L'aquariophilie pour des aquariums modernes

Définition de amatoxine

Que signifie amatoxine ?

Définition amatoxine:

Les amatoxines forment un groupe de mycotoxines hépatotoxiques trouvées dans les champignons vénéneux, tels que l'amanite phalloïde Amanita phalloides, d'autres espèces d'Amanita et de Conocybe filaris. Elles provoquent une nécrose du foie et des reins. Les amatoxines agissent lentement, quelle que soit la dose. Leur action bloque la transcription des ARN polymérases 1 et 2 chez les eucaryotes: elle bloque la synthèse des protéines dans les cellules. Peut-être que les amatoxines sont logées dans un site symétrique dans la polymérase ou dans le complexe ADN/ARN polymérase.

L'amanite tue-mouches produit de l'amatoxine:

En plus de l'amanitine, Amanita muscaria produit des amatoxines dangereuses. L'amanite tue-mouches a des propriétés psychoactives et hallucinogènes chez l'Homme.


L'empoisonnement par une amatoxine, plus dangereux qu'avec une phallotoxine comme la phalloïdine, provoque des maux d'estomac, des nausées, des vomissements, de graves diarrhées, d'autres douleurs extrêmes et des hémorragies, entraînant finalement la mort du patient par arrêt cardiaque, environ, après deux jours d'ingestion de la toxine.

Il existe huit types d'amatoxines, toutes sont des octapeptides à configuration bicyclique. La α-amanitine et la β-amanitine sont les plus abondantes et les principales causes de toxicité. La γ-amanitine restante, l'ε-amanitine, la proamanuline, l'amanuline, l'acide amanulique et l'amanine sont pratiquement non toxiques. La concentration d'amatoxines dans l'amanite phalloïde est variable en fonction de l'échantillon, la dose mortelle chez l'homme est d'environ 0,1 mg/kg.

Son mécanisme d'action se concentre sur l'inhibition de l'ARN polymérase II interférant ainsi avec la synthèse de l'ARN messager et la transcription de l'ADN, générant une interruption de la synthèse des protéines et de la mort cellulaire. La toxicité se manifeste surtout dans les hépatocytes, s'accumulant principalement dans le noyau, les entérocytes et les cellules épithéliales des tubules rénaux proximaux. D'autres mécanismes d'action moins importants sont la synergie avec des médiateurs de l'apoptose, comme le facteur de nécrose tumorale (TNF) et la participation à l'oxydation cellulaire, produisant un stress oxydant en augmentant les enzymes pro-oxydantes, aggravant l'hépatotoxicité.

Les amatoxines sont rapidement absorbées au niveau intestinal et atteignent le foie et la circulation générale à travers le portail, étant détectées dans l'urine environ 2 heures après l'ingestion. La principale voie d'excrétion est la voie rénale, bien qu'environ 10% élimine les voies biliaires, ce qui provoque l'établissement d'une circulation entérohépatique qui permet aux concentrations plasmatiques de la toxine de rester plus longtemps et au cours des jours suivants, d'importantes quantités peuvent être trouvées dans le foie et les selles. Les amatoxines circulent librement dans le plasma, car elles ne lient pas les protéines plasmatiques. Son volume de distribution est similaire à celui de l'espace extracellulaire et à sa clairance rénale, celle de la créatinine.

Le traitement antitoxique implique une dose élevée de pénicilline ainsi que des soins de soutien en cas de lésions hépatiques ou rénales. Une attention particulière doit être accordée au maintien de la stabilité hémodynamique, bien que si le syndrome hépatorénal s'est développé, le pronostic est au mieux réservé.

Le foie est l'organe le plus affecté puisqu'il est le premier organe à être atteint par les toxines après absorption dans le tractus gastro-intestinal, bien que d'autres organes, notamment les reins, soient sensibles. L'ARN polymérase d'Amanita phalloides est insensible aux effets des amatoxines; en tant que tel, le champignon n'empoisonne pas.

La dose létale minimale estimée est de 0,1 mg/kg ou 7 mg de toxine chez les adultes. Son absorption intestinale rapide ainsi que sa stabilité thermique entraînent le développement rapide d'effets toxiques sur une période relativement courte. Les effets les plus graves sont l'hépatite toxique avec nécrose tubulaire centrale et stéatose hépatique, ainsi que la néphropathie tubulo-interstitielle aiguë, qui induit un syndrome hépatorénal sévère.

Toutes les amatoxines sont des oligopeptides synthétisés sous forme de proprotéines constituées d'une chaîne de 35 acides aminés dont les huit derniers sont clivés par une oligopeptidase.

Voir les synonymes de amatoxine.
Revoir la définition amatoxine ... La définition AMATOXINE a été vue 323 fois. Publié le 14/02/2018. Modifié le .