L'aquariophilie pour des aquariums modernes

La famille des balistidés : baliste et poisson-gâchette

La famille des balistidés : baliste et poisson-gâchette
Le baliste rayé, Xanthichthys lineopunctatus
Le baliste rayé, Xanthichthys lineopunctatus est un poisson gâchette chez les Balistidés

Les balistidés sont une famille qui regroupe les balistes, bourses, poissons-gâchettes, arbalétriers.

Dans leur majorité, les balistes sont des habitants typiques des récifs coralliens. Peu d'espèces fréquentent le milieu hauturier.

Les balistidés se caractérisent par un corps fortement comprimé latéralement, de forme ovoïde à rhomboïde, toujours doté de deux dorsales. L'insertion des yeux se situe toujours très haut sur la tête; celle-ci s'achève sur une gueule réduite, mais armée d'une puissante denture.


Chez de nombreuses espèces, on observe sur la tête, en arrière de l'orifice buccal proprement dit, la présence d'un motif qui simule une gueule beaucoup plus large. Les mâchoires supérieure et inférieure de ces poissons possèdent une rangée antérieure de dents broyeuses.

En arrière, sur la mâchoire supérieure uniquement, on observe une seconde rangée constituée de six dents plates. Une telle denture permet aux balistes de se saisir, de racler ou de broyer sans difficulté les proies, souvent très dures, aux dépens desquelles ils se nourrissent. Le derme des balistidés est entièrement recouvert d'épaisses écailles ossifiées mobiles, mais juxtaposées avec précision, c'est-à-dire non chevauchantes, dont l'aspect est exactement celui d'une armure; ces écailles, dans la partie postérieure du corps, sont fréquemment hérissées de prolongements acérés, d'épines ou d'autres reliefs, qui ne sont pas sans rappeler les épines tranchantes qui arment les chirurgiens. Ces armes semblent jouer un rôle à l'occasion des affrontements intraspécifiques.

Balistoides conspicillum
Balistoides conspicillum, le baliste clown


Le nom vernaculaire de « poissons-gâchettes », couramment attribué aux balistes, est une traduction de l'anglais «trigger-fish»; ce nom tire son origine de la forme particulière de la nageoire dorsale antérieure, qui n'est structurée que par trois rayons épineux, reliés par une membrane. Le premier de ces rayons est le plus long. Son bord antérieur est rugueux, comme une lime; sa face postérieure est lisse et creusée d'un sillon. Les deux rayons postérieurs sont nettement plus courts et lisses. Lorsque le rayon antérieur s'érige, les deux suivants font de même simultanément, sous l'effet de la traction exercée parla membrane.

Au cours de ce processus, la base du second rayon se bloque à l'intérieur du sillon présent sur la face postérieure du rayon antérieur: ce dernier est alors bloqué en position érigée, et demeure dans cette position. Le déblocage du rayon ne peut intervenir que sous l'action d'un muscle spécial, permettant au troisième rayon de se rabattre vers l'arrière. Un ligament entraîne en effet le second rayon vers l'arrière: il quitte alors le sillon dorsal du premier rayon, lequel peut à son tour se rabattre vers l'arrière. D'où une certaine analogie avec le système de gâchette des armes à feu.

Mais quelle est donc l'utilité et le rôle d'un tel mécanisme ? En cas de danger ou lors des phases de repos, il permet aux balistes d'ancrer solidement leur corps entre les ramifications de certains coraux, uniquement en écartant leurs rayons dorsaux, et sans maintenir une contraction musculaire permanente. L'ancrage gagne encore en solidité lorsque le poisson érige simultanément les nageoires pelviennes, qui sont également structurées par des rayons épineux.

Balistoides viridescens
Balistoides viridescens, le baliste Titan


La nageoire dorsale postérieure, uniquement composée de rayons mous, présente une surface nettement supérieure; elle s'insère dans la moitié postérieure du corps, un peu en avant de l'appendice caudal. Elle assure conjointement avec la nageoire anale la locomotion du sujet, grâce à des séries de mouvements ondulatoires dont ces deux nageoires sont animées, bien caractéristiques des représentants de cet ordre.

La caudale n'est utilisée à des fins motrices que dans des cas de force majeure, en cas de fuite, par exemple. Habituellement, elle fait office de «gouverne latérale», tandis que les nageoires pectorales remplissent la fonction de «gouverne horizontale ».

Rhinecanthus aculeatus
Rhinecanthus aculeatus, le baliste Picasso

Certains balistes ont la faculté de produire des sons, en utilisant leur vessie-natatoire.html" class=mot>vessie natatoire comme amplificateur.

Nombre d'espèces ont une aire de distribution géographique étroitement inféodée à certaines zones récifales. Ces espèces constituent pour cette raison des repères géographiques infaillibles: leur présence est en effet caractéristique d'une zone géographique donnée.

Voir les fiches des espèces de balistes suivants : Xanthichthys lineopunctatus, Balistoides viridescens, Balistoides conspicillum, Odonus niger, etc...


Commentaires (via Disqus)
Disqus


Publié par anemone-clown le 29/5/2011. 13524 lectures.