L'aquariophilie pour des aquariums modernes

Définition de stress

Que signifie stress ?

Définition simple: Le stress est une réponse physiologique et biologique d'adaptation de l'organisme à un facteur stressant comme une condition environnementale ou un stimulus négatif tel qu'une menace. Divers mécanismes de défense entrent en jeu pour faire face à une situation perçue négative.

Définition stress:

Un stress est un ensemble de réactions déclenchées par l'action d'un agent nocif. Le stress est la somme des réactions biologiques à tous mauvais stimuli (physiques, internes ou externes) qui perturbent le mode opératoire optimum de l'organisme suffisamment que pour réduire ses chances de survie, par exemple d'origine hydrique, oxydatif, chronique...

Illustration du stress négatif:
Le stress peut provoquer un mal de tête
Le stress, quand il est négatif avec une phase de détresse, peut provoquer une réaction physiologique telle qu'un mal de tête. Ce stress négatif peut, parfois, être imputé à un travail pesant.


Description:

Qu'est-ce que le stress? Le stress est un facteur d'adaptation aux facteurs de stress. Il peut être physiologique, mais il peut aussi avoir des implications pathologiques, voire chroniques, qui relèvent du domaine psychosomatique. En général, on peut distinguer détresse et euphorie, respectivement mauvais stress et bon stress.

Le stress est la façon dont un corps réagit à un défi. Selon l'événement stressant, la façon dont le corps réagit au stress passe par l'activation du système nerveux sympathique qui se traduit par une réponse combative ou de résignation. Comme le corps ne peut pas maintenir cet état pendant de longues périodes, le système parasympathique a tendance à ramener le corps à des conditions physiologiques plus normales, en homéostasie.

Autrement dit chez l'homme, le stress décrit habituellement une condition négative (détresse) ou au contraire un état positif (euphorie), qui peut avoir un effet mental, physique et même de bien-être ou d'inconfort sur un être humain, voire un autre animal.

Bien que presque toujours, principalement chez l'homme, le mot stress ait une connotation négative (le contraire serait peut-être le nirvana bouddhiste ou le principe du nirvana de Sigmund Freud), la science distingue deux types de stress, à la fois chez les animaux et chez les humains:eustress ou stress positif: c'est un processus naturel et habituel d'adaptation, qui consiste en une activation pendant une courte période de temps dans le but de résoudre une situation concrète qui nécessite plus d'effort. Chez les animaux non humains l'eustress est mis en évidence dans les stimuli qui par réaction favorisent la vie.distress ou stress négatif: c'est celui qui, chez un animal (y compris l'être humain), excède le potentiel de l'homéostasie ou de l'équilibre corporel causant de la fatigue, des niveaux accrus d'anxiété, d'irritabilité et de colère. Le stress peut entraîner l'apparition de conséquences physiques dues à l'augmentation de la dépense énergétique, à une plus grande vitesse d'action, à moins de repos que nécessaire et à l'épuisement des forces qui en résulte.

Facteurs de stress:

Tout facteur de stress qui perturbe l'homéostasie du corps rappelle immédiatement les réactions neuropsychiques, émotionnelles, locomotrices, hormonales et immunologiques. Les causes de stress sont les situations déclencheuses qui peuvent être tout stimulus, externe ou interne (physique, chimique, acoustique ou somatique ainsi que socioculturel) qui, directement ou indirectement, conduit à la déstabilisation de l'équilibre dynamique de l'organisme (homéostasie). Ils impliquent des symptômes de stress.

Même les événements de la vie quotidienne sont des causes de stress qui peuvent conduire à des mutations radicales dues à l'adaptation. Néanmoins, l'adaptation est une tâche complexe qui s'articule dans la mise en œuvre d'actions finalistes visant à gérer ou résoudre des problèmes à la lumière de la réponse émotionnelle subjective suscitée par de tels événements.

La capacité à cibler des actions adaptatives implique à la fois la possibilité d'actions visant à modifier l'environnement en fonction des besoins du sujet et la possibilité ou non de modifier les caractéristiques subjectives pour mieux s'adapter à l'environnement.

Par exemple, pour s'adapter à un climat rigoureux, on peut décider d'allumer un feu ou de porter des vêtements plus lourds: l'adaptation dépend de la capacité à résoudre un problème, mais aussi de la présence d'éléments environnementaux, économiques ou relationnels appropriés.

Pour encadrer la capacité d'adaptation, il y a également besoin d'un axe temporel, composé de plusieurs variantes: l'âge du sujet, son temps de réaction, et le temps qu'il faut pour que l'événement réalise une adaptation efficace. En fait, un petit enfant ne sera pas capable d'utiliser la même capacité adaptative aussi complètement qu'un adulte ni à la même vitesse.

La prévisibilité, la connaissance et la gravité des événements jouent un rôle crucial dans la capacité à mettre en place des stratégies adaptatives pour les gérer. Par exemple, le deuil pour la perte d'un être cher est habituellement plus facile lorsque la personne était âgée et que sa disparition avait duré longtemps. Inversement, l'adaptation en cas d'exposition à des événements catastrophiques et soudains est problématique.

Le succès majeur ou mineur des processus adaptatifs est donné par l'équilibre entre les caractéristiques qualitatives et quantitatives des événements qui les suscitent et les ressources personnelles du sujet concerné.

Ils sont considérés:caractéristiques de tempérament et de personnalité;capacité intellectuelle;niveau culturel;conditions socio-économiques;résonance subjective de l'événement.
Un sujet peut être capable de faire face à certains événements, mais ne pas être capable de gérer et de s'adapter de manière adaptative avec les mêmes événements différents événements. Le stress chronique semble être l'une des principales causes de décès accidentels lors d'événements de guerre, également identifiés comme stress de combat, en particulier pour les "frères qui tuent des frères", souvent imputables à des erreurs d'identification et de sensibilisation dues à état de stress non reconnu et non géré.

Une partie importante de l'effort qui a été fait pour l'étude et la compréhension du stress a porté sur la détermination et la classification des différents déclencheurs de ce processus. La revue des principaux types de facteurs de stress qui ont été utilisés pour étudier le stress, fournit une première approximation de l'étude de leurs conditions de déclenchement, et montre l'existence de dix grandes catégories de facteurs de stress:situations qui forcent le cerveau à traiter;stimuli environnementaux;perceptions de la menace;altération des fonctions physiologiques (maladies, addictions, etc.);isolation et confinement;blocages dans nos intérêts;pression de groupe;frustration;ne pas atteindre les objectifs planifiés;relations sociales compliquées ou échouées.
Cependant, il est possible d'effectuer différentes taxonomies sur les déclencheurs de stress selon des critères purement descriptifs; par exemple, celle proposée par Lazarus et Folkman (1984), pour qui le stress psychologique est une relation particulière entre l'individu et l'environnement (qui est évalué par l'individu comme menaçant ou débordant de ses ressources et mettant en danger son bien-être). C'est pourquoi il a été proposé de classer les facteurs et causes de stress par le type de changements qu'ils produisent dans les conditions de la vie. Ainsi, il existe de quatre types d'événements stressants:Les facteurs de stress uniques: ils se réfèrent à des cataclysmes et des changements drastiques dans les conditions de vie du peuple et que, généralement, ils affectent un grand nombre d'entre eux.Les facteurs de stress multiples: ils affectent seulement une personne ou un petit groupe d'entre eux, et ils correspondent à des changements significatifs et d'importance vitale pour les personnes.Les facteurs de stress quotidiens: ils se réfèrent à l'accumulation de l'inconfort, imprévu et altérations dans les petites routines quotidiennes.Les facteurs de stress biogéniques: ils sont des mécanismes physiques et chimiques qui déclenchent directement la réponse au stress sans la médiation de processus psychologiques.
Ces facteurs de stress peuvent être présents de façon aiguë ou chronique et peuvent également être le résultat d'une anticipation mentale de ce qui pourrait se produire dans le futur.


physiopathologie et psychologie:

L'effet de la réponse au stress sur le corps est profond:Prédominance du système nerveux sympathique (vasoconstriction périphérique, mydriase, tachycardie, tachypnée, ralentissement de la motilité intestinale, etc.);Libération massive dans la circulation sanguine des glucocorticoïdes: catécholamines (adrénaline et noradrénaline), cortisol et enképhaline;Augmentation des taux sanguins de glucose circulant, de facteurs de coagulation, d'acides aminés libres et de facteurs immunitaires (le sang devient thrombolytique, ce qui augmente le risque d'accident vasculaire cérébral et d'autres thromboses).
Le corps développe ces mécanismes pour augmenter les chances de survie contre une menace à court terme, mais ne doit pas être maintenue indéfiniment. À moyen et long terme, cette vigilance soutenue épuise les réserves du corps. Le stress (particulièrement la détresse) provoque une immunosuppression. La libération d'hormones de stress inhibe la maturation des lymphocytes, responsables de l'immunité spécifique.

Les réactions psychologiques provoquées par le stress ont trois composantes: émotionnelle, cognitive et comportementale. Le stress et les émotions ont beaucoup de relations, tant que même la définition est similaire. Les émotions peuvent être définies comme un état d'humeur qui apparaît comme une réaction à un stimulus; ce qui fait penser que le stress est une émotion parce qu'il a les caractéristiques d'une émotion.

Certaines réactions émotionnelles qui se produisent chez les personnes touchées par le stress sont: le découragement, la tristesse, l'irritabilité, l'apathie, l'indifférence, l'instabilité émotionnelle, etc. On dit que les facteurs de stress passent par les organes des sens (la vue, l'ouïe, le toucher, le goût, l'odorat), puis plus tard viennent les émotions. Ensuite, après le stress viennent les émotions et vice versa.


Stress au travail:

Le stress au travail peut être défini comme un ensemble de réactions nuisibles, à la fois physiques et émotionnelles, qui se produisent lorsque les exigences du travail dépassent les capacités, les ressources ou les besoins du travailleur. Le stress au travail peut conduire à une maladie psychique et même physique, conduisant à générer des maux de tête aux ulcères de l'estomac. Le concept de stress au travail est souvent confondu avec le défi, mais les deux concepts sont différents. Le défi dynamise psychologiquement et physiquement, et il motive à apprendre de nouvelles compétences et à dominer le travail. Lorsque nous rencontrons un défi, nous nous sentons détendus et satisfaits. Ainsi, selon les experts, le défi est un ingrédient important d'un travail sain et productif.

Actuellement, il existe une grande variété de données expérimentales et cliniques qui montrent que le stress, si son intensité et sa durée dépassent certaines limites, peut produire des altérations considérables dans le cerveau. Ceux-ci vont de changements plus ou moins doux et réversibles aux situations dans lesquelles la mort neuronale peut se produire. Il est connu que l'effet néfaste que le stress peut produire sur notre cerveau est directement lié aux niveaux d'hormones (glucocorticoïdes, spécifiquement) sécrétés dans la réponse physiologique de l'organisme. Bien que la présence de certains niveaux de ces hormones soit d'une grande importance pour le bon fonctionnement de notre cerveau, les glucocorticoïdes en excès peuvent produire toute une série d'altérations dans différentes structures cérébrales, en particulier dans l'hippocampe, une structure qui joue un rôle critique dans de nombreuses processus d'apprentissage et de mémoire. Grâce à différents travaux expérimentaux, il a été établi que l'exposition continue à des situations de stress (à des niveaux élevés d'hormones de stress) peut produire trois types d'effets néfastes sur le système nerveux central, à savoir:atrophie dendritique: il s'agit d'un processus de rétraction des extensions dendritiques qui se produit dans certains neurones. Chaque fois que la situation de stress se termine, un rétablissement de la plantation d'arbres dendritiques peut se produire. Par conséquent, il peut être un processus réversible.Neurotoxicité: c'est un processus qui survient à la suite d'un maintien soutenu de niveaux élevés de stress ou de GC (pendant plusieurs mois), et provoque la mort des neurones de l' hippocampe.Exacerbation de différentes situations de dommages neuronaux. Ceci est un autre mécanisme important par lequel, en même temps que l'agression neuronale (apoplexie, anoxie, hypoglycémie, etc.) coexiste avec des niveaux élevés de glucocorticoïdes, réduit la capacité des neurones à survivre à cette situation nuisible.

Stress post-traumatique:

Une variante du stress est le trouble de stress post-traumatique, un trouble débilitant qui survient souvent après un événement terrifiant en raison de ses circonstances physiques ou émotionnelles, ou un traumatisme (accident de la circulation, vol, viol, catastrophe naturelle, et autres). Cet événement amène la personne qui a survécu à l'événement à avoir des pensées persistantes et terrifiantes et des souvenirs de cette expérience. Cela peut arriver chez les personnes qui ont vécu la menace, en ont été témoins ou ont imaginé que cela pouvait leur arriver. Le trouble de stress post-traumatique peut survenir à tout âge, les enfants étant une population très vulnérable à ce trouble.

Les données de stress post-traumatiques sont:Le traumatisme devient post-traumatique lorsqu'il n'est pas traité. La clé pour la prévenir est d'avoir une intervention clinique et psychiatrique.Il faut que les images traumatiques réprimées dans l'inconscient soient portées à la conscience, pour éviter que leur répression ait des effets néfastes sur la psyché et même sur l'organisme, de l'école de psychanalyse sont considérées comme des décharges très importantes de la distension accumulée dans la psyché verbalisation et abréaction (ou catharsis).Il est considéré comme un événement post-traumatique s'il reste au plus un mois (c'est-à-dire un court laps de temps), même si la détresse psychique peut être masquée pendant plusieurs années avec des effets nocifs sur l'organisme.Cauchemars, retour en arrière (flash-back), survivant coupable.Petit volume de l'hippocampe.hypersensibilité au cortisol (rappelez-vous que le cortisol est l'hormone principale dérivée du stress et se retrouve fréquemment fréquemment en détresse, une telle hormone à forte dose pendant un temps relativement long endommage le corps).

Traitement et solutions:

Un traitement au stress s'adresse à la mémoire du traumatisme causal du stress. Pour lutter contre le stress, il est souvent recommandé des exercices de relaxation par un contrôle de la respiration. L'objectif est d'exercer un contrôle volontaire sur la respiration si nous l'utilisons comme un anti-douleur (une sorte d'antalgique psychologique) lorsque des situations nous accablent et stressent.

D'autres mesures visant à prévenir le stress sont les suivantes:Effectuer de l'exercice physique et les loisirs.Éviter les situations qui causent le stress et les facteurs causes de stress.Planifier des activités quotidiennes.Maintenir une alimentation saine, incluant certaines plantes médicinales.Avoir au moins deux crises de rire par jour (ce qui permet la libération d'endorphines qui sont anti-stress).Maintenir un climat sociologique agréable pendant le déjeuner, évitant les problèmes.Prendre le temps pour la détente avec des jeux (il a été constaté que certain types de jeux tranquillisent l'esprit, comme les jeux de cartes ou de réflexion).
Des thérapies existent, prêtes à combattre le stress et l'anxiété dans la tendance actuelle vers le tout-naturel, les courants de santé de différentes cultures, ainsi que les recommandations de l'OMS sur la nécessité de "méthodes traditionnelles et complémentaires" pour obtenir une meilleure santé de la population. Sa construction se caractérise par un vaste réseau d'interactions, ainsi que pour promouvoir la santé, pour prévenir les maladies et de nouveaux processus dans le comportement, il produit un malaise vers le bien-être de récupération. Parmi eux, il est possible de trouver une variété de solutions à utiliser en fonction des goûts et des besoins de chaque personne; pour ne citer que quelques-uns, il y a: la thérapie par le rire, l'aromathérapie et l'auriculothérapie. Rappelons que l'homéopathie, grâce à son effet placebo, peut aussi intervenir comme un déstressant.


Plantes anti-stress:

S'il ne doit exister qu'une seule plante officinale ayant des effets médicaux anti-stress en phytothérapie, c'est l'eucalyptus. Lorsque le niveau de stress est significatif mais ne provoque pas de pathologies, il est défini comme eustress, une situation qui est au-delà de la norme, mais qui est perçue par le sujet comme pure au quotidien. Par exemple, selon une étude de 2005, cette condition a été détectée dans deux populations statistiques spécifiques: les marins américains et les opérateurs d'une équipe de Formule 1.

Dans une autre recherche, deux groupes d'étudiants universitaires ont été étudiés. Il a été noté que:Les personnes qui, au début de l'année, présentaient des niveaux de stress aux niveaux supérieurs à la norme, conservaient plus ou moins intact ce statut et, à la fin des examens de fin de saison, obtiennent des notes élevées.les personnes les plus calmes au début de l'année ont augmenté leur niveau de stress en approchant la date de l'examen, ce qui a entraîné une baisse des notes.
L'eucalyptus peut aider à résoudre le stress par une action calmante.

Voir les synonymes de stress.
Revoir la définition stress ... La définition STRESS a été vue 5106 fois. Publié le 23/11/2007. Modifié le .
Commentaires (via Disqus):