L'aquariophilie pour des aquariums modernes

Comment élever des vers grindals et récolter des infusoires?

Comment élever des vers grindals et récolter des infusoires?

Une retombée inattendue ou comment élever des vers grindals et récolter aussi des infusoires...


Tout le monde sait comment élever des enchytrées minuscules que sont les vers "Grindal". Rien n'est plus simple ni plus utile pour nourrir de jeunes alevins découverts par hasard et imprévus.

En bref, il suffit de disposer d'une boîte en plastique, où l'on met un support conservant l'humidité, recouvert d'une petite plaque de verre. Entre les deux, un petit morceau de mie de pain ou de biscotte bien trempé dans l'eau suffira pour nourrir les grindals dont on aura ensemencé la boîte neuve.

Comme support, une utilisation de la laine de perlon très usagée après avoir longtemps servie de matière filtrante se pratique dans un filtre "gouttière". Elle est maintenue humide en permanence et finit par verdir sur les bords car l'éclairage ambiant, passant à travers les parois translucides de la boîte, suffit pour que des algues microscopiques se développent. A l'aide de quelques millilitres d'eau propre, il suffit de "rincer" cette laine-mousse de temps à autre en la faisant traverser par ce petit courant d'eau propre, sans rien enlever de la boîte.

Or, par curiosité, j'ai observé à la loupe cette eau trouble qui en ressortait. Non seulement il y avait des algues avec des sortes de flagelles (vers flagellés en particulier), mais aussi un véritable grouillement de ciliés (Paramé­cies, surtout), de 0,1 à 0,3 mm de long et donc parfaits pour nourrir de très petits alevins. Tout ça sans avoir besoin de faire un élevage particulier ! Très utile pour les pas très courageux dans mon genre....

Que sont les Ciliés ?

Ce sont des animaux constitués d'une cellule unique (= Proto­zoaires, paramécie) et dont la surface est couverte de cils (d'où leur nom) qui battent en permanence et assurent leur locomotion.

Stentor, Coleps, Paramécie, Stylonichia, Epistylis
S = Stentor / C = Coleps / P = Paramécie / St = Stylonichia (A = vue de la surface inférieure / B = vue de profil)
E = Epistylis (colonie fixée par un pédoncule commun)
Détails de la paramécie et vacuole : b = bouche / e = "anus" / v = vacuoles digestives / p = vacuole pulsatile / m = petit noyau / M = gros noyau


Bien que primitifs, ce sont des organismes très évolués dont l'organi­sation interne est très complexe. Prenez la paramécie, par exemple (P sur la figure). Les aliments (= bactéries) sont canalisés par les battements ciliaires vers un entonnoir buccal M. Arrivées au fond de cet entonnoir les bactéries sont englobées dans une vacuole (v) où elles seront digérées lors d'un parcours très précis à l'intérieur de la paramécie, si précis que les déchets de digestion sont toujours éva­cués en un point bien défini (e).

Le noyau (qui contient les chromo­somes) de cette cellule présente la particularité d'être double un petit (m) et un gros (M). A l'intérieur de la paramécie, on trouve aussi une vacuole pulsatile ( = qui se contracte régulièrement) jouant le rôle d'une vessie, et bien d'autres organites.

Les cils dé la paramécie sont tous uniformes mais d'autres Ciliés possèdent des cils de forme dissemblable, exemple : la Stylonichia (St). Les cils les plus gros et les plus raides lui servent de petites pattes pour cavaler sur des supports qu'elle ne quitte guère (voir la figure) contrairement à la paramécie qui nage en pleine eau.

Bon nombre de Ciliés se nourrirent de bactéries. Leur ancien nom d'Infusoires a pour origine leur faculté de prolifération dans les infu­sions de tout genre, source d'un intense développement bactérien.

Certaines espèces capturent de petites algues, comme le Stentor (S) de forme conique, et vivant libre ou fixé ; d'autres, les Nassula, ingè­rent même les filaments d'algues bleues qui s'enroulent dans leur corps ! (ce serait un bon moyen de lutte biologique contre les algues bleues envahissant nos aquariums!). D'autres encore sucent la chair des cadavres de daphnies, d'aselles, etc., tels les Coleps (C). En bref, tout ce petit monde joue le rôle d'éboueurs et il n'est pas éton­nant d'en trouver dans tous les aquariums.

Pour la même raison, vous comprendrez aisément que leur présence excessive n'est pas un signe de santé de l'aquarium mais d'une trop grande abondance de déchets (à siphonner tout de suite ! Sauf, bien entendu, si cette abondance résulte d'une volonté délibérée d'ac­croître le nombre de Ciliés pour nourrir de jeunes alevins!). Il existe aussi des Ciliés prédateurs qui attaquent les précédents.

Toutes les espèces que je viens de citer vivent en solitaires mais il en est d'autres dont plusieurs individus sont réunis par un long pédon­cule et forment ainsi une colonie ; par exemple, les Epistylis (E), dont la base du pédoncule commun est fixé à la carapace d'un micro­crustacé (cyclops, daphnie) qui les véhicule. Les Cyclops sont parfois couverts de ces sortes de bouquets contractile ! (paramécies, cilié carnivore, rotifère)

Paramécies, Cilié carnivore, Rotifère
P : Paramécies / Pr = Cilié carnivore, prédateur des paramécies (en partie éclaté) / R = Rotifère


Pour terminer, un petit mot sur leur reproduction. Elle est des plus simples : quand la cellule a bien mangé, bien accumulé de réserves, elle se coupe en deux (doucement, hé!) dans le sens de la longueur et cette bipartition produit deux animaux identiques. Cette apparente immortalité a fait rêver bien des philosophes ! En fait, tôt ou tard, une reproduction sexuée vient interrompre cette chaîne de divisions.

Quand les conditions de vie deviennent mauvaises, la plupart des Ciliés sont capables de sécréter une enveloppe protectrice, ou kyste, à l'intérieur de laquelle ils vivront au ralenti. Desséché, le kyste permet à l'animal de survivre plusieurs années. Ultra léger, il se ballade ainsi dans l'air au gré des courants en attendant l'occasion... de tomber dans une infusion, par exemple!...

Texte et photos de Roger POURRIOT - AFA - Mars 1984


Commentaires (via Disqus)
Disqus


Publié par anemone-clown le 15/7/2007. 20613 lectures.