L'aquariophilie pour des aquariums modernes

Définition de vallée

Que signifie vallée ?

Définition simple: En géologie, une vallée est une dépression, une zone basse allongée entre des formes de terrains plus hauts tels que des collines ou des montagnes, souvent avec une rivière qui la traverse. Elle est associée au bassin hydrographique d'un cours d'eau. Une petite vallée est appelée un val.

Définition vallée:

Une vallée est un milieu naturel de type plaine, située entre des montagnes ou des hauteurs, une dépression de la surface terrestre entre deux pentes, avec une forme inclinée et allongée, qui forme un bassin versant dans le fond duquel un cours d'eau s'écoule.

La vallée se définit aussi comme un milieu naturel situé entre deux élévations (collines, montagnes, horsts), parfois mise en synonyme des grabens. Elle peut être confondue avec une plaine. Dans le cas d'un glacier, il existe le glacier de vallée. Le val est une petite vallée.

Une vallée verte:
Une vallée verte entre deux collines et montagnes
La vallée de Logar est l'une des plus belles vallées glaciaires alpines d'Europe. L'équilibre harmonique entre la tradition, l'homme et la nature qui a trouvé sa place dans cette partie de la région de Slovénie est à la fois exceptionnel et difficile à trouver.


Généralités géologiques et morphologiques:

Dans un relief jeune, prédominent les vallées en "V", caractéristiques des vallées fluviales: les pentes, peu modelées par l'érosion, convergent dans un fond très étroit. Au contraire, un état avancé d'érosion fait place aux vallées alluviales, à fond plat et large, constitué par des dépôts alluviaux (alluvions, colluvions...) entre lesquels le cours d'eau peut être dévié. Les vallées en "U", caractéristiques des vallées glaciaires, ont des parois très abruptes et un fond concave. Dans certains cas, lors du retour d'un ancien glacier, le lit d'un de ses affluents est au-dessus et se termine dans sa pente, formant souvent des cascades. Un troisième type de vallées se présente sous la forme de berceau ou de bateau: elles sont larges avec des pentes superficielles douces.

Quand une rivière est capturée par une autre ou lorsque son lit est fermé par des moraines ou d'autres types de dépôts, il reste une vallée morte ou une rivière "décapitée", qui n'a plus de cours d'eau. Dans d'autres cas, une vallée n'a pas de débouché naturel, car elle est fermée par une contrepartie, et les eaux qui la traversent pénètrent dans le sol et poursuivent leur course à travers un réseau souterrain (rivière souterraine). Ces vallées aveugles sont typiques des terres karstiques. En outre, dans de nombreuses régions arides, les rivières ne peuvent pas quitter leur bassin versant, traversant les vallées endoréiques. Une vallée peut avoir été entièrement excavée dans un terrain sédimentaire par son cours d'eau, mais en général, celle-ci est dégagée par des dépressions d'origine tectonique. Selon ceux-ci, il y a une vallée de fracture, de fosse, d'angle de rupture, etc.

Une vallée longitudinale est orientée parallèlement aux plis d'une chaîne de montagnes, tandis qu'une vallée transversale est perpendiculaire à ces monts.


Types de vallées en géomorphologie:

Géomorphologiquement, il existe des différences entre les vallées étroites et les vallées larges, dont les principales sont:les vallées étroites ont pour caractéristiques des cours d'eau qui occupent généralement la partie inférieure de la vallée, complètement confinés et fortement contrôlés pour la migration latérale, ainsi les processus d'ajustement du canal sont présentés directement au fond du chenal en modifiant la pente et même en incisant le lit; associés à ces processus, ils peuvent créer une instabilité des berges et des glissements de terrain. La proximité des montagnes au canal rend ces vallées généralement peu attrayantes pour le développement urbain.

Le développement des vallées est étroitement lié à l'intensité des processus géomorphologiques qui forment la vallée et à la géologie, notamment à la composition lithologique ou aux failles. Les matériaux des vallées varient de la roche dure aux sols résiduels sous la forme de colluvions, le flux de débris parmi d'autres matériaux de dépôt.

L'emplacement des vallées voûtées (en "V") est plus fréquent dans les parties supérieures du bassin où les rivières ont peu de débit, les pentes sont élevées et les parois de la vallée montrent souvent des roches sans couverture. Lorsque les montagnes qui entourent la vallée sont très résistantes aux intempéries et à l'érosion, la vallée présente une configuration qui est encore au milieu du bassin. Fréquemment, il y a des cascades et des rapides dans les cours d'eau qui drainent ces vallées.

Les vallées larges sont associées dans les célèbres rivières de plaines (matures et anciennes) où le chenal occupe une partie réduite de la vallée puisque la plaine alluviale est ample. Dans celui-ci on peut observer des traces du paysage qui ne sont pas dans les vallées projetées comme le sont des terrasses alluviales, des dykes, des canaux abandonnés, des complexes de frontières géologiques. Comme avec les plaines, le canal est également large, avec des rapports de profondeur plus grands que 10. Les plaines sont sujettes aux inondations récurrentes, ainsi la plaine inondable n'est ni statique ni stable.

La plaine est généralement composée de sédiments non consolidés qui s'érodent rapidement lors des crues et des inondations de la rivière. Le chenal d'une rivière peut changer sa position dans la vaste plaine d'inondation, à son tour, est périodiquement modifiée par les inondations lorsque le chenal se déplace d'un endroit à un autre.

Pendant les périodes d'eau normale ou basse, la rivière qui traverse la vallée est confinée à son chenal et ne déborde pas sur la plaine inondable. La plaine d'inondation créée par l'érosion latérale et par le retrait progressif des parois de la vallée, s'appelle plaine d'érosion et se caractérise par une fine couverture de gravier, de sable et de limon de quelques décimètres ou quelques mètres d'épaisseur. D'autre part, sous le fond de nombreuses grandes vallées se trouvent des dépôts de gravier, de sable et de limon qui atteignent 100 mètres ou plus d'épaisseur. Ces dépôts épais se forment lorsque des conditions variables obligent la rivière à laisser tomber sa charge à travers le fond de la vallée; cette plaine d'inondation est formée par la construction du fond de la vallée.

Les plaines inondables de ce type sont beaucoup plus communes que les plaines d'érosion et ont généralement tendance à se trouver dans les tronçons inférieurs des rivières. Les plaines inondables et l'érosion montrent des formes telles que des méandres, des bords naturels, des dépôts de sédiments, des lits de rivières.


Incision et élargissement des vallées:

Tant dans le passé que dans le présent, plusieurs processus ont agi et agissent dans le sens d'approfondir et d'élargir les vallées, bien que les preuves de cette action puissent être perdues ou affaiblies avec le temps. Si un courant était laissé libre d'atteindre par lui-même son niveau de base, il éroderait le lit directement vers le bas, formant un abîme de parois verticales dans le processus.

Mais puisque le cours d'eau n'est pas le seul agent qui travaille à la formation de la vallée, les parois de la plupart des vallées montent et descendent du fond de la vallée. Au fil du temps, même les parois des gorges les plus abruptes (comme un canyon) se pencheront vers l'extérieur par rapport à l'axe de leurs vallées. Comme un cours d'eau court descend et approfondit son cours à la surface du terrain, les intempéries, les ruissellements et les mouvements de masse entrent en jeu, érodant constamment les parois de la vallée, les faisant reculer, s'éloignant les unes des autres.

Le matériau, sous l'influence de la gravité, est traîné des parois de la vallée vers le bas et déchargé dans le courant, pour être avancé en direction des océans ou des lacs.

Le résultat est une vallée dont les parois s'élargissent vers le haut et vers l'amont, à partir du ruisseau, pour former un profil transversal typique.

La rapidité avec laquelle les parois de la vallée sont réduites et les angles qu'elles adoptent dépendent de plusieurs facteurs, toujours en pensant aux temps géologiques, c'est-à-dire des millions d'années. Si les murs (parois) sont faits de matériaux non liés (qui sont vulnérables à l'érosion et aux mouvements de masse), la vitesse sera rapide; mais si les murs sont faits de roches fortes, le taux d'érosion sera très lent et les parois pourront s'élever presque verticalement du fond de la vallée. En plus de couper sur son lit, un courant court aussi d'un côté à l'autre, ou latéralement sur ses bords.

Dans les premiers stades de l'élargissement de la vallée, lorsque le cours d'eau est encore au-dessus de son niveau de base, l'érosion à la baisse prévaut. Par la suite, à mesure que le courant s'approche de son niveau de base, l'érosion vers le bas devient de moins en moins importante; à ce stade, une plus grande proportion de l'énergie du courant est destinée à l'érosion de ses bords. Comme il oscille d'un côté à l'autre, il forme une plaine inondable au fond de la vallée, qui tend à s'élargir toujours et la vallée devient toujours plus large.


La vallée en zoologie:

Une vallée, chez lez coraux méandroïdes ou à organisation proche, partie concave entre deux collines, le plus souvent formée des calices non complètement soudés.

Voir les synonymes de vallée.
Revoir la définition vallée ... La définition VALLEE a été vue 3722 fois. Publié le 10/08/2007. Modifié le .
Commentaires (via Disqus):