L'aquariophilie pour des aquariums modernes

Chaetodon ornatissimus Cuvier

Chaetodon ornatissimus Cuvier CHAETODON ORNATISSIMUS
Cuvier

AVERTISSEMENT.


Cette note a t crite en 1982 pour la R.F.A. (Revue Franaise d'aquariophilie), mais n’a jamais t publi (ce poisson tant assez rare et n’intressant que peu de monde), dans les annes 1990 il en avait t de nouveau question, mais cela ne s’est pas ralis. Le spcimen prsent ici est mort en 1983 et a donc vcu presque 3 ans en aquarium et reste, encore ce jour, la meilleure acclimatation ralise ( ma connaissance). Ceci dit, il peut en exister d’autre et je serai heureux d’en prendre connaissance.


Photo : JP Vasseur Chaetodon ornatissimus, spcimen import des Philippines par G. Fav.


NOM SCIENTIFIQUE.

Chaetodon ornatissimus Cuvier, 1831


SIGNIFICATION DES TERMES.

Chaetodon: dents en formes de soies

ornatissimus: orn


NOMS COMMUNS.

Franais: chtodon orn

Anglais: ornate butterflyfish

Allemand: prachtschmetterlingsfisch

Nerlandais: sierlijke koraalvlinder

Tahitien: paraharaha (en commun avec les autres espces du genre)


ORIGINE.
ocan pacifique tropical: Polynsie, Micronsie, les Christmas, Mlansie, Nouvelle Caldonie, Queensland, Chine (Tawan), Riou-Kiou, Philippines, Archipel Indo-Australien, cte ouest de Java et les Cocos-Keeling sont les stations les plus occidentales.


TAILLE.

Les spcimens revus par Burgess (1978: 511) ont de 31 143 mm LS. Dans la nature la LT atteindrait 18 cm, Fourmanoir et Laboute (1976: 226) mentionnent 21 cm. Les spcimens imports sont gnralement plus petits (de 60 110 mm LT).


classification.

Ordre: Perciformes

Sous-ordre: Percodes

Famille: Chaetodontidae

Genre: Chaetodon

sous-genre: Citharoedus Kaup, 1860 (espce type: Chaetodon meyeri Schneider par dsignation subsquente de Bleeker, 1876)

Espce: ornatissimus (localit type: Tahiti d’aprs Solander)


PRINCIPAUX SYNONYMES.
Chaetodon ornatus Gray, 1831 (les Hawa)

Citharoedus ornatissimus kaup, 1860 (Tahiti, nouv. comb.)

Tetragonoptrus ornatissimus Bleeker, 1865 (Amboine, nouv. comb.)

Tetragonoptrus (Citharoedus) ornatissimus Bleeker, 1877 (Amboine, Nouvelle Guine)
Chaetodon ornatissimus Var. Kaupi Ahl, 1923 (pas de localit)

Chaetodon (Citharoedus) ornatissimus Weber et de Beaufort, 1936 (localits varis)

Chaetodon lydiae Curtiss, 1938 (Tahiti)


aquariologie.

L’espce est importe occasionnellement, toujours en trs petit nombre de Manille (Philippines) et l’tat juvnile.


DESCRIPTION.
Caractres du sous-genre Citharoedus.

tymologie: le nom de citharde (chanteur s’accompagnant sur la cithare) est justifi par les bandes obliques des flancs, qui voquent les cordes d’un instrument.

Ce sous-genre rassemble, maintenant, trois espces (C. meyeri Schneider, C. ornatissimus Cuvier, C. reticulatus Cuvier) trs voisines par la morphologie, mais aussi par la biologie et le comportement comme le montre leur levage en aquarium. C. reticulatus qui n’a pas encore fait l’objet d’importation notre connaissance, a probablement des exigences comparables (C. ornatissimus et C. reticulatus; R. Catala, 1980:293).

Corps ovale presque arrondi; museau court et robuste, compris 3 4 fois dans la longueur de la tte; dents troitement serres chaque mchoire; bouche petite, fente buccale horizontale lgrement oblique; contour prdorsal approximativement droit; propercule en angle droit, angle arrondi, crnel; supraorbital dentel; lacrymal cach, recouvert d’cailles; base de la portion pineuse de la nageoire dorsale plus longue que celle de la portion molle; pectorales normales; pelviennes courtes, n’allant pas jusqu’au niveau de l’anale; caudale arrondie, coins anguleux; ligne latrale anguleuse incurve vers le haut, son sommet sous la dernire pine ou le premier rayon de la dorsale, longeant la base de la dorsale molle jusqu’au niveau du dernier rayon de la dorsale; cailles moyennes petites, arrondies, rangs horizontaux dans la moiti infrieure du corps, s’levant de plus en plus dans la portion suprieure; couverture cailleuse de la nageoire dorsale s’tendant jusqu’au milieu de la 6me ou 7me pine dorsale.

juvniles similaires aux adultes par la forme et le patron de coloration.

Distribution tropicale, de l’ocan Pacifique l’ocan Indien, mer Rouge et les Hawa inclues. Absent de la rgion est du Pacifique.

Les trois espces sont faciles reconnatre et distinguer, leurs caractres sont rsums dans la cl suivante:

1-patron de coloration constitu de lignes ou de rayures, non rticul ou tachet; pdoncule caudale clair; pas de large bande claire de la dorsale pineuse antrieure la base des pelviennes; nageoires pelviennesc laires…………....................….…....2

- patron de coloration rticul compos d’une grande tache claire sur chaque caille; pdonculecaudale noir; large bande claire de la dorsale pineuse antrieure la base des nageoires pelviennes; nageoires pelviennes noires (Pacifique)…….......C. reticulatus

2-plusieurs lignes noires courbes sur le corps; DXII, 23-24, AIII, 19-20, (Indo-Pacifique)…………........................……………………………………..C. meyeri

-six rayures diagonales oranges bordes de sombre, traversant le corps; DXII, 26-28, AIII, 21-23 (Pacifique)………………………………….....………C. ornatissimus

Remarque: le sous-genre Citharoedus apparat tomber entre les sous-genres Corallochaetodon et Chaetodontops, car il montre des affinits avec ces deux groupes. Une espce, C. collare a pos un problme Burgess et il lui a t difficile de dterminer son emplacement, car elle tombe trs prs de ce sous-genre et pourrait tre place ici, mais il a finalement dtermin, juste titre, qu’elle appartenait au sous-genre Chaetodontops: le stade larvaire particulier de C. meyeri et de C. ornatissimus (celui de C. reticulatus n’est pas connu) qui est absent chez C. collare, lui a permis de prendre cette dcision. Ce stade larvaire est une tholichthys typique avec plaques comme chez plusieurs autres espces, mais elle possde en plus des cornes qui partent de la rgion supraorbitale. Aucune autre larve tholichthys ne possde ce type de dveloppement.

Caractres de l’espce.

Similaire par la forme et les mristiques aux autres membres de ce sous-genre, mais facilement reconnaissable par le patron de coloration. Les bandes orange montantes sont uniques parmi les poissons papillons.

DXII (un avec XIII), 26-28 (24-28); AIII, 21-23 (20-23); P16 (un avec 15/15, un avec 15/16, deux avec 17/16); ligne latrale: cailles 47-52, pores 36-51.

Premire pine dorsale quelquefois gale la deuxime, ou souvent plus longue que la deuxime; pelviennes modrment courte; 9-12 ranges de dents dans chaque mchoire; interorbital plus grand ou approximativement gal au pdoncule caudal, qui est plus grand que l’il; il plus grand ou gal au museau.

Juvniles similaires aux adultes, avec les rayures orange, inclines; rayures verticales de la tte immdiatement postrieure l’il: absentes; rayures en bordure du propercul: prsentes.


MODE DE VIE ET CONDITIONS D’ELEVAGE.

Frquente le ct extrieur des rcifs, jusqu’ une profondeur de 15 m. Les adultes se rencontrent par paire ou par petit groupe de 4 ou 5 individus, tandis que les jeunes sont rarement vus. Des individus solitaires ont pu tre observs en compagnie de C. meyeri. Gnralement assez craintifs, on les voit souvent brouter les madrpores des genres Porites et Pocillopora en particulier.

A l’exception d’Axelrod et Emmens (1975: 300), tous les autre auteurs, F. de Graaf (1976-77: 90), R. Steene (1979:33), R. Catala (1980:293), sont gnralement unanimes pour reconnatre les difficults de maintient en captivit de cette espce. Ils le disent difficile conserver car il refuse en gnral toute nourriture, son rgime alimentaire trs spcialis tant constitu surtout par des polypes coralliens. B. Cond (RFA 1976: 59-60) relate les conditions d’levage d’un C. ornatissimus (LT 102 mm) qui attaqua une moule crue imprgne d’un broyat de nris, seulement au bout d’un mois. La moule crue tant mange sur le sol par fragment imperceptible, ces prises de nourritures, au demeurant trs modestes, ne purent enrayer un amaigrissement trs progressif mais inluctable. La mort de l’animal survenant au bout de deux mois de captivit. Par la suite, B. Cond (RFA 1980: 9-12) constata une attraction instantane et slective, de la part d’un C. meyeri, pour une colonie de Trachyphyllia geoffroyi. Cette nourriture partage avec de la muraille de petites anmones dpourvue d’aconties, a dtermin une activit alimentaire immdiate.

Le spcimen qui fait l’objet de cette note a t import des Philippines en septembre 1980 par Guy Fav (Dcor Exotique). Il a t plac dans un bac de quarantaine le 13-9-80 avec deux madrporaires vivant, indtermins, mais ressemblant au genre Trachyphyllia. Ds le lendemain il s’attaqua l’une des colonies et pendant les deux semaines qui suivirent, il s’alimentera exclusivement sur ces deux colonies. Une moule vivante dans ses valves (change chaque jour) est prsente au poisson au dbut de la deuxime semaine, mais aucune attaque n’est constate malgr de frquentes approches o le chtodon prend une posture typique de broutage, corps inclin, museau dirig vers le bas. Entre deux approches trs brve, le chtodon continu de nettoyer activement les madrporaires et ce n’est qu’ la fin de la deuxime semaine qu’il vient plusieurs reprises picorer le manteau et surtout le pied de la moule. Ces prises de nourriture, en alternance avec le broutage des colonies vivantes, augmentent progressivement ce qui permet enrayer tout amaigrissement. Depuis, aucune autre nourriture de remplacement n’est accepte en dehors de la moule crue qu’il mange avec avidit. Par la suite, l’introduction dans son bac, d’un Catalaphyllia jardinei et d’un Plerogyra sinuosa, dclenchera instantanment des attaques sur le Catalaphyllia tandis que le Plerogyra restera ignor. Il est indiscutable que ce poisson est un brouteur microphage spcialis, les morceaux un peu gros, dtachs du manteau de la moule, sont le plus souvent recrachs, l’animal essayant plusieurs reprise de les avaler sans pouvoir y arriver. De plus ce caractre microphage spcialis se double d’une grande timidit et d’une faible activit alimentaire en prsence d’autres poissons, C. ornatissimus paraissant particulirement indolent par rapport C. meyeri. Il faut probablement imputer cet tat de fait les nombreux checs enregistrs, toutefois l’tat sanitaire (parasitose, stress,...) du poisson au moment de l’acclimatation ne peut qu’aggraver une situation dj trs difficile. Il est donc ncessaire de rduire autant que possible le jeun lors de sa rception, en lui proposant des polypes de coraux les plus proches de son alimentation naturelle, tout en le maintenant dans un milieu favorable (faible comptition alimentaire et territoriale, bonne oxygnation avec un brassage important de l’eau, disponibilit de caches.

Croissance.

Moyenne, de 45 80 mm LT (environ) pendant les douze premiers mois.

maladies.

Pendant la quarantaine, deux attaques parasitaires sont enregistres, l’une par l’oodinium est soigne avec succs au Tmrol demi dose pendant trois jours, l’autre par cryptocarion atteint tous les occupants du bac de quarantaine (C. meyeri, P. diacanthus, C. cyanopleura). Un traitement au Tmrol s’avrant inefficace et l’tat des animaux s’aggravant, un traitement au sulfate de cuivre fut appliqu (solution mre de 16/1000 faible dose: 2 cc pour 100 l pendant 10 jours) en combinant l’adjonction d’un filtre sur diatome ce qui permis un retour la normal. Pendant toute la dure du traitement les animaux se sont montrs plus craintifs qu’ l’accoutum mais n’ont jamais cess de s’alimenter.


COMPORTEMENT.
Activit.

Nage en pleine eau pendant le jour la recherche de nourriture, entrecoup de broutage sur les roches. Pendant les premiers mois de sa captivit, l’approche du bac provoquait la fuite du chtodon qui ne rapparaissait qu’avec la plus grande prudence. Maintenant aprs plus de 18 mois de captivit, seul les inconnus provoquent la fuite du poisson. Immobile et cach la nuit, sans comportement alimentaire. Sa robe nocturne et/ou d’effroi ne comporte qu’un assombrissement des bandes orange.

Relations intraspcifiques.

Inconnues en aquarium. Se tolre un certain temps dans les bacs de stockage o ils ne peuvent tablir des territoires.

Relations interspcifiques.

Cohabite, dans un bac de 360l possdant une filtration double dcantation avec cumeur, diffuseur et trois pompes turbelle T10 (3000 l/h) pour la circulation de l’eau, avec plusieurs espces de Chaetodontidae et diffrentes familles de poissons dont: C. meyeri, C. trifasciatus, C. baronessa, C. quadrimaculatus, Pygoplites diacanthus, Centropyge multifasciatus, Oxycirrhites typus, Pseudocheilinus hexataenia, Cirrilabrus cyanopleura, Sychiropus ocellatus, Escenius bicolor, ainsi que divers invertbrs (toiles, porcelaines, sclractiniaires). Des poursuites et des attaques sans gravit pour l’attribution d’un territoire (avec C. meyeri) n’entrainrent aucune blessure grave. Les animaux rayons dorsaux dresss, se faisant face le corps lgrement inclin et 90 l’un par rapport l’autre. Depuis leur introduction dans le bac d’ensemble, ces rivalits cessrent avec une tendance se rapprocher, nageant souvent ensemble et partageant la mme cachette la nuit.

Les deux Citharoedus se font rgulirement nettoyer par C. multifasciatus (Paracentropyge maintenant), ils demandent ses services par des postures typiques d’approche, le corps lgrement inclin et les nageoires dployes. Pendant le nettoyage, leur corps prenant une inclinaison qui peut aller jusqu’ l’horizontalit, tout en coulant progressivement vers le fond.

Aucun problme notoire, avec les autres espces, n’est enregistr.


BIBLIOGRAPHIE.
Burgess (W.E.), 1978 - Butterflyfishes of the World, a monograph of the family Chaetodontidae – T.F.H. publication, Inc. Ltd., H-988 : 832 pp.

Catala (R.), 1979 – Offrande de la mer – R. Chaix/Les Editions du Pacifique, 336pp.

Cond (B.), 1974 – Tentative d’acclimatation en aquarium de Chaetodon meyeri Bl. Et Schn. – R.F.A., 4: 110-111.

Cond (B.), 1976 – Alimentation en captivit des chtodons du groupe Citharoedus - R.F.A., 2: 59-60.

Cond (B.), 1980 – incidences aquariologiques du nouveau systme des Chtodontids de W.E. Burgess –R.F.A., 1: 9-12.

Fourmanoire (P.) et Laboute (P.), 1976 – Poissons des mers tropicales, Nouvelle Caldonie, Nouvelles Hbrides – Les Editions du Pacifique, 376 pp.

Steene (R.C.), 1979 – poissons-papillons et poissons-anges (adaptation franaise de: Falter-und Kaiserfische, Mergus Verlag, H.A. Baensch, Melle, 1977) – Aquarama: Sopic, Strasbourg: 144 pp.



Commentaires (via Disqus)
Disqus


Publi par meyeri le 26/5/2009. 6438 lectures.