Suivez le portail aquariophile:

Acropora, guide de maintenance : en aquarium récifal

Comment maintenir des coraux Acropora en aquarium récifal?

Les coraux durs Acropora représentent, avec les algues calcaires ,les organismes qui apportent la plus forte contribution à la construction d'un récif corallien. La maintenance des coraux durs du genre Acropora se réalise uniquement et strictement en aquarium récifal de haut-niveau!
Le corail Acropora valida est une des plus anciennes espèces maintenue en aquarium

Maintenance des coraux durs du genre Acropora en aquarium récifal

On essaye depuis de nombreuses années de maintenir tant bien que mal les coraux durs en aquarium marin. Les problèmes inhérents à cette maintenance ont conduit dans les années 1960 à ce que les squelettes calcaires des coraux morts servent de décoration dans l'aquarium. Ceci n'est plus que du passé, car au cours des vingt-cinq dernières années, il est devenu possible de maintenir et de multiplier quelques espèces de coraux durs dans un aquarium récifal. Il est nécessaire de préciser qu'il existe des différences bien marquées dans la maintenance de chaque genre et espèce. L'amateur néophyte suivra un bon conseil en se limitant aux espèces d'Acropora à croissance rapide et à morphologie ramifiée, car elles pardonnent les petites erreurs de maintenance.

Les coraux du genre Acropora font partie des coraux durs SPS. Le genre Acropora n'est pas seulement le genre le plus riche en espèces des coraux durs, mais il regroupe quelques-unes des espèces de coraux durs dont la croissance est la plus rapide! Les espèces du genre Acropora colonisent surtout l'Australie et toute la zone l'Indo-Pacifique, mais il en existent aussi dans l'océan Atlantique dans les Caraïbes ou en mer Rouge. Ils sont répartis depuis les couches supérieures du récif corallien et proches de la surface de l'eau (un platier par exemple) jusqu'à des profondeurs relativement importantes. Les espèces du genre Acropora des zones supérieures du récif sont particulièrement intéressantes pour l'amateur néophyte, le récifaliste débutant.

La sous-classe des hexacoralliaires (coraux hexatentaculés)

L'ordre des scléractiniaires ou madréporaires (madrépores ou coraux durs hermatypiques), le sous-ordre des Astrocoeniina, et finalement, les Hexacoralliaires comprennent les espèces Acropora à branches fines et à croissance rapide comme l'espèce A. cerealis située à 6 mètres de profondeur près de Pescador Island aux Philippines, sont de maintenance particulièrement aisée en aquarium.

En effet, elles sont plus robustes et se sont adaptées aux importantes variations du milieu. Ces espèces sont soumises à un fort ensoleillement et nécessitent très peu de nourriture planctonique. Il s'agit principalement d'espèces à croissance rapide et à branches finement ramifiées de structure poreuse, qui se brisent facilement, tandis que les espèces provenant des profondeurs sont d'apparence plus massive. Leur squelette calcaire est plus robuste aux branches plus épaisses, moins ramifiées, mais à la croissance nettement plus lente.

Les acropores, telles que A. florida, à croissance rapide forment souvent de gigantesques champs dans lesquels aucune autre espèce de corail ne peut s'établir. Seuls les poissons et d'autres habitants du récif qui se sont adaptés à ce biotope peuvent en faire leur territoire. Les turbulences de l'eau sont très importantes dans ce milieu, lequel est fortement influencé par les tempêtes, les vagues et les marées. Malgré cela, l'eau est en général plus claire et plus propre que dans les zones sédimenteuses des eaux peu profondes où prédominent les coraux mous.

Description des coraux acropores

: L'étymologie de Acropora est issu du grec Akro (pointu). La plupart des espèces de ce genre ont effectivement une morphologie en forme de colonne. Elles forment une structure en forme de cornes de cerf ou de plaques voire de coussins se composant de colonnes uniques. Quelques rares espèces d'acropores ont une morphologie plus massive. Les espèces intéressantes pour le débutant sont issues des zones d'eau très peu profondes et sont très ramifiées, ayant un aspect similaire si bien qu'il est facile de les confondre. Diverses espèces d'Acropora se laissent facilement multiplier en aquarium dès qu'elles sont placées dans de bonnes conditions. On utilisera à cet effet essentiellement la méthode berlinoise.

Les espèces les plus répandues en aquarium sont certainement A. formosa et A. pulchra. Ces deux espèces ont une croissance rapide à morphologie arborescente, mais la structure poreuse de leur squelette les rend très fragiles. La couleur d'A. formosa est brune avec les extrémités des ramifications blanches qui, en fonction de l'éclairage peuvent aussi être pigmentées de violet ou de bleu.

L'espèce A. pulchra possède une coloration un peu plus claire mais reste de morphologie similaire à celle d'A. formosa. Les extrémités des ramifications peuvent aussi se colorer en violet selon l'éclairage. La partie inférieure non éclairée des branches possède moins de polypes que la partie supérieure dirigée vers la lumière.

Acropora pulchra est arrivée accidentellement au début des années 80 dans le bac d'un aquariophile de Berlin puisqu'il y a été introduit avec une roche vivante. Il a fait preuve par la suite d'un superbe développement, si bien qu'on a rapidement pu effectuer sa multiplication artificielle par bouturage, ce qui a fait la joie de nombreux autres aquariophiles. C'est ainsi que cette espèce a été plus connue sous l'appellation d'Acropora de Berlin. Outre ces deux espèces d'Acropora qualifiées de robustes et de croissance rapide, le commerce propose également d'autres espèces d'acropores. Cependant, le néophyte doit se limiter aux espèces à ramifications fines comme par exemple Acropora microphthalma, A. selago, A. latisella ou A. elseyi qui, en règle générale, tiennent mieux en aquarium récifal que les espèces à port massif et à branches épaisses, comme A. gemmifera ou A. humilis. Cependant, les espèces à fines ramifications sont plus fragiles que les deux premières espèces citées. C'est ainsi qu'A. microphthalma réagit en été par un blanchissement de ses tissus lors de l'élévation de la température de l'eau par forte chaleur.

La maintenance en aquarium des espèces Acropora à croissance rapide

: L'éclairage est un élément essentiel car les coraux du genre Acropora nécessitent beaucoup de lumière, ce qui est conforme à leur besoin dans le milieu naturel. Il est néanmoins possible de maintenir les deux espèces A. formosa et A. pulchra sous un éclairage puissant composé de tubes fluorescents, mais l'intensité de cette lumière est insuffisante pour en assurer une bonne croissance. Ces espèces d'acropores s'alimentent essentiellement du produit de leurs zooxanthelles et dans une très faible proportion par capture du plancton. Mais dans des conditions particulières, comme lors de la cassure d'une branche par le mouvement des vagues, elles restent tout à fait capables d'inverser cette proportion en faveur de la capture du plancton si le fragment détaché est emporté dans des zones récifales plus profondes et moins éclairées. Le biologiste parlera dans ce cas d'une alternance entre une alimentation autotrophe et hétérotrophe. Peu de coraux, hormis les espèces d'acropores issues des couches supérieures du récif, développent une si grande flexibilité. C'est ainsi que ces coraux peuvent également être maintenus sous un éclairage d'intensité plus faible puisqu'ils peuvent compenser le déficit nutritionnel par la capture de nutriments (substances dissoutes, fin broyât de nourriture congelée ou paillettes). Mais il est nécessaire de les placer sous un éclairage composé de lampes HQI, ou LED dernière génération, pour que leur croissance soit optimale.

Pour le brassage de l'eau, tout comme dans leur milieu naturel, ces différentes espèces d'Acropora ont besoin d'une forte circulation de l'eau. Celle-ci sera de puissance moyenne avec une élévation de l'intensité selon le degré de ramification des branches, afin de ne pas créer de zones d'eau morte. Chaque polype d'une de ces espèces de coraux durs a besoin de remous dans l'eau pour transporter ses sécrétions et lui apporter de l'oxygène. Les coraux durs sont sessiles et en cas de d'insuffisance de courants, leurs polypes dégénèrent rapidement à l'inverse des coraux mous, dont presque toutes les parties, du fait de leur flexibilité, restent soumises aux courants. Si les espèces du genre Acropora sont placées dans des conditions défavorables, des protozoaires ou d'autres germes de maladies peuvent s'y multiplier et réduire peu à peu à néant l'ensemble de la colonie.

La qualité de l'eau est primordiale : en aquarium, on utilisera exclusivement de l'eau osmosée! Les coraux de la couche supérieure du récif (platier) ont besoin d'une eau plus propre en comparaison de beaucoup de coraux mous, et certaines espèces de coraux durs qui habitent les zones à substrat sablonneux ou sédimentaire proches des côtes. L'espèce Acropora valenciennesi, près de la côte de Moalboal aux Philippines habite la couche située à environ huit mètres de profondeur, elle fait également partie des espèces à croissance rapide dont la maintenance en aquarium reste facile. De nombreuses espèces similaires sont proposées dans le commerce spécialisé en aquariophilie récifale.

Les coraux à morphologie laminaire eau, le groupe Acropora hyacinthus ont une bonne croissance en aquarium. Ils sont très demandés par les récifalistess, mais restent rares dans le commerce.

Toutes les acropores sont sensibles à une teneur élevée en nitrates NO3 et en phosphates (orthophosphates PO4) dans l'eau, ce qui freine leur croissance. Des algues qui aiment les nitrates et les phosphates se développent alors rapidement sur les parties mortes du squelette. Celles-ci repoussent progressivement les tissus vivants du corail jusqu'à ce que celui-ci meure. Un changement d'eau régulier est très important pour limiter la présence de nitrates et de phosphates. Il apportera le calcium et les carbonates nécessaires à la construction du squelette calcaire. L'amateur qui possède un grand nombre de coraux durs ou d'autres espèces qui synthétisent le calcium, doit rajouter régulièrement de l'hydroxyde de calcium ou installer un réacteur à calcaire qui va enrichir l'eau en calcium et en bicarbonates. Ceci est cependant pratiquement inutile en présence de petites colonies. Les coraux durs restent plus sensibles aux variations de la température de leur milieu et de la valeur du pH que les coraux mous parce qu'ils sont issus pour la plupart de biotopes plus stables. Mais les deux espèces d'Acropora décrites plus haut font partie des coraux durs les plus robustes et dont la faculté d'adaptation est la plus élevée. Elles ne réagiront donc pas de façon négative à de légères modifications de leur milieu.

L'alimentation est un sujet contesté en aquariophilie récifale... Les coraux durs Acropora n'ont pas besoin d'un complément alimentaire. Certaines espèces absorbent néanmoins de la nourriture planctonique, mais une alimentation ciblée est sans intérêt et peut causer plus de problèmes à cause des particules de nourriture qui se déposeront dans la colonie, puis s'y décomposer. Si des poissons sont maintenus dans le même bac, l'alimentation régulière qui est fournie aux poissons récifaux apporte normalement suffisamment de substances dissoutes aux coraux.

Les élevages d'Acropora se font, en milieu naturel, sur des poutrelles de ciment, servant également à la préparation d'expériences pour des fermes de coraux planifiées pour deux universités des Philippines.

Suggestions d'autres pages

Commentaires (via Disqus)
Disqus