L'aquariophilie pour des aquariums modernes

Marronnage de poissons rouges dans la Tamise


Marronnage de poissons rouges dans la Tamise

un poisson rouge d'aquarium
Le marronnage de poissons rouges dans une rivière est condamnable.

Des magistrats anglais ont accusé un homme après qu'il ait illégalement rejeté plus d'une douzaine de poissons rouges dans la Tamise.

Ce phénomène s'appelle le marronnage et le relâchement d'une espèce domestique comme le poisson rouge en milieu naturel est strictement interdit, tant en Angleterre qu'en France (et à peu près partout dans le monde).

L'homme a été condamné à six mois de prison avec sursis et les coûts sont facturés à 60 € par poisson relâché.

C'est un riverain qui a repéré ce marronnage avec du poisson rouge et qui a contacté l'Agence de l'environnement de sa royale majesté. L'homme a d'ailleurs plaidé coupable et a été inculpé en vertu de l'article 14 de la Loi sur la faune et la Campagne et de l'article 30 de la Loi sur les pêches de saumon et d'eau douce, ce qui rend illégal l'introduction de poissons non indigènes dans la nature, mais la loi anglaise va un peu plus loin que son équivalent français puisqu'il existe également une notion d'introduire des poissons dans un milieu sans leur consentement.

L'homme a expliqué aux magistrats de la Court qu'il avait introduit 15 à 20 poissons rouges qui restaient bruns (au lieu d'être rouges ou de couleurs attrayantes), et plutôt que de trouver un nouvel aquariophile responsable, il les a déversé dans la Tamise à Scours Lane (Reading).

L'agent de l'Agence Environnement, Dennis Welling, explique : "Bien que certaines personnes peuvent penser cela est un acte inoffensif, l'introduction de poissons non indigènes dans la nature peut avoir de graves conséquences pour nos populations de poissons indigènes. […] Ils transmettent des maladies, sur les espèces indigènes, et la race prolifique afin qu'ils modifient l'équilibre naturel de l'écosystème. […] Bien que le poisson rouge fasse partie de notre société depuis 400 ans, il est encore une espèce non indigène qui doit être limité à l'observation dans les étangs de jardin et les aquariums, plutôt que d'endommager les stocks de poissons indigènes dans nos lacs, ruisseaux et rivières. […] Lorsque la preuve est disponible, nous soutenons nos collègues de la police dans la poursuite de ceux qui échouent à protéger notre environnement pour les générations futures".

A partir de ce moment, si l'homme commet une infraction similaire, il pourrait être condamné à de la prison ferme!


Posté par wistiti57 le 12/7/2011 11:20:00