Que signifie biotope ?

Définition simple: Un biotope, en biologie et écologie, est une zone avec des conditions environnementales uniformes offrant un espace de vie pour un ensemble végétal, faunistique et microbien. Le terme, littéralement le milieu de vie, est appliqué à l'espace physique, naturel et limité dans lequel vit une biocénose. Biocénose et biotope forment un écosystème.

Définition biotope:

Le biotope est le milieu de vie où les conditions écologiques sont considérées comme homogènes et bien définies, intégré dans un écosystème, la plus petite unité de la biosphère. Le biotope d'un organisme est le milieu caractérisé par des paramètres (température, flore...) connus, auquel l'organisme est spécialement adapté, c'est donc un milieu où vit une espèce. Chaque biotope est également caractérisé, en principe, par la faune et la flore qui l'habitent: c'est la biocénose.

La mangrove est un biotope qui relève du terrestre et de l'aquatique:
Le biotope d'une mangrove
La mangrove, avec ses palétuviers, constitue un biotope unique sur la planète bleue pour le développement de nombreuses espèces aquatiques marines, les animaux aquatiques.


Explications générales:

La définition SVT dit que le biotope est le biote d'un organisme, la zone ou l'habitat d'un type particulier, caractérisé par les organismes tels que les plantes, les animaux, les bactéries, les autotrophes et hétérotrophes, les eucaryotes et procaryotes, qui y vivent, comme une prairie, une forêt... ou, à une plus petite échelle, un microhabitat. Le biome est une extension du biotope, mais à bien plus grande échelle, une sorte de groupement de plusieurs biotopes.

Le biotope est presque synonyme avec le terme habitat avec la différence que l'habitat se réfère à des espèces ou des populations qui font référence à des communautés biologiques. Bien que le terme biotope ait une composante fonctionnelle, un habitat est l'habitat (compris dans l'espace), l'habitat d'une espèce ou d'une communauté d'espèces, voire seulement une partie de celui-ci (par exemple, habitat d'été et d'hiver). Les habitats et les biotopes ne doivent pas nécessairement être congruents. Le biotope d'une cohabitation (une forêt, par exemple) peut fournir différents habitats pour différentes espèces (une forêt a des structures telles que des nids-de-poule, une couche d'herbes et de couronnes, le sol, etc.), par exemple. Pour les insectes. Un habitat peut inclure plusieurs biotopes. Par exemple, des habitats complémentaires, tels que les oiseaux migrateurs ou de nombreux mammifères visitant, par exemple, les habitats d'hiver et d'été.

Encore autrement exprimé, les biotopes sont les sites au niveau duquel s'expriment conjointement un certain nombre de particularités écologiques: édaphiques, climatiques, biotiques..., qui influencent nettement la composition de la biocénose. En botanique, le terme de station est fréquemment employé: il implique un biotope naturel (milieu naturel), généralement homogène, fermé car restreint en surface.

Les biotopes sont des éléments naturels du paysage tels que des ruisseaux, des forêts de montagne, des conifères, des forêts mixtes, etc. et, contrairement à un usage courant, des éléments naturels tels que des "déserts en béton" (paysages urbains, par exemple). Parmi les autres exemples courants de biotopes, citons les prairies fluviales, les déserts, les vasières et les vergers. À proprement parler, la définition d'un biotope suppose la référence à une espèce de plante, de champignon et d'animal ou à une communauté de ce type (une biocénose). Cependant, de nombreuses désignations et démarcations de biotopes reposent en pratique non pas sur des organismes habitant souvent cachés ou mobiles, mais plutôt sur des conditions abiotiques plus faciles à comprendre (telles que paysage urbain, côte, désert, vasières, rivière, etc.). Un biotope est un espace vivant d'organismes dans les biosciences, un "biotope en soi" n'a pas de sens, un "biotope inanimé" n'en est aucun. Cependant, cette corrélation peut être perdue dans la classification largement utilisée des " types de biotopes ".

L'écosystème fermé constitué par un aquarium est un biotope complet et autonome:
L'aquarium est un biotope complet de volume restreint
Un aquarium est un biotope complet constituant un écosystème captif. L'absorption avec la photosynthèse des plantes activée grâce au spectre d'absorption des végétaux aquatiques présents dans le biotope d'un aquarium favorisent les échanges gazeux dissous dans l'eau.

Un désert, un éboulis, une prairie, un marais sont autant de biotopes. À de tels sites écologiquement définis, on donne encore le nom de stations. On notera que le mot "géotope" fait son chemin dans la langue anglaise pour qualifier un habitat spécialisé, un biotope géolocalisé.

Un biotope peut être à la fois l'espace de différents habitats («espaces vivants» faunistiques ou floristiques) et fait lui-même partie d'un ou de plusieurs habitats. Il peut à la fois façonner la biocénose existante (cohabitation) et en être influencé, de sorte que vous pouvez toujours supposer une interaction entre la vie et l'habitat.

Les biotopes peuvent être classés en petites formes de biomes spécifiques ou de zones écologiques (grandes régions écologiques). La démarcation et le nombre de biomes sont un sujet d'opinion largement répandu est la distinction entre huit biomes terrestres (toundra arctique, forêt de conifères du Nord, forêt tempérée, forêt tropicale humide, forêts de forêt tropicale humide, steppe, etc.). savane tropicale, végétation méditerranéenne, désert, montagnes). En regardant uniquement la végétation de ces zones, elles sont appelées sous le même nom des formations végétales.

Un biotope cléistophique se dit d'un milieu entièrement recouvert par une végétation dense, très serrée.


Histoire et concept:

Le concept de biotope a été préconisé par Ernst Haeckel (1834-1919), le célèbre zoologiste allemand. Dans son ouvrage morphologie générale (1866), qui définit le terme écologie, il souligne l'importance de la notion d'habitat comme une condition préalable à l'existence d'un organisme. Heackel explique aussi qu'avec un écosystème, son biote est façonné par des facteurs environnementaux (tels que l'eau, le sol et les caractéristiques géographiques) et l'interaction entre les êtres vivants, l'idée originale d'un biotope a été étroitement liée à la théorie évolutive, l'évolutionnisme. Suite à cela, F. Dahl, professeur du Muséum Zoologique de Berlin, fait référence à ce système écologique comme un "biotope" en 1908.

Bien que le terme "biotope" est considéré comme un mot technique par rapport à l'écologie, au cours des dernières années, le terme est plus généralement utilisé dans les activités administratives et civique. Depuis les années 1970, le terme "biotope" a reçu une grande attention en tant que mot-clé dans toute l'Europe (principalement l'Allemagne) pour la préservation, la régénération et la création de milieux naturels de l'environnement. Utilisé dans un tel contexte, le mot "biotope" se réfère souvent à un plus petit et plus spécifique espace écologique et est très familier à la vie humaine.

En raison de la nature de la biocénose, les influences abiotiques et humaines (hémérochorie) d'un lieu peuvent être détectées. Néanmoins, même les lieux (supposés) inanimés, tels que les déserts ou les rochers nus, sont des biotopes, mais ils peuvent être distingués par un ensemble de caractéristiques abiotiques. Cette définition suppose que chaque lieu sur terre est configurable (et effectivement peuplé), "lieu de vie". Dans quelles circonstances la biocénose peut-elle s'établir fait l'objet de discussions en matière d'écologie et de conservation de la nature. Cependant, on a trouvé de la vie partout sur la Terre (au moins des microorganismes), y compris des colonnes rocheuses de plusieurs centaines de mètres de profondeur.

Le terme est couramment utilisé depuis le débat sur la conservation de la nature dans les années 1970, qui évalue également une petite zone de paysage nouvellement créée, les espèces animales ou végétales menacées (principalement les amphibiens) devraient servir d'habitat. Très souvent, il s'agit d'un peu de jachère humide avec un étang auto-creusé ("Nous avons mis un biotope"). Cette utilisation du terme ne correspond pas à sa signification dans la science, mais résonne parfois même lorsqu'elle est utilisée professionnellement par "biotope" non seulement sans valeur, mais utilisée positivement (comme dans "réseau de biotope"). On entend en réalité "biotope d'une espèce/communauté digne de protection".


Protections des biotopes:

La protection des biotopes est une stratégie de la conservation de la nature. Son objectif est généralement de conserver les populations d'espèces de flore et de faune menacées et protégées par le biais d'une protection et d'une conservation spéciales de leurs habitats. Le contraste (ou complémentaire) est la protection (directe) des espèces.

Un instrument typique de la protection des biotopes est la désignation de zones protégées. Il convient de définir et de maintenir les zones dans lesquelles la protection de la nature prime sur l'utilisation des terres ou dans lesquelles, du moins lorsqu'elles sont utilisées, les préoccupations en matière de conservation de la nature doivent être prises en compte. Des mesures de conservation typiques peuvent être mises en œuvre dans ces zones pour cibler des espèces ou des groupes d'espèces spécifiques; par exemple, aménager un étang pour les amphibiens ou préserver des arbres morts dans une forêt afin de protéger la faune de bois mort. Mais vous pouvez également commencer dans des zones où la conservation de la nature est secondaire, par exemple en accrochant des nichoirs dans les jardins domestiques pour promouvoir les oiseaux chanteurs.

Normalement, la protection des biotopes n'a pas pour but la protection de l'habitat, mais la préservation des espèces animales et végétales qui en dépendent. Au sein de la protection des biotopes, différentes stratégies sont poursuivies. La conservation tente de préserver (ou même d'optimiser) les habitats actuellement riches en espèces de la manière la plus inchangée possible. Cela vise en particulier à préserver les formations dites semi-culturelles particulièrement riches en espèces. Ce sont des habitats qui doivent leur origine à d'autres formes d'utilisation des sols, jadis communes et extensives, telles que les landes, prairies, prairies humides, vergers et autres. Cela nécessite généralement des mesures de soins qui entravent le développement naturel.

L'une de ses variétés est la conservation de la nature dans les contrats, qui vise à atteindre le même objectif par le biais de contrats avec des utilisateurs des terres (généralement des agriculteurs). En revanche, la protection des processus tente de créer des zones où les forces naturelles ne peuvent être ni affectées ni gênées. On espère que cela créera les habitats pour les espèces menacées d'extinction par eux-mêmes. Certains défenseurs de l'environnement pensent déjà que le travail de ces forces naturelles mérite d'être protégé, même dans une zone où il n'est pas nécessaire de promouvoir des espèces cibles spécifiques. Cette position n'est pas très commune dans la conservation de la nature.

La stratégie la plus importante de protection des biotopes dans la conservation officielle de la nature est la désignation de réserves naturelles. Parfois, les repères naturels géographiques peuvent remplir des fonctions similaires. Les quelques grands parcs nationaux ont (outre leur importance pour les loisirs et le tourisme dans la nature) une fonction plus complémentaire. Les parcs nationaux correspondent essentiellement à des réserves naturelles particulièrement vastes. Les législations sur la conservation de la nature et les lois sur la conservation de la nature définissent des types de biotopes particulièrement précieux qui sont protégés sans autre désignation de zone de protection. Ce sont principalement des types rares et qui nécessitent une très longue période de régénération (délai de réémergence).


Réseau de biotopes:

Il est souligné que les biotopes ne doivent pas être isolés; au contraire, il est nécessaire qu'il existe des liens avec les lieux environnants pour que les organismes puissent circuler. L'une des stratégies les plus efficaces pour régénérer un biotope consiste à l'étendre et à en faire un point essentiel pour la circulation des animaux et des plantes (ou de leurs graines). Ceci s'appelle un couloir biologique. Selon cette méthode, le centre du réseau de biotopes est une grande forêt, un parc naturel.

Un biotope de prairie humide:
biotope prairie humide
Une prairie humide est un biotope, ici principalement peuplé de Cardamine pratensis, la cardamine des près (cressonnette), et Caltha palustris, le souci des marais.

Le réseau de biotopes est destiné à éliminer les obstacles pour les espèces animales. Un composite est constitué de tremplins (pour les espèces mobiles, telles que les oiseaux), d'éléments linéaires (par exemple, haies, rivières, ruisseaux, bordures de champs, etc.), de surfaces composites (par exemple, de zones structurellement riches pour le gibier), et des biotopes protégés ou des zones centrales d'une réserve naturelle. Le réseau de biotopes revendique en particulier des surfaces au sein des agglomérations ou des installations de circulation, afin de réduire leur effet de barrière négative. Les mesures individuelles sont z. En tant que tunnel de ponts verts ou de crapauds, les animaux doivent permettre, malgré l'utilisation intensive des terres, de faire en sorte que leurs revendications d'habitat soient rudimentaires.


systématique:

La taille d'un biotope est dictée en écologie par l'espace vital requis par les organismes vivants. En particulier, les grandes espèces d'animaux ont généralement besoin de grands biotopes, qui peuvent en outre être composés d'habitats partiels partiellement séparés dans l'espace. Lorsque vous regardez de grandes espèces migratrices telles que la baleine grise, elle couvre des milliers de kilomètres carrés. Si de tels habitats partiels, tels que les habitats d'été et d'hivernage, sont essentiels à la survie des espèces considérées, ils appartiennent tous au biotope. Puisque le terme biotope est ainsi défini par les organismes colonisateurs ou leurs communautés, il est inutile d'affirmer une taille absolue sans y faire référence. Par exemple, une forêt peut être considérée comme un biotope d'espèces sauvages telles que le cerf, mais également comme une cavité pourrie remplie d'eau d'un seul arbre, tel qu'un biotope de copépodes.

En fonction du problème et de la question relevant de l'écologie, les biotopes peuvent parfois être appelés de manière étroite des phytotopes (localisation de la plante) et des zootopes (habitat de l'animal). Ces noms ne sont pas couramment utilisés. Les biochores sont des zones de la vie étroitement définies dans un biotope.

Un biotope (conçu ici comme une extension spatiale d'un type de biotope particulier) est la plus petite unité spatiale de l'écologie du paysage - cette utilisation du terme ne coïncide pas tout à fait avec celle de l'écologie. Certains biotopes dans ce sens peuvent occuper une très grande surface (par exemple, des lacs, des watts), en fonction du système d'enregistrement (cartographie de type de biotope).

Un biotope (ou plus) avec les animaux et les plantes vivants et leurs interactions forment un écosystème. En écologie du paysage, l'expression (obsolète) "biogeocénose" se trouve à côté.


Restauration de biotopes:

Bien que le mot biotope soit considéré comme un terme technique pour l'écologie, il est utilisé ces dernières années dans les activités civiques et administratives. Depuis 1970, les biotopes ont fait l'objet d'une grande attention en Europe (en particulier en France et Allemagne) en matière de préservation, de régénération et de création d'environnements naturels.

Dans ce contexte, le mot biotope fait souvent référence à des problèmes écologiques à petite échelle qui sont familiers à la vie quotidienne. Les efforts de régénération des biotopes suscitent un grand enthousiasme. Ces activités comprennent:

  • la création de toits verts;
  • reconstruction des rivières pour restaurer leur qualité (qualité de l'eau, des lits et des berges);
  • conservation des arbustes et des arbres dans les terres agricoles (paysages de bocage par exemple);
  • création de parcs naturels le long des routes;
  • création de jardins ou de zones scolaires prenant en compte l'environnement;
  • conception de jardins privés qui tiennent compte de l'écologie (permaculture).

Une résistance sociale essentielle à la protection des biotopes, outre la pression de l'accaparement des terres, réside dans le fait que les coûts externes qui en résultent ne sont pas internalisés dans les coûts de production ou les prix pour les consommateurs. La maintenance coûteuse des biotopes serait beaucoup moins nécessaire si leur utilisation ou leur gestion était payée (et encouragée) par des prix plus élevés. Une efficacité accrue, associée à une détérioration de l'état de la nature et du paysage, a libéré des ressources dans le passé. Cependant, ces ressources n'ont jusqu'à présent pas été suffisamment utilisées pour maintenir l'état de nature et de paysage en tant que base de la vie humaine.

Une stratégie judicieuse consiste à créer de grandes zones protégées dans lesquelles certains biotopes peuvent s'ajuster automatiquement. Dans le même temps, toutefois, la pression de la construction et de la colonisation augmente régulièrement. L'étalement urbain généralisé et les besoins de la population en matière de loisirs font que de véritables zones protégées à grande échelle, dans lesquelles la nature serait finalement laissée à elle-même, semblent impossibles dans de nombreuses régions.


Liste rouge des types de biotope:

La liste rouge des types de biotope est une compilation pour l'évaluation des habitats vulnérables. Le paysage de l'Europe centrale peut être divisé en plus de 300 types de biotopes. Dans le cadre du programme CORINE, environ 600 types de biotopes ont été définis dans l'UE afin d'évaluer les photographies aériennes.

Un type de biotope est un type abstrait de la totalité de biotopes similaires ou similaires et sert avant tout à la description du paysage dans le contexte des spécifications des lois de protection de la nature. Chaque type individuel, en tant qu'habitat avec ses conditions écologiques, offre des conditions uniformes différentes des autres types et se caractérise par des communautés végétales particulières. Cela peut être compris comme le résultat de conditions de vie similaires et d'un historique de végétation associé. Dans la typification des facteurs environnementaux biotiques et abiotiques, une grande partie est caractérisée par une utilisation anthropique ou altérée.

La directive de l'UE sur les habitats établit à l'annexe I une liste des espèces de biotopes protégées dont la conservation présente un intérêt communautaire particulier. Ceux-ci sont appelés ici types d'habitat. Les États membres de l'UE sont tenus de désigner des zones protégées spéciales pour ces types d'habitat.

La typicité d'un biotope a pour principale caractéristique la différenciation par la végétation, la subordonnée est son emplacement. Plusieurs types de biotopes sont souvent regroupés dans une classe de biotopes. Les complexes de biotopes ou types de complexes de biotopes sont des combinaisons caractéristiques de biotopes qui se produisent de manière répétée le long d'un gradient de facteur écologique. Du point de vue de la conservation de la nature, les zones de contact entre des types de biotopes très différents revêtent une valeur particulière. Les types complexes sont plus menacés que les types de biotopes individuels associés.

Voir les synonymes de biotope.
Revoir la définition biotope ... La définition BIOTOPE a été vue 72952 fois. Publié le 23/08/2007. Modifié le .
Discuter et poser des questions sur "biotope"? Voir le forum langage biologique.