L'aquariophilie pour des aquariums modernes

Définition de serpent

Que signifie serpent ?

Définition serpent:

Un serpent est un animal vertébré, un reptile carnivore squamate du groupe des ophidiens, caractérisé par l'absence de pattes et le corps très allongé, serpentiforme, se déplaçant par reptation avec un corps écailleux. Les serpents du sous-ordre Serpentes sont nés à l'époque du crétacé.

Le serpent laitier de l'Est:
Un serpent: la couleuvre Lampropeltis triangulum
Le serpent Lampropeltis triangulum est une couleuvre faux-corail ou tachetée, également appelée le serpent laitier de l'Est (du continent nord-américain).


Caractéristiques essentielles des serpents:

Les serpents n'ont pas de membres apparents, seuls les pythons et boas maintiennent de minuscules extrémités vestigiales, héritage de son passé évolutif.

Leur régime alimentaire est exclusivement carnivore; certains effectuent des morsures empoisonnées, comme les cobras et les vipères, pour tuer leur proie avant de les ingérer. D'autres serpents, tels que les boas et les pythons, tuent leurs proies par constriction.

Plus de 450 genres et 3460 espèces sont reconnus. On croit que les serpents sont dérivés d'un certain type de lézard parmi les sauriens, mais les détails concrets de leur origine ne sont pas clairs.

Il existent des serpents marins en mer, mais l'appellation serpent de mer désigne parfois le régalec, un poisson.


anatomie et physiologie:

L'anatomie des serpents est spécialement adaptée pour pouvoir se déplacer sans membres. Par rapport aux vertébrés quadrupèdes, les serpents ont un centre de gravité très bas, près du sol, une plus grande surface du corps en contact avec le sol qui génère plus de friction et distribue plus de masse corporelle. Malgré cela, ils sont capables de nager, plonger, grimper, sauter, creuser et même certaines espèces peuvent planifier. Il présente différents types de locomotion terrestre, la forme la plus commune est faite par des ondulations latérales du corps, qui commencent dans la tête jusqu'à se terminer dans la queue. Un autre type de déplacement implique l'utilisation d'une partie du corps comme une ancre statique pour propulser le reste du corps. Aussi certains serpents peuvent se déplacer rectilignement en utilisant pour stimuler leurs muscles et leurs écailles ventrales. En outre, certaines espèces, en particulier des écosystèmes désertiques, tels que le serpent à sonnettes à cornes Crotalus cerastes, remuent la tête et déplacent la partie antérieure du corps vers l'avant, pour ensuite élever la zone médiane du corps et le déplacer, ce mouvement a toujours deux parties du corps en contact avec le substrat et une partie dans l'air. Les écailles ventrales élargies de nombreux serpents empêchent de glisser dans la direction opposée à la marche.

Le squelette a de nombreuses vertèbres, plus de 100 en général et atteignant chez certaines espèces plus de 400, ce qui les rend très flexibles. La variation du nombre de vertèbres est liée à la longueur du serpent, mais aussi à son écologie. Par exemple, les espèces constrictrices ont un plus grand nombre de vertèbres que celles qui utilisent d'autres stratégies.

Le crâne est très modifié par rapport au modèle de base de la diapside. Les os de la mâchoire supérieure sont faiblement reliés au reste du crâne et il peut se déplacer librement et possède de puissants muscles réfringents, ce qui permet une énorme ouverture des mâchoires et l'ingestion de grandes proies entières. Les dents sont pointues et courbées vers l'arrière et sont implantées dans le palais ainsi que dans le maxillaire.

Les boas et les pythons ont des rudiments des membres postérieurs et membres antérieurs; chez ces serpents, on peut voir des griffes à l'extérieur et de chaque côté du cloaque qui jouent un certain rôle dans les rapports sexuels.

La peau du serpent est couverte d'écailles. La plupart des serpents utilisent des écailles du côté ventral pour se déplacer, s'accrocher aux surfaces. Leurs paupières sont fermées en permanence, mais ce sont en réalité des écailles transparentes. Les serpents changent leur peau périodiquement par mue.

Contrairement à d'autres reptiles, le changement de peau (exuviation) est fait en une seule pièce, comme si on retirait un bas. Ceci est fait à mesure que l'animal se développe, mais aussi pour réparer les plaies et se débarrasser des parasites externes.

Il existe plusieurs types de dents, en fonction de l'os sur lequel elles sont implantées: maxillaire, ptérygoïdien, palatin, dent et prémaxillaire. Les dents maxillaires sont les plus variées et les seules pouvant être associées à des glandes venimeuses.


respiration:

Le système respiratoire et les viscères sont très modifiés puisque le corps tubulaire du serpent nécessite que tous les organes soient allongés et minces, comme notamment les poumons, les reins, le foie, le coeur et les testicules. La glotte peut projeter vers l'avant pour maintenir les voies respiratoires ouvertes pendant l'ingestion de la proie et, dans certaines espèces, une partie de la trachée est spécialisée pour la respiration, constituant un poumon trachéal.

Le poumon gauche est habituellement réduit ou parfois même manquant, et les autres paires de viscères sont généralement situées à des niveaux différents de chaque côté. Ils ont une paire d'organes reproducteurs, appelés mâles hémipéniques.


Les sens:

La vision détaillée est limitée, mais n'empêche pas la détection du mouvement. Certains serpents ont des fosses loréales, capables de détecter la chaleur. Cependant, cela n'indique pas qu'ils ont une vision infrarouge, puisque l'information va à des zones cérébrales différentes de celles de la vision. Ils savent simplement si tout est plus chaud ou moins.

Le sens de l'ouïe des serpents est très limité puisque les organes auditifs ont dégénéré; il manque le tympan, la cavité tympanique et la trompe d'Eustache, et la columelle s'articule avec le carré. Il semble donc peu probable que les serpents puissent clairement entendre les sons transmis par l'air, mais ils sont sans aucun doute sensibles aux vibrations du sol, transmises par les os de la mâchoire.

Un serpent sent par le nez; la langue passe les particules d'air à l'organe de Jacobson dans la bouche pour examen. Une autre caractéristique de sa langue est qu'elle se termine en deux branches, c'est pourquoi elle est qualifiée de bifide (la langue fourchue est utilisée pour capturer les particules chimiques et les percevoir avec l'organe Jacobson, qui est dans la partie avant du palais).


venin empoisonné:

De nombreuses espèces utilisent du venin, un poison pour immobiliser ou tuer leurs proies. Le poison est une salive modifiée et est injecté grâce aux crocs. Les crocs plus spécialisés (vipères) sont très longs et creux, et agissent comme de véritables aiguilles hypodermiques qui creusent profondément et injectent le venin. D'autres types de crocs, moins spécialisés, ont une rainure simple dans leur marge postérieure à travers laquelle le venin (cobras) descend.

Le venin des serpents est souvent spécifique à leurs proies, et leur rôle en tant que mécanisme défensif est secondaire. Le poison, comme toutes les sécrétions salivaires, a des agents qui effectuent une pré-digestion de la nourriture; par conséquent, même les serpents «non-toxiques» peuvent causer des dommages aux tissus.

Le poison est constitué d'un mélange complexe de protéines qui agissent comme des neurotoxines (qui attaquent le système nerveux), des hémotoxines (qui endommagent le sang), des cytotoxines (endommagent les tissus), des bungarotoxines et de nombreuses autres substances pouvant affecter le corps de différentes manières.; presque tous les venins de serpent possèdent de l'hyaluronidase, une enzyme qui détruit l'acide hyaluronique, qui est le ciment qui retient le tissu conjonctif, qui se désintègre donc en facilitant la diffusion rapide du poison.

Le poison est stocké dans les glandes venimeuses situées à l'arrière de la tête. Dans tous les serpents venimeux, lesdites glandes ont des canaux qui s'ouvrent dans les rainures ou les canaux des dents de la mâchoire supérieure. L'Australie est l'endroit dans le monde avec le plus grand nombre d'espèces vénéneuses; Cependant, un seul décès par morsure par an survient en moyenne. En Inde, par contre, 250 000 morsures sont produites chaque année, provoquant environ 50 000 décès.


reproduction:

La plupart des serpents se reproduisent en pondant des ½ufs, mais certaines espèces ont développé une méthode différente. Le corps de la mère retient les ½ufs jusqu'à ce que la progéniture soit complètement formée pour vivre de façon autonome.

Dans certains cas, le groupe entier donne naissance à des chiots complètement formés, alors que d'autres groupes peuvent être formés par des membres qui donnent naissance à des chiots formés, ainsi qu'à des membres qui pondent des ½ufs. Par exemple, dans la famille des boïdés, tous les boas donnent naissance à des animaux déjà formés, tandis que les pythons pondent des ½ufs.


alimentation:

Tous les serpents sont carnivores, se nourrissant d'une grande variété de proies, y compris des oiseaux, des amphibiens, des mammifères, des poissons ou des invertébrés et même des reptiles, y compris d'autres serpents dans certaines espèces. Généralement, les serpents de taille petite à modérée chassent les proies sans défense, qui peuvent être rapidement dévorées et vivantes. Cependant, si la proie s'oppose à la résistance, elle peut avoir recours à des techniques telles que l'utilisation de poison ou de constriction pour tuer la proie avant de la manger.

Les serpents ne peuvent pas mâcher de la nourriture et les avalent entiers. Les dents d'un serpent, pointues comme des aiguilles et dirigées vers la bouche, servent à retenir la proie de sa bouche. En avalant, le maxillaire et la mâchoire, qui sont attachés au crâne par des ligaments, parviennent à se séparer pour s'adapter à la taille de la proie. Ainsi, un serpent est capable d'avaler une proie trois fois plus grosse que sa propre tête et son diamètre.

Une autre raison de leur capacité à avaler est le manque d'os tels que le sternum, de sorte que la nourriture peut passer sans problèmes à travers l'½sophage et dans tout le corps du reptile. Après l'ingestion, un serpent doit léthargique pour terminer le processus de digestion. C'est parce que le processus digestif nécessite beaucoup d'énergie que le serpent doit utiliser, pour digérer, efficacement la nourriture, ce qui peut durer des jours ou des mois, selon la taille de la proie. Dans cet état, certains organes tels que le c½ur et l'estomac deviennent plus actifs de sorte que toute la nourriture est presque complètement digérée. Les parties indigestibles peuvent être excrétées ou régurgitées.


diversité des groupes:

Les serpents présentent un rayonnement adaptatif presque aussi large que les lézards, bien que la variation structurelle ne soit pas aussi grande.

On distingue essentiellement:Les boas et pythons (Boidae et Pythonidae): les familles des boïdés et des pythonidés réunissent les espèces de serpents les plus primitives, comme en témoigne le fait qu'elles conservent encore des rudiments de pattes postérieures. Avec une absence de venin, ils tuent leur proie par la constriction, s'enroulant jusqu'à ce qu'ils suffoquent. Ils comprennent les serpents actuels les plus volumineux, tels que l'anaconda et le python réticulé. Les pythons mesurent normalement entre 1 et 6 m, bien que certaines espèces soient parmi les serpents existants les plus longs; le python réticulé détient le record du plus long serpent, avec 10,32 m.
Les colubridés (Colubridae): la plupart des serpents vivants appartiennent à la famille des colubridés, qui comprend de nombreuses espèces inoffensives et de taille moyenne comme le serpent d'eau européen Natrix maura, le serpent lisse du sud Coronella girondica ou le serpent échelle Rhinechis scalaris, et certains modérément vénéneux, avec des dents opisthogliphes (situées dans la partie arrière de la bouche), comme le serpent bâtard Malpolon monspessulanus; le serpent arboricole du Cap Dispholidus est l'une des rares espèces dont la morsure peut être mortelle pour les humains.
Les cobras et mambas (Elapidae): la famille des élapidés comprend les cobras, les mambas, les serpents corails, et les serpents de mer, tous extrêmement vénéneux et potentiellement mortels pour l'homme; les crocs sont petits et sont situés à l'avant de la bouche (protoglyphes); son poison a une action principalement neurotoxique. Tous les serpents venimeux australiens appartiennent à ce groupe. Les élapidés terrestres sont semblables aux colubridés; presque tous ont des corps longs et minces, des têtes couvertes de grandes écailles et pas toujours différenciées du cou, et des yeux à pupilles rondes. De plus, leur comportement est généralement très actif et de nombreuses espèces sont ovipares. Les mambas Dendroaspis sont arboricoles et sont très agiles et rapides. Les serpents de corail ont leurs couleurs d'avertissement vives parce qu'ils sont très toxiques (aposématisme), parmi lesquels prédominent le jaune, le rouge et le noir; Ils ne sont pas très dangereux pour les hommes car ils sont petits et ouvrent peu la bouche, ce qui les rend difficiles à mordre. Les cobras Naja et Ophiophagus sont bien connus pour leur apparence menaçante et leur morsure; ils habitent les régions tropicales et désertiques d'Asie du Sud et d'Afrique; ils déploient une sorte de "capuchon" dans la région de la tête et du cou lorsqu'ils sont irrités ou en danger, grâce aux longues côtes cervicales; c'est un geste d'avertissement à un ennemi possible.
Les vipères et serpents à sonnettes (Viperidae): La famille des vipéridés comprend les vipères du Vieux Monde et les serpents à sonnettes, principalement américains; tous sont très venimeux et possèdent deux crocs de solénoglyphes munis d'un canal qui agit comme des aiguilles hypodermiques lorsqu'ils mordent pour injecter du poison. Le poison a une action principalement hémolytique. Les crocs sont très longs et se replient contre le palais lorsque la bouche est fermée se dépliant rapidement lorsque le serpent se prépare à attaquer la proie. La tête est triangulaire et large, et les yeux ont la pupille verticale. La plupart conservent les oeufs qui contiennent les jeunes dans le corps donnant naissance aux nouveau-nés après l'éclosion des ½ufs de l'intérieur du corps, c'est-à-dire qu'ils sont ovovivipares. Parmi ses espèces, on compte les vipères européennes Vipera, les animaux les plus venimeux du continent, les vipères africaines cornues Cerastes, l'aspic, les vipères du Gabon Bitis, avec les plus longs crocs de tous les serpents), les serpents crotales américains Crotalus, Lachesis, etc.

Croyances:

Les serpents ont été appréciés dans différentes cultures, mais répudiés dans d'autres.

En Occident, dans les croyances chrétiennes et islamiques, le diable a été représenté avec des serpents, dans ce cas avec Satan selon la Bible, où il raconte sa condamnation pour avoir tenté Adam et Eve. Même dans les premiers chapitres et versets de la Genèse, après avoir tenté la tentation, elle raconte comment Dieu, en plus de lui dire qu'elle va ramper et marcher sur sa poitrine, il y aura aussi une hostilité entre elle et la femme qui lui mordra le talon. Cela va casser la tête.

Cette histoire biblique a inspiré l'Église catholique à représenter la Vierge Marie comme l'Immaculée Conception en marchant sur un serpent comme la genèse raconte, mais le reptile au lieu de mordre le talon ne porte qu'une pomme dans sa bouche. Dans certains cas, Jésus Christ a aussi été représenté marchant sur un serpent, mais non inspiré par la genèse de la Bible mais comme une représentation de la lutte entre le bien et le mal, symbolisme qui peut également s'appliquer au cas de la Vierge Marie.

Dans le christianisme il semble aussi qu'il y ait certaines contradictions, certains théologiens basés sur l'histoire de Moïse dans le récit biblique, pour libérer le peuple hébreu, Dieu a transformé son bâton en un serpent au milieu du buisson ardent quand Moïse est entré en contact. Selon cette histoire, il est interprété que Dieu à travers Moïse a démontré sa fureur contre le peuple égyptien contre Pharaon. En cela, certains théologiens considèrent que le bâton de Moïse, connu comme la verge de Moïse, est un serpent d'aspect positif ou en même temps miraculeux.

Dans l'Egypte ancienne, Uadyet (le cobra) était la "Dame du Ciel", symbole de la chaleur ardente du Soleil et de la flamme du feu. Il représentait la force de la croissance, la fertilité du sol et des eaux dans la mythologie égyptienne. Elle était la déesse protectrice de la Basse Egypte et de Pharaon. Cependant, le serpent Apophis était le symbole des forces maléfiques qui habitent la Duat, et a essayé de retenir le bateau solaire de Ra.

Dans le Proche-Orient ancien, le serpent était considéré comme un animal vivant longtemps, bienfaiteur et guérisseur, d'où l'emblème du caducée.

En Extrême-Orient, le serpent est considéré comme un animal sacré, divin et protecteur contre les énergies négatives, ce qui représente la force, l'énergie et la sagesse. Il est également vénéré principalement dans la culture Hindi. Par exemple dans le christianisme, le Saint-Esprit est représenté comme une colombe blanche, mais ici, le dieu Siva, est représenté comme un serpent, dans un cobra.

La culture chinoise considère également comme une entité protectrice; un exemple de cela se trouve dans la Grande muraille de Chine construite sur un terrain montagneux et situé au centre de la couleur jaune. Il a également été représenté à égalité avec le Dragon, en tant que symbole de certains arts martiaux orientaux. Dans cet animal, les différentes méthodes d'autodéfense dans la Chine ancienne ont été inspirées, principalement créées et sauvées par des maîtres ou des senseis ou des artistes martiaux. Toujours dans l'astrologie chinoise, le signe du serpent occupe la 6ème place et comme la partie successeur du signe du dragon, selon la philosophie chinoise est également une partie du ying yang.

De la même manière, en Amérique, ils ont été vénérés par une grande partie des cultures qui y ont prospéré. En Méso - Amérique, l'exemple le plus célèbre est celui du dieu Quetzalcoatl, le Serpent à plumes, Kukulcán pour les Mayas. En Amérique du Sud, il y a la figure mythique de l'Amaru ou serpent ailé, une divinité très ancienne et d'une grande transcendance dans la vision du monde des peuples Quechua et Aymara.

Dans la Rome antique, le dieu Esculape (dieu de la médecine) a pris la forme d'un serpent, qui a donné son nom au serpent d'Asclépios. Dans ce cas, les serpents étaient également vénérés.

Le basilic est représenté dans certaines cultures comme un grand serpent avec une tache en forme de couronne sur la tête qui, si elle est directe, est capable de tuer et, si elle est indirecte, pétrifie.

Voir les synonymes de serpent.
Revoir la définition serpent ... La définition SERPENT a été vue 1112 fois. Publié le 24/04/2018. Modifié le .