille :Aponogetonaceae
Genre :Aponogeton
Espèce :satarensis
Rang :Espèce
Descripteur :Sundararagh. , A.R. Kulk. & S.R. Yadav
Année description :1982
Nom scientifique :Aponogeton satarensis
Noms communs :(en) Marathi
Statut de A. satarensis:
Statut de conservation :Non évalué (NE)
IUCN n° :175222
Origine géographique, abondance:
Habitat naturel :Inde
Continent d'origine :Asie
Abondance :Très rare
Maintenance de A. satarensis:
Maintenance :compliqué
Positionnement :Milieu
Type :Bulbe
Croissance :Modérée
Éclairage :Très intense
Volume ou type :Aquarium moyen
Taille :40 à 60 cm
pH de l'eau :7,0 à 7,5
Dureté de l'eau :5 à 15 °GH
Auteur: wistiti57, dernière modification le , publié le 30/10/2011. 2504 lectures.
Commentaires (via Disqus):