L'aquariophilie pour des aquariums modernes

Chelmon rostratus, le pavillon long bec

Chelmon rostratus, le pavillon long bec Chelmon rostratus

CHELMON ROSTRATUS (Linn)


Poisson fascinant, le Chelmon bec mdiocre (ou Copperband butterflyfish) est un hte privilgi des aquariums marins, y compris rcifaux. Faisons sa dcouverte complte.



SIGNIFICATION DU NOM SCIENTIFIQUE.

Chelmon rostratus (Linn, 1758)
Chelmon : du grec chele = pince (nom donn par l'auteur grec Hesychius un Poisson indtermin).
rostratus : pourvu d'un rostre (ou bec).

NOMS COMMUNS.

Franais : Chelmon bec mdiocre, pavillon long bec (Maurice)
Allemand : Orange-Pinzettfisch
Anglais : Copperband butterflyfish, Longsnout butterflyfish, Beaked coralfish
Japonais : Hashinaga choch-uo
Nerlandais : Pincetvis
Malais de Batavia : Kipper-laut

ORIGINE.

Localit typique : habitat in lndiis. Archipel indoustralien, jusqu' la Nouvelle-Guine et aux les Salomon, Australie septentrionale, Philippines, atteint exceptionnellement l'extrme sud des Ryu Kyu (Ishigakijima, Masuda et al. 1984), pninsule malaise (Malacca, Poulo Condor, Singapour), Inde, Sri Lanka s'tend vers l'ouest jusqu' Maurice (Baissac 1976) et la cte africaine (fide Ahl 1923, ne figure pas dans les faunes locales de Playfair et de Smith).

aquariologie.

Import de Singapour et de Manille essentiellement. Relativement rsistant au transport, l'acclimatation tant responsable d'un pourcentage lev d'checs dans les premires semaines.

TAILLE.

Jusqu' 170 mm LT (14-151 mm LS).

classification.

Ordre : Perciformes
Sous-Ordre : Percodes
Famille : Chtodontids
Genre : Chelmon Cloquet, 1817
Espce : rostratus

Remarque: Chelmo Oken, 1817 (adopt dans la premire dition de cette fiche, septembre 1974) et Chelmon Cloquet, 1817, fonds l'un et l'autre sur les Chelmons, nom vernaculaire franais de Cuvier (Le rgne Animal, 1re d., 1816), ont t publis la mme anne, sans qu'il ait t possible d'tablir avec certitude lequel des deux noms a priorit de date. Les noms proposs par Oken ayant t jugs irrecevables (nomina nuda), il faut donc considrer Chelmon Cloquet comme le nom valide (Burgess 1978).

PRINCIPAUX SYNONYMES.

Chaetodon rostratus Linn, 1758 (habitat in Indiis)
Chaetodon enceladus Shaw et Nodder, 1791 (Inde)
Chelmon rostratus Bennett : 1830 (Sumatra)
Chelmon rostratus Cuvier : 1831 (Java)
Chelmon lol Thiollire, 1857 (Woodlark)
Chelmon rostratus marginalis Marshall, 1964 (Queensland)
Chelmon marginalis Richardson 1842

DESCRIPTION.

Caractres de la famille.

Ils ont t exposs plusieurs reprises et nous rappellerons seulement qu'il existe, dans cette famille, une tendance l'allongement du museau que l'on interprte gnralement comme une adaptation alimentaire, permettant aux animaux de chercher leur nourriture dans les anfractuosits du rcif ou parmi les branches des madrpores. Cette volution est trs marque chez les genres Chelmon, Chelmonops, Prognathodes et surtout Forcipiger qui ne renferment chacun qu'un trs petit nombre d'espces (respectivement 3, 1, 7 et 2).

Caractres du genre (d'aprs Burgess 1978).

Corps ovale arrondi, contour dorsal autour de la dorsale (sans la nageoire dorsale) arqu. Museau allong, tubulaire, 2,4 4,9 fois dans la hauteur du corps; l'allongement est d l'extension des os prmaxillaires et mandibulaires. bouche petite, fendue horizontalement; dents disposes en bandes formes de plusieurs ranges; pas de dents palatines; lacrymal arrondi, assez court, denticul sur son bord antrieur; angle du pr opercule obtus, lgrement serratul dent (surtout l'angle); supra orbitaire dent.
Nageoire dorsale ininterrompue, avec IX pines augmentant de longueur d'avant en arrire et 26-31 rayons; son bord postrieur est subvertical et son angle arrondi (et non saillant et pointu comme chez Chelmonops). nageoires anales de forme analogue avec 3 pines et 17-21 rayons. pectorales normales. pelviennes allonges, le premier rayon atteignant ou dpassant le premier rayon de l'anale.
ligne latrale complte, dcrivant un arc qui suit le contour du dos, devenant horizontale vers le pdoncule caudal et se terminant peu avant la base de la caudale; cailles moyennes petites, au nombre de 45-55 en srie longitudinale; les cailles sont disposes en ranges horizontales sur la moiti infrieure du corps et en ranges obliques (ascendantes) sur la moiti suprieure; le revtement cailleux s'tend jusqu'au milieu de la 4e pine de la dorsale et recouvre presque compltement la dernire. Les juvniles ressemblent aux adultes; ils ne prsentent quelques modifications du patron de coloration que chez une seule (Chelmon marginalis Richardson) des trois espces connues dont deux sont des endmiques australiennes.

Caractres de l'espce.

Nous reproduisons la description de Cuvier (1831). ... le museau du sixime seulement de sa longueur totale, laquelle n'est pas tout fait double de la hauteur; et si l'on comprend la dorsale et l'anale dans la hauteur, elle n'est comprise qu'une fois et un tiers dans la longueur. Ces nageoires sont anguleuses, surtout la dorsale, Le corps a des stries longitudinales et cinq bandes verticales, savoir : l'oculaire; une deuxime, qui descend de la nuque sur l'opercule et jusqu' la base des ventrales; une troisime, qui va des derniers aiguillons de la dorsale au-devant de l'anale; une quatrime, allant du milieu de la partie molle d'une de ces nageoires l'autre, et la cinquime sur la queue, la base de la caudale. Elles sont d'une couleur plus fonce que le fond, lisres de brun encore plus fonc, et de blanc en dessous du brun. On voit de plus sur la dorsale, au tiers de la longueur des rayons mous, du neuvime au treizime, un ocelle ou grande tache ronde, noire, entoure de blanc. N'ayant observ ce Poisson qu' l'tat sec, et n'en trouvant point de description faite d'aprs le frais, nous ne pouvons indiquer ses vritables teintes. Il n'y a la dorsale que neuf aiguillons comprims, lgrement arqus et assez forts. L'aiguillon de la ventrale est galement assez fort, comprim et un peu arqu.

D. IX, 28-30; A. III, 19-21; P. 14-15; V. 1, 5.

Le seul patron de coloration permet de distinguer trs facilement les trois espces reconnues valides ce jour (Burgess 1978; Mang et Bauchot 1984), aprs une longue priode d'incertitude (sous-espces ou mme synonymes). La bande mdiane du corps (la 3me) et l'ocelle sur la portion molle de la dorsale sont prsents tous les stades, et la bande qui traverse le pdoncule caudal (la 5e) est de couleur brun sombre. Chez Chelmon marginalis Richardson 1842, qui est l'espce la plus voisine, la bande mdiane et l'ocelle s'estompent progressivement au cours de la croissance pour disparaitre totalement chez l'adulte; en mme temps, la bande du pdoncule caudal passe du brun sombre l'orange. On peut ainsi constater que le Chelmon rostratus marginalis de 5 in. reprsent par Marshall (1964) est un Chelmon rostratus et non l'espce (ou la sous-espce) de Richardson. Chelmon muelleri (Klunzinger, 1879) possde un museau plus court et une lgre bosse occipitale (profil du haut de la tte convexe) plus ou moins marque; les pelviennes sont noires et les bandes du corps brun fonc.

Variation.

Burgess (1978) a constat de lgres diffrences entre populations loignes (Philippines, Thalande, Singapour d'une part, Australie d'autre part). Il ne peut conclure, faute d'un matriel suffisant.

dimorphisme sexuel.

D. Zumpe (1964b) qui a lev pendant 2 ans une paire de Chelmon rostratus (ca. 12 cm LT) a constat que l'un des partenaires prsentait un front un peu oblique et un museau un peu inclin vers le bas; l'autre, de taille sensiblement plus grande, avait un front en pente plus raide et un bec parfaitement horizontal. La dissection a rvl chez ce dernier des testicules et des vsicules sminales trs dvelopps. Le premier spcimen a donc t considr comme la femelle du couple. Les mmes diffrences morphologiques entre les sexes ont t retrouves chez 5 autres exemplaires. La rvision de Burgess ne fait pas tat de distinctions entre les sexes.

ECOLOGIE.

L'espce n'est commune nulle part. On la rencontre souvent par paire, en petit groupe ou parfois seule, jusqu' une dizaine de mtres de profondeur. Dans le golfe de Thalande, o elle est moyennement abondante, elle frquente les rivages rocheux et les formations coralliennes. Son importance conomique est faible; elle est consomme localement (en Malaisie, l'poque de Cantor, 1849), utilise pour nourrir les canards ou comme engrais. A la suite d'une communication de Schlosser (1764), relatant les observations de Hommel, directeur de l'hpital de Batavia, sur un Poisson appel Jaculator, et qui tait de toute vidence un Toxotes ou Archer, on a prtendu que les Chelmons s'aventuraient le long des berges des rivires et abattaient d'un jet d'eau les insectes poss sur les herbes de la rive pour s'en nourrir (Cuvier 1831). En rfutant ces allgations, Bleeker a insist sur le fait que les Chelmons sont infods aux rcifs et ne frquentent pas les embouchures des cours d'eau (la prsence de l'espce au voisinage des estuaires et des eaux saumtres est nanmoins signale et ces biotopes font en fait partie du domaine ctier frquent par Chelmon rostratus). Il reste qu'un Chelmon, comme un Forcipiger et de nombreuses autres espces, est capable, lorsqu'il vient en surface, de cracher un peu d'eau, mais sans aucun but de prdation.

CONDITIONS D'levage.

Si les Chelmon rostratus parviennent gnralement vivants en Europe, la qualit des spcimens varie beaucoup d'un envoi l'autre. Ils sont souvent dcolors et maigres, ce qui constitue un mauvais point de dpart car, une fois sur le dclin, cette espce recouvre rarement la sant. Le choix, lors de l'acquisition, est ici particulirement important, d'autant que les premires prises de nourriture peuvent s'avrer difficiles et ne survenir qu'aprs une priode d'accoutumance au nouveau bac, dlai qui peut tre fatal un individu ayant dj puis ses rserves. Un long sjour en quarantaine est recommand, au cours duquel on distribuera une alimentation varie.

Nourriture.

Quelques spcimens s'alimentent immdiatement, mais la plupart refusent de manger pendant une priode plus ou moins longue; il faut alors prsenter des aliments varis, proies vivantes de prfrence ou congels dans un brassage moyen : artmias, mysis, coppodes, etc. Ces crustacs forment une grande partie du rgime dans la nature. Les polypes de Coelentrs sont galement consomms et les Anmones du genre Aiptasia sont trs attractives. On peut y ajouter des Vers trs fins (tubifex, enchytres), des morceaux de nris et de Lombrics (viter les Vers du genre Allolobophora qui seraient toxiques), des larves aquatiques d'Insectes (chironomes, Culex). On peut encore placer le Poisson en compagnie d'autres espces qui mangent bien et qui peuvent, ventuellement, l'entraner se nourrir. Une fois bien acclimat, toutes les nourritures sont acceptes, y compris les aliments congels ou lyophiliss et, bien entendu, la chair de moule crue ou cuite. P.G. Rohleder (1978) ayant remarqu l'attraction exerce sur les Chelmon par les nourritures de couleur rouge, leur prsenta avec succs, outre des larves rouges de Chironomes, des Vers de terre rouges de diffrentes tailles, constatant au passage que ces Poissons sont capables d'ingurgiter de gros morceaux, en dpit d'une bouche apparemment petite. Afin d'accrotre la valeur nutritive des Lombrics et d'viter de troubler l'eau, l'auteur prconise la mthode suivante : les Vers sont mis dgorger pendant 3 jours dans un rcipient en plastique garni de morceaux de papier humide, puis emballs par 3 5 dans une feuille d'aluminium et congels vivants. Pour nourrir, il suffit de faire dcongeler un sachet puis, aprs avoir coup les Vers en deux, de remplacer l'aide d'une seringue le contenu intestinal par un mlange de nourritures sches rduites en poudre, puis amalgames avec un liquide nutritif (Liquifry, Microplan, etc.).

Longvit.

Dans de bonnes conditions, la longvit moyenne est au moins de 6 ans, mais la longvit potentielle est de 10 ans et bien davantage (vraisemblablement 30 ans).

maladies.

Aprs une bonne acclimatation, l'espce ragit bien aux parasitoses habituelles et supporte sans difficult les traitements. Des Vers Monognes parasitant les branchies ont t combattus avec succs par le Masothen de Bayer (10 mg pour 100 litres), les symptmes tant des tremblements inhabituels du corps (Moog 1977). Zumpe (1964b) a mentionn une mort rapide avec une norme dilatation de la vsicule biliaire, sans doute conscutive une occlusion du choldoque. Les interventions des nettoyeurs, crevettes ou Poissons, sont trs apprcies.

COMPORTEMENT.

Activit.

Chelmon rostratus est une espce calme dont les dplacements habituels sont lents et limits. Un individu isol pourra donc se contenter d'un volume restreint (200 litres). En cas de danger, les ractions sont au contraire trs vives, ce qui rend difficile la capture de cette espce dans la nature pendant la journe (Jonklaas 1975). L'activit nocturne est trs faible et se limite quelques mouvements lents, en rponse une perturbation (lumire d'une torche par exemple). La robe de nuit consiste simplement en un assombrissement des parties claires.

Relations intraspcifiques.

Elles sont trs variables en fonction des individus et des circonstances. En rgle gnrale, les animaux sont agressifs entre eux, surtout dans de petits bassins, et de Graaf (1977) estime que la vie en groupe n'est possible que dans un aquarium spacieux, pourvu de nombreuses cachettes, o les antagonistes ont aussi la possibilit de fuir. Mme dans ces conditions, un spcimen peut tre tu par ses congnres (cf. ci-dessous). On connat cependant plusieurs exemples de paires (ou de couples) ayant vcu ensemble sans incidents. Nous avons mentionn plus haut le cas de D. Zumpe qui a conserv un couple plus de 2 ans dans des bacs de 150 puis de 1800 litres. Deux individus parfaitement identiques entre eux (? couple) ont vcu pendant six ans dans un bassin de 900 litres l'Aquarium du Croisic. A l'Aquarium de vannes, trois individus - dont un nettement plus grand que les autres (ca. 100 et 70 mm) - ont t introduits en mars 1985 dans le plus vaste bassin (35 m3); aprs que l'un d'eux ait t tu trs rapidement par ses congnres, les survivants ont form une paire qui s'accorde bien, mais qui, en dehors d'une diffrence de taille apprciable (ca. 100 et 130 mm prsent), sont morphologiquement identiques (D. Bougard, coin. pers.). Sans doute existe-t-il de nombreux cas analogues, mais, depuis Zumpe, personne, notre connaissance, n'a su distinguer un mle ventuel d'une femelle. Le comportement agonistique a fait l'objet d'observations trs prcises (Zumpe 1964) et d'un film (Institut du film scientifique de Gttingen). Le but des combats est d'tablir une hirarchie entre les partenaires d'un couple ou au sein d'un groupe; bien que fortement ritualiss ils peuvent, au moins dans les conditions de l'aquarium, entraner la mort. Dans le combat frontal, commun de nombreuses espces de Chtodontids, les adversaires se font face, tte vers le bas et nageoires dresses, en prenant contact par leurs longs museaux croiss et leurs fronts. D. Zumpe a dcrit galement le caroussel ou tourbillon, dans lequel 2 individus placs cte cte, tte-bche, se mettent tourner trs rapidement l'un autour de l'autre, et les bourrades latrales, au cours desquelles le bec peut provoquer des blessures sanglantes sur le flanc du partenaire.

Relations interspcifiques.

Trs bonnes, indiffrent vis--vis de la plupart des autres espces. Bien portant, notre Poisson est capable d'entrer en comptition alimentaire avec des espces plus rapides et plus voraces que lui.

Conclusions.

Poisson passionnant qui offre la possibilit d’intgrer un Chtodontid dans un aquarium rcifal, il devra tre choisi acclimat par le commerant pour viter des dboires l’introduction. Les vers tubicoles (et d’autres) constitueront ses premiers repas dfaut d’autres choses: seul un volume correct vitera de perdre un poisson difficile au point de vue de la nourriture. Dans des aquariums spacieux, il est parfaitement envisageable de maintenir Chelmon rostratus en paire, car ils formeront un couple aprs quelques temps. Non conseill au dbutant (beaucoup trop de poissons meurent par inexprience de l’aquariophile), il est prfrable de le choisir petit lors de l’acquisition: les chances de le voir s’alimenter trs rapidement sont nettement meilleures.

Reportez-vous galement la fiche aquaBDD : Chelmon rostratus.

Et une discussion sur sa maintenance : A propos du Chelmon rostratus.



Commentaires (via Disqus)
Disqus


Publi par anemone-clown le 10/6/2007. 25595 lectures.