L'aquariophilie pour des aquariums modernes

Équipements divers : manuel aquarium marin récifal

Les autres équipements indispensables pour débuter un aquarium d'eau de mer

Outre l'aspect méthodologie impliquant les divers éléments de l'épuration biologique par les pierres vivantes (et éventuellement sable vivant), et mécanique par filtration, l'éclairage vu dans d'autres chapitres, il reste tout un ensemble de matériels utiles, indispensables en aquariophilie marine.

Nous passons sous silence les accessoires couramment employés en aquariophilie comme une ou deux épuisettes, des aimants pour le nettoyage rapide des vitres, etc.
Un combiné de chauffage pour aquarium

Le chauffage régulé et son contrôle

Le chauffage : des thermoplongeurs standards, les classiques combinés chauffants, suffisent quoique pour des volumes plus importants, il soit possible de faire appel à des résistances couplées à un thermostat électronique extérieur avec sonde. Pour des raisons de sécurité (en cas de dérèglement), il est souhaitable d'utiliser 2 petits combinés chauffants plutôt qu'un seul de grande puissance. Ainsi, si l'un se met à chauffer inconsidérément, l'autre ne fonctionnera pas et limitera l'augmentation de chaleur. Inversement, si l'un des 2 venait à tomber en panne, le second évitera une baisse trop importante et assurera une chaleur minimum jusqu'à la découverte du problème. Pour cela, placez des thermomètres que vous visualisez facilement sans avoir à vous tordre le cou !

Utilisez ce module pour calculer votre puissance de chauffage conseillée. On peut toutefois résumer avec cette règle approximative : 1 w/l en dessous de 500 litres et ½ W/L à partir de 500 litres de volume brut de l'aquarium. Si vous éclairez avec des HQI, réglez la température du chauffage sur 24 °C, les HQI augmenteront progressivement, durant leur phase de fonctionnement, la température de 2 °C environ. Si vous éclairez avec des LEDs, qui généralement ne chauffent pas l'eau, prévoyez 1 w/l quelque soit le volume.

Les thermomètres, tout comme pour le chauffage, 2 valent mieux qu'un. Rappelez-vous que les thermomètres "pseudo-digitaux" (sous forme de stick à coller sur le coté extérieur de la vitre) sont notoirement imprécis. Munissez-vous de préférence de thermomètres en verre (les grand modèles sont plus précis que les petits modèles), ou encore mieux, d'un thermomètre électronique avec alarme (qui reste abordable en coût)...

Un osmoseur de qualité pour une eau parfaite

Il est capital d'employer de l'eau douce « pure » et non polluée pour compenser l'eau évaporée ou pour fabriquer de l'eau de mer au cours des changements partiels. En effet, en récifal, une eau sans nitrate ni phosphate est impérativement nécessaire. Or, malheureusement, l'eau de conduite de nos robinets devient de plus en plus chargée de ces inopportuns ! L'utilisation d'un osmoseur filtrera également les possibles dépôts de cuivre (ou autres métaux lourds comme le plomb) des canalisations d'une habitation un peu ancienne. Le phénomène d'osmose inverse employé stoppe aussi les bactéries et autres germes nocifs (souvent non contaminants pour l'homme, mais pouvant l'être pour les coraux ou les poissons) contenus dans l'eau. De plus, cet accessoire, est devenu peu cher et simple d'emploi (se connecte sur un simple robinet de cuisine). Continuer à employer de l'eau courante mène invariablement à la même manifestation dans le bac : des algues indésirables.

Sels synthétiques, salinité et densimètre

Un densimètre est un outil absolument indispensable pour mesurer la densité en sel (ou salinité) de l'eau. Ceux en plastique avec une aiguille sont passablement imprécis, mais une fois calibré via un autre dispositif, ils sont utiles pour une mesure rapide. Prenez-en un, de préférence, en verre et assurez-vous que ce densimètre est calibré pour une température de 25 °C. Un idéal pour mesurer la salinité consiste en l'utilisation d'un conductivimètre électronique (attention à la plage d'utilisation spécifique de l'eau de mer, différente de l'eau douce). C'est une solution de très grand luxe onéreuse. Encore une solution : le réfractomètre. C'est un appareil permettant de déterminer avec précision la densité de l'eau de mer avec une plage d'utilisation extrêmement large commençant à 1000 avec une précision de 0,001 et compensation de la température de 10-30° (variable selon les modèles). Ce dernier appareil est l'idéal : d'un coût bien moindre qu'un conductivimètre, il fera également le bonheur des aquariums avec de l'eau saumâtre dans lesquels la faible densité est souvent difficile à lire avec précision sur les densimètres à aiguilles.

Les sels synthétiques modernes des grandes marques aquariophiles ne sont pas tous de la même qualité, et une fois engagé dans produit, évitez d'en changer brutalement : leur composition diffère et peut amener des déséquilibres dans l'aquarium. Lisez l'étiquette du paquet et posez des questions avant d'acheter ! Au minimum, une mention indiquant « sans phosphates, sans nitrates » est rassurante sur la qualité ! Le sel est impératif pour le démarrage du bac (forcément, en eau de mer...) et pour les changements d'eau partiel. Les dosages afin d'atteindre une densité à 25 °C de l'ordre de 1024 sont généralement de 1 à 1,2 kg de sel pour 30 litres d'eau. Vérifiez toutefois avec les instructions sur le paquet. Notez qu'il faut verser le sel dans l'eau osmosée et non verser l'eau sur le sel. Ceci s'explique par la présence des agents fixateurs contenus dans les bons sels : ceux-ci, par réactions chimiques de contact, vont faire précipiter les métaux lourds au fond de la cuve annexe de préparation de l'eau salée et finir de stériliser l'eau préparée. La préparation de l'eau salée avec les sels synthétiques prend au moins 24 heures pour bien mélanger tous les constituants : utiliser un combiné de chauffage pour amener la température de cette eau à la même température que l'eau de l'aquarium et une pompe de circulation d'eau pour oxygéner l'eau, mélanger rapidement le sel et lui donner un pH correct avant son introduction dans le bac principal.

Les tests en eau de mer

Les tests d'eau : évidemment, le matériel électronique sera à préférer aux tests avec réactifs liquides. Notez immédiatement une incompatibilité de la plupart des tests en bandelettes avec l'eau salée car ceux-ci tentent de mesurer le GH (ou TAC), ce qui est fort délicat tant la valeur est haute (supérieure à 350°GH). D'ailleurs, c'est un test dont vous n'aurez pas besoin en eau de mer ! Pensez toujours à vérifier la compatibilité d'un test avec l'eau de mer, il est fréquent que certains tests ne fonctionnent qu'en eau douce. Le test pH doit être adapté à une échelle pour l'eau de mer. L'eau de nos bacs doit se trouver à une valeur idéale de 8,2, une fourchette de 8,0 à 8,4 étant satisfaisante. Le test KH (ou TH) est également important car il révèle la stabilité du pH. Sa valeur doit se situer aux environs de 7°KH, soit la valeur de l'eau de mer naturelle. Toutefois, une fourchette de 6 à 9°KH est acceptable dans les paramètres de l'eau de votre aquarium. Un test pour les nitrates NO3- est indispensable dès lors de la conservation d'invertébrés. Le taux doit être le plus faible possible et presque nul si des coraux durs sont présents dans le bac. Un test pour les phosphates PO4 est utile, surtout si le bac a déjà quelques mois d'existence. Au démarrage, vous devrez souvent vérifier l'ammoniaque (ou l'ammonium selon les appellations des fabricants) et les nitrites NO2. Bien sûr, en aquariophilie récifale et en maintenant des coraux, un test Calcium Ca est inévitable !

Aérateur, pompe à air en FO

Un aérateur : si vous faites un bac FO sans écumeur, il faut oxygéner l'eau à l'aide d'une (ou plusieurs) pompe à air et des diffuseurs en bois de tilleul : les seuls qui ne se colmatent pas en eau de mer et font de très fines bulles améliorant les échanges air/oxygène/eau par une plus grande surface de contact. Le débit d'air nécessaire doit s'approcher de 2 L d'air par heure par L d'eau. Ainsi, pour un bac de 360 L, il faut des pompes à air produisant 720 litres d'air au minimum. Dans tous les cas, un petit aérateur est utile pour la préparation de l'eau. Pensez aussi à investir dans un aérateur fonctionnant sur piles ou batterie pour les cas de coupures de courant.

Commentaires (via Disqus)
Disqus